L’Italie sert la vis sur l’organisation des rave-parties

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 01/11/2022 à 11:31 | Mis à jour le 01/11/2022 à 11:39
Capture vidéo de policiers intervenant à une rave party

Pour son premier conseil des ministres opérationnel, le nouveau gouvernement de centre-droit a adopté un décret-loi sanctionnant lourdement les organisateurs et participants aux fêtes sauvages en Italie, jusqu’alors terrain propice à l’organisation de rave-party. Le même jour, des milliers de jeunes ont été évacués d’un tel rassemblement clandestin, organisé à Modène.

Organiser et participer à une rave party devient un délit spécifique en Italie, défini par l’article 434-bis du Code Pénal.
Le nouveau gouvernement de centre-droit a adopté un décret-loi ce lundi, sanctionnant les rassemblements sauvages de plus de 50 personnes, caractérisés comme une "Invasion de terrains ou de bâtiments, dangereuse pour l'ordre public, la sécurité publique ou la santé publique". La peine peut aller de trois à six ans de prison, et l’amende de 1.000 à 10.000 euros. La sanction est en outre assortie de la confiscation du matériel des organisateurs.

Il s’agit de l’une des premières mesures prises par le nouveau gouvernement réuni en Conseil des ministres. Le tour de vis sur les rave-parties a été accéléré par la polémique sur une fête sauvage organisée à Modène le week-end d’Halloween. Des milliers de jeunes ont été évacués après deux jours de fête – sans affrontements - sur ordre du ministre de l’Intérieur, juste avant l’événement clou au programme pour la nuit d’Halloween.

La législation italienne étant jusqu'alors plus clémente en matière de rave party que celle des voisins européens, la Péninsule se voulait un terrain propice à l’organisation des rassemblements sauvages.

 

Sur le même sujet
lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale