Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Réforme constitutionnelle : le parlement italien au régime sec

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 08/10/2019 à 21:37 | Mis à jour le 09/10/2019 à 10:17
Photo : Le nombre de parlementaires italiens va être réduit d'un tiers | @Camera dei deputati - Flickr
Parlement italien Rome Flickr

Ce mardi, l’Italie a voté en faveur d’une baisse drastique du nombre de ses parlementaires, jusqu’alors parmi les plus nombreux d’Europe. La réforme, vivement soutenue par le Mouvement 5 étoiles, a obtenu l’accord de son allié au gouvernement, le PD, sous certaines conditions.


375 parlementaires de moins, une réforme constitutionnelle radicale pour l’Italie ! Ce mardi, les députés italiens ont voté à une majorité écrasante une baisse drastique du nombre de parlementaires de plus d’un tiers (36,5%). L’Italie, qui représente jusqu’alors le deuxième parlement le plus fourni comparé à la population en Europe, derrière le Royaume-Uni et ses quelque 1.400 membres de la Chambre des Lords, va devenir le plus limité en nombre juste après l’Allemagne. Dans le détail, les députés passeront de 630 à 400, les sénateurs de 315 à 200. Résultat, il y aura un parlementaire pour 100.000 habitants de la Péninsule, contre un pour 63.000 aujourd’hui. A titre comparatif, en France, avec un total de 925 députés et sénateurs, on dénombre un parlementaire pour 70.000 habitants. Mais une réforme déjà présentée en conseil des ministre fin août, prévoit une suppression de 25%.

Cheval de bataille du Mouvement 5 étoiles, Luigi Di Maio en avait fait une condition non négociable lors de la définition de son alliance avec le Parti Démocrate en août dernier, suite à la rupture de la coalition gouvernementale M5S-Ligue. Selon le chef du M5S, le régime minceur du parlement devrait permettre d’économiser 500 millions par législature, soit 100 millions par an. Pour l’Observatoire des comptes publics, les économies dégagées seraient plus limitées : elles pourraient atteindre 285 millions sur une législature de 5 ans. Des fonds qui mériteraient à être réinvestis dans les écoles, les hôpitaux ou encore l’aide aux personnes fragiles, argue Luigi Di Maio.

 

La contrepartie souhaitée par le PD

Depuis toujours opposés à cette réforme, les sociaux-démocrates avaient posés leurs conditions avant d’accepter de s’y plier. Parmi elles, une réforme de la loi électorale en y injectant une dose de proportionnelle. Par ce biais, ils espèrent assurer une meilleure représentativité des partis, mais surtout faire barrage au premier d’Italie, la Ligue, qui recueille aujourd’hui plus de 30% des intentions de vote.

 

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s)Réagir