Travail : la discrimination des seniors dans une Espagne qui vieillit premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 19/01/2022 à 17:15 | Mis à jour le 19/01/2022 à 17:12
Photo : Scott Winterroth
deux employés dans des bureaux en Espagne

Alors qu'au cours de l'histoire de l'humanité, l'âge et l'expérience ont toujours été valorisés, c'est le contraire qui se produit aujourd'hui dans l'ensemble de la société et au travail. L'âgisme, cette discrimination faite de clichés et préjugés, est d’autant plus paradoxal dans un pays qui vieillit à une vitesse vertigineuse et dans lequel le marché du travail aura de plus en plus besoin du talent des seniors.


En 1900, un Français vivait en moyenne 45 ans et une Française, 49 ans. En 2020, l’espérance de vie atteint 79 ans pour les hommes et 85 ans pour les femmes. Dans le cas de l’Espagne, cette différence est encore plus importante, puisque les femmes ne vivaient en moyenne que 35 ans, face à 85 ans actuellement, tandis que l’espérance de vie des hommes est passée de 40 à 80 ans. 

Le philosophe français Pascal Bruckner aime d’ailleurs rappeler qu'une personne de 50 ans aujourd'hui est dans la même situation qu'un nouveau-né à l’époque de la Renaissance : son espérance de vie est d'environ 30 ans ! Cette longévité serait une magnifique nouvelle si elle ne s'accompagnait pas, en Espagne, d'une chute si profonde de la natalité que, depuis 2017, le pays connaît un taux de croissance végétatif négatif, le taux de mortalité dépassant celui de natalité.

 

seniors marché travail espagne
Le vieillissement en Espagne / étude Fondation Adecco "Tu edad es un tesoro"


Le marché du travail en 2030 en Espagne

L’emploi aura le visage d'un senior

La population âgée augmente donc et cela se reflète également sur le marché de l’emploi. Manpower parle même de révolution silencieuse. Son dernier rapport sur le travail des seniors "Cambio productivo y transición demográfica 2021-30 en el mercado de trabajo senior" montre combien les plus de 50 ans ont progressivement pris de l’ampleur dans la population en âge de travailler (16-66 ans), avec une augmentation notable, de 35% à 47%, entre l’an 2000 et 2020, et continueront de la faire, ce qui portera leur part dans la population active à plus de 50% en 2030. Dans le même temps, l’emploi des jeunes a nettement diminué (de 43 à 30%).

De son côté, la dernière étude de la fondation Adecco "Tu edad es un tesoro" signale que ce vieillissement inéluctable se ressent aussi sur l'âge moyen des travailleurs, actuellement 43 ans, qui continuera d’augmenter jusqu’à atteindre les 50 ans dans les cinq prochaines années.

 

seniors marché travail espagneEmploi : quel est le candidat idéal pour les recruteurs espagnols?

Quelle est la situation actuelle de l’emploi et quelles sont les perspectives à court et moyen terme ? Enquête sur les qualifications demandées.


Déficit d’1,5 millions d’emplois

Manpower souligne aussi que la demande d'emploi pour les dix prochaines années, jusqu’en 2030, sera orientée vers les seniors hautement qualifiés (1,8 million) et, plus particulièrement, les diplômés et ingénieurs ou ayant fait des études techniques, de sorte qu'en 2030, ce groupe atteindra 47% de l'emploi des seniors. En outre, toujours selon cette étude, en 2030, il y aura un déficit d'environ 1,5 million d’emplois non satisfaits pour les seniors. 

 

seniors marché travail espagne
La révolution silencieuse 2000-2020 de la base démographique de la population en âge de travailler / Rapport Manpower "Cambio productivo y transición demográfica 2021-30 en el mercado de trabajo senior"


L'Espagne compte trois fois plus de chômeurs seniors

Jusqu’au siècle dernier, l'âge et l'expérience étaient des valeurs sûres, alors qu’ils constituent aujourd'hui un handicap, ce qui en dit long sur notre société. Dans la publicité, par exemple, pratiquement tous les mannequins ont moins de 40 ans, et dans les partis politiques, beaucoup ne veulent pas mettre en avant des personnes de plus de 45 ans. Sans parler, bien sûr, de la difficulté à trouver un emploi après 50 ans

Le premier rapport "Mapa del talento senior 2021" de la Fondation Mapfre est sans appel à ce sujet : il existe en Espagne un âgisme au travail, c’est-à-dire une discrimination fondée sur l'âge, qui se reflète sans conteste dans les chiffres du chômage, l’utilisation par les employeurs de la retraite anticipée et la nécessité pour les seniors de se mettre à leur compte pour pouvoir rester actifs. 

