Lundi 18 novembre 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ces manies des passagers qui exaspèrent hôtesses et stewards

Par Justine Hugues | Publié le 07/08/2019 à 20:30 | Mis à jour le 08/08/2019 à 10:50
manies passagers avion

Ancienne hôtesse de l’air sur des vols internationaux, Belinda s’est confiée au journal britannique The Daily Mail, sur les habitudes -pas bien méchantes - des passagers, qui ont le don d’agacer le personnel de bord. 

 

#1 Demander combien de temps vont durer les turbulences 

Accroché à notre siège, rattrapant d’un doigt la vinaigrette sur le point de s’envoler, on s’est tous un jour posé la question. Sauf que les hôtesses et stewards sont dans l’incapacité d’y répondre. « J’aimerais pouvoir invoquer les forces de l’univers, mais je ne peux pas influencer le climat », ironise Belinda. Ne reste plus qu’à se convaincre qu’aucun crash n’a jamais eu lieu à cause d’un orage…

 

#2 Ne pas écouter les consignes de sécurité

Là encore, on a tous l’impression d’avoir parfaitement assimilé la localisation des issues de secours et de savoir comment poser le masque à oxygène sur le visage de son bambin en moins de 10 secondes (certains se demandent même secrètement quand ils pourront bien essayer de sauter sur le toboggan gonflable). Mais cela ne nous dédouane pas d’être attentif. « Plus vous avez ces informations en tête, au plus vite vous sortirez en cas d’urgence. Aidez-nous à vous aider ! » rappelle l’hôtesse de l’air. 

 

# 3 « Comment ça, il n’y a plus de poulet ? »

Ne nous mentons pas : les repas restent l’attraction principale (si ce n’est unique) d’un trajet en avion. Alors, quand on a jeté notre dévolu sur la volaille du menu bien avant le décollage et attendu patiemment que le steward arrive à la 36ème rangée, devoir commander les tortellini semble être la pire déception possible. Mais râler n’y changera rien. « Nous faisons notre maximum pour satisfaire les passagers. Mais quand il n’y a plus de poulet, il n’y a plus de poulet ! ». Alors acceptons ce terrible affront, déjà parce que tout a peu ou prou le même goût, et aussi parce que « si vous êtes souriants et compréhensifs, nous pouvons peut-être vous donner quelque chose qui vient de notre réserve secrète », indique Belinda. 

 

#4 Demander à vous faire prêter un stylo

A quelques centaines de kilomètres de votre destination, oh surprise, vous devez (comme 8786 fois avant cela) remplir les fiches de douane et d’immigration. Or, votre stylo est introuvable. « Nous n’avons pas 300 stylos à distribuer » plaisante l’hôtesse, qui conseille d’en prendre deux lors de vos voyages en avion. Comme ça, vous n’enquiquinez personne et en plus, vous vous nouez d’amitié avec votre voisin. 

 

#5 Vous allonger dans l’allée

Une option qui peut sembler confortable à priori, mais qui, en plus d’être sale, est dangereuse. 

 

#6 Avoir perdu sa carte d’embarquement 

Tout comme le stylo, il n’est pas rare de mettre par automatisme sa carte d’embarquement quelque part et de réussir l’exploit de l’égarer entre le moment où vous franchissez la porte d’embarquement et votre arrivée devant la porte de l’avion. « Nous voudrions éviter que vous vous retrouviez à Perth quand vous vouliez aller à Paris, explique l’hôtesse.  Nous devons vérifier qui vous êtes et que vous êtes au bon endroit ». 

 

#7 Monopoliser les toilettes

« On sait bien comment l’altitude détraque notre organisme, mais c’est un espace partagé alors essayez d’être rapides et efficaces ! », conseille Belinda

 

#8 Vouloir regarder par le hublot quand tout le monde dort 

Si le personnel comprend tout à fait votre crise d’insomnie, « le problème, c’est que dès qu’un peu de lumière entre dans la cabine, ça risque de réveiller tout le monde » rappelle l’hôtesse de l’air.  La solution ? La lumière individuelle au dessus de votre tête. 

Nous vous recommandons

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

William ven 09/08/2019 - 05:40

Une fois , sur le PARIS DAKAR , quand c'etait encore possible de fumer à bord , j'ai fait tomber ma pipie sous la banquette. Je n'arrivais pas a l'attraper et l'hotesse est venue m'aider et elle la retrouvé. Arrivé a destination , on est sorti et à l'interieur , a cote de la porte de sortie il y avait les hotesses et les stiwards qui nous disaient merci d'avoir choisi AIR FRANCE. Quand j'ai reconnu l'hotesse , je lui ai dit : merci pour la pipe Et je n'ai toujours pas compris pourquoi tout le monde c'est mis a me regarder et a rire

Répondre
Commentaire avatar

Elijah jeu 08/08/2019 - 22:00

J'ai lu exactement la même chose sur un autre site Internet. Ce n'est pas du tout un travail pro' ça, ce n'est que du copier-coller. En plus, ça date !!

Répondre
Commentaire avatar

Tu as raison...vieille blague ! sam 05/10/2019 - 08:47

Tres vieille blague.....

Répondre
Commentaire avatar

justine.hugues ven 09/08/2019 - 09:51

Comme explicité dans le chapeau, l'hôtesse s'est confiée au Daily Mail. L'article est donc issu d'un résumé et d'une traduction d'un article de ce titre.

Répondre
Commentaire avatar

phaphil ven 09/08/2019 - 09:01

Ce n'était pas la peine de vous lever pour faire un commentaire aussi désagréable!

Répondre
Voir plus de réactions

Société

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles

Ma Vie d'Expat

1e édition forum professionnel : les alumni de l'ALFM se retrouvent !

Parce qu’ils sont estimés à plus de 600 000 personnes sur le globe, les anciens élèves des lycées français du monde constituent une communauté d’almuni des plus prometteuses à fédérer

Culture

Tokyo Appercu
DÉCOUVERTE

Le christianisme au Japon et les sites chrétiens cachés de Nagasaki

Le 30 juin 2018, soit près de 150 ans après "la Découverte des chrétiens cachés", douze sites de la région de Nagasaki ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Sur le même sujet