 

seniors marché travail espagneEmploi en Espagne: inadéquation croissante entre l'offre et la demande

Aux portes d’une nouvelle année, les études sur le marché du travail en Espagne se multiplient. lepetitjournal.com les a épluchées et plusieurs constats ressortent clairement. Les entreprises veulent embaucher, mais ont de plus en plus de mal à trouver les talents dont elles ont besoin. Que demandent-elles ? Pourquoi ces différences ? Quelles sont les perspectives d’emploi dans les prochains mois ?

 

Le chômage des plus de 50 ans a en effet presque triplé depuis 2008 et aujourd'hui, près de la moitié de ces chômeurs le sont depuis plus de deux ans. En outre, pendant trois décennies, les entreprises espagnoles ont usé et abusé des politiques de retraite anticipée, se débarrassant soudainement de centaines de milliers de grands professionnels encore jeunes et ayant beaucoup d'expérience à apporter. 

 

seniors marché travail espagne
85,7% des plus de 45 ans estiment que l'âge constitue toujours un obstacle sur le marché du travail / Peter van Eijk

 

Les seniors espagnols veulent travailler

Comme le souligne le baromètre VidaCaixa, la moitié des retraités espagnols ont atteint cette étape de leur vie de manière précoce, c'est-à-dire en prenant une retraite anticipée ! Seuls 44% des retraités ont pris leur retraite à l'âge de 65 ans et les 6% restant à l'âge d'au moins 66 ans, ce qui soulève un autre débat, celui de la viabilité des pensions, d’autant que la génération du baby-boom atteint l'âge de la retraite. Mais c’est un autre sujet.

En Espagne, on voit s'installer l'idée qu'avoir plus de cinquante ans, c'est n'avoir aucun avenir sur le marché du travail. Or, ce qui est clair, en analysant l’étude d’Adecco, c’est que la majorité des personnes interrogées souhaitent continuer à travailler et à rester sur le marché du travail. Plus précisément, 65% déclarent ne pas vouloir prendre leur retraite parce qu'ils "aiment travailler". En outre, 12% vont encore plus loin et craignent même la retraite, mettant en avant la "peur de s'ennuyer ou de se sentir perdu". 

Mais alors, pourquoi les entreprises ne valorisent-elles pas ces personnes ayant du talent et de l'expérience? Faudrait-il une loi garantissant l'égalité entre les générations, de la même manière qu'il existe une loi contre la discrimination fondée sur la race, le sexe ou l'orientation sexuelle ? 

 

seniors marché travail espagne
Les seniors estiment que les recruteurs les écartent parce qu'"ils considèrent que leurs compétences sont dépassées" / John Moeses Bauan

Clichés à gogo

Cette discrimination est d’abord le résultat de clichés, stéréotypes ou préjugés profondément ancrés dans la société, et qui se transmettent aux entreprises. La  fondation Adecco arrive à cette conclusion après avoir interrogé aussi bien les seniors que les entreprises, pour réaliser son étude "tu edad es un tesoro".

 

seniors marché travail espagneEspagne : tout ce qui change avec la nouvelle réforme du travail

Difficile de parler de "nouvelle" réforme du travail puisque le texte approuvé lors du dernier Conseil des ministres de 2021 n’abroge finalement pas la réforme du PP de 2012. En revanche, elle introduit plus de rigidité pour l’embauche, avec des contrats temporaires très limités, une pénalisation de la rotation abusive des contrats et une généralisation du CDI.

 

Ainsi, 85,7% des plus de 45 ans estiment que l'âge constitue toujours un obstacle sur le marché du travail et qu’il est un facteur discriminatoire lorsqu'il s'agit de passer un entretien d'embauche. En particulier, près de la moitié des personnes interrogées (49,8%) pensent que les entreprises "préfèrent les jeunes qu'elles peuvent former", suivies par 39,6% qui estiment que les recruteurs les écartent parce qu'"ils considèrent que leurs compétences sont dépassées". 

En outre, 30,6% soulignent que les entreprises déclarent que "les seniors sont surqualifiés ou exigent des salaires plus élevés", tandis que 29,8% affirment que la discrimination est même esthétique, "les entreprises optant pour les jeunes parce qu'ils projettent une meilleure image". 

 

seniors marché travail espagne
10% des entreprises interrogées pensent que les seniors ne s'intégreront pas correctement, lorsque leurs employés sont majoritairement jeunes / Mimi Thian

 

Des annonces pour jeunes

Il faut dire que les processus de sélection eux-mêmes discriminent parfois dès le départ, et de manière à peine voilée, en utilisant dans leurs annonces des expressions telles que "ambiance jeune", ce qui conduit à l'auto-discrimination des seniors. D’ailleurs, 10% des entreprises interrogées pensent que les seniors ne s'intégreront pas correctement, lorsque leurs employés sont majoritairement jeunes. 

Dans le même ordre d'idées, 51,7% des entreprises affirment qu'il existe des obstacles à l'intégration des personnes de plus de 45 ans dans leurs équipes. Plus précisément, 31% ont déclaré "ne pas trouver de professionnels seniors qui correspondent aux postes vacants disponibles, en raison de leur formation ou de leur expérience". D'autre part, 21,6% soulignent que les seniors qu'ils interrogent lors des processus de sélection n'ont pas "la bonne attitude".

D'autres clichés, que rappelle Manpower, semblent toujours prévaloir, comme celui selon lequel les plus de 50 ans sont "moins polyvalents", "plus rigides" et qui "s’adaptent moins au changement" ou "moins disposés à voyager ou à faire des heures supplémentaires", des qualités plus largement attribués aux jeunes. 

Bien que les entreprises interrogées s'accordent à reconnaître que mettre à profit le talent des seniors est un défi majeur pour l’Espagne, les deux tiers d'entre elles (74,7%) reconnaissent que, pour l'instant, elles n’ont pris aucune mesure, car elles ont "plus urgent à faire".

 

seniors marché travail espagneLa "silver economy" en Espagne: le poids croissant des plus de 50 ans

Selon les prévisions, 23,3 millions d'Espagnols auront plus de 50 ans en 2050, ce qui représente la moitié de la population du pays… Ce changement démographique transforme le panorama socio-économique, offrant de grandes opportunités, mais aussi de nouveaux défis.


Des mesures anti-âgisme en Espagne comme chez les voisins européens ?

Dans ce contexte, les pays voisins ont mis au point -certains depuis plus de 15 ans- des mesures visant à prévenir cette "discrimination silencieuse" et à encourager l'emploi des seniors. L’étude "Talento senior y el valor de la experiencia" de la Fundación Transforma España et le Círculo de Empresarios passe en revue les principales dispositions qui contiennent des initiatives de sensibilisation, des incitations fiscales et financières, une législation du travail plus souple, une réforme du système de retraite, ou encore des programmes de formation.

Les entreprises qui ne sont pas en mesure de s'adapter aux changements de la société, notamment à une diversité générationnelle accrue, risquent de prendre du retard parce qu'elles restent coincées dans des modes de fonctionnement dépassés. C'est, selon Mapfre, l'une des raisons pour lesquelles près de 80% des entreprises qui figuraient dans le classement Fortune500 il y a quarante ans ont disparu. 

En définitive, l'important est de se concentrer sur le talent, quelle que soit la génération. Les entreprises qui se soucient du transfert de connaissances des jeunes vers les seniors et vice versa, et l'intègrent dans leur culture et stratégie feront la différence. Ainsi, Mapfre affirme que les entreprises qui ont mis en place des mécanismes innovants pour exploiter le capital de connaissances et d'expérience des seniors sont justement les plus prospères du monde, telles que Google, Amazon, Mercedes-Benz, Bank of America ou Bayer, pour n'en citer que quelques-unes. 

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale