Mercredi 23 juin 2021
Édition Internationale
Édition Internationale

Lifeaz : Connaitre les gestes de premiers secours pour sauver des vies

Par Damien Bouhours | Publié le 17/03/2021 à 17:45 | Mis à jour le 17/03/2021 à 17:47
Photo : L'équipe de la start-up Lifeaz
lifeaz gestes premiers secours

Les Français ne sont que 20% à connaitre les gestes de premiers secours. Pour mieux comprendre les enjeux des gestes qui sauvent, nous sommes allés à la rencontre de Célia Rich, directrice pédagogique de Lifeaz. Lancée en 2015, cette start-up francilienne est à l’origine de Clark, le 1er défibrillateur connecté, automatique et Made in France, conçu pour les particuliers, et d’Everyday Heroes, l’application mobile gratuite développée avec les Pompiers de Paris pour sensibiliser le grand public aux gestes de premiers secours.

 

Comment expliquez-vous que les Français soient à la traîne par rapport à d'autres sur la question des premiers secours ?

Aujourd'hui, on estime que 20% seulement de la population française est formée aux gestes de premiers secours. Parfois la formation remonte à plusieurs années et les gens ne savent plus comment agir et préfèrent même ne pas intervenir. Par ailleurs, les gens qui se forment le font en partie par obligation professionnelle.

Plus concrètement, plusieurs facteurs semblent aujourd'hui freiner le grand public à se former : le coût de la formation (60 euros par personne pour une formation PSC1), la disponibilité (1 journée pour le PSC1), le déplacement (parfois à plusieurs dizaines de kilomètres de chez soi), et la communication qui pourrait être largement accentuée sur ce sujet.

 

5 % de taux de survie face à un arrêt cardiaque en France

 

Quels sont les conséquences directes de ce manque de connaissances des gestes de premiers secours ?


Les conséquences directes de ce manque de connaissances s'observent notamment sur le taux de survie face à un arrêt cardiaque : de 5 % en France aujourd'hui. Dans les pays nordiques, ce taux se situe entre 30 et 40 % et s'explique principalement par le fait que la population est formée dès le plus jeune âge aux gestes de premiers secours et qu'elle bénéficie de piqûres de rappel régulières à différentes étapes clés de la vie (passage du permis de conduire, etc.).

Un autre exemple criant : celui de Seattle. Dans cette ville où 80 % de la population est formée ET où des défibrillateurs ont été déployés massivement, le taux de survie dépasse les 60 %. Alors pourquoi pas nous ?

lifeaz gestes premiers secours

 

Il faut intervenir dans les 4 premières minutes

Quels sont les gestes à connaître absolument ?

Face à un arrêt cardiaque, il faut intervenir dans les 4 premières minutes grâce à des gestes simples qui vont donner un maximum de chances de survie à la victime :

- Alerter : en appelant le 15 (SAMU), le 18 (pompiers) ou le 112 (numéro d'urgence européen) ;

- Masser : en appuyant sur la moitié inférieure du sternum, avec des compressions de 5 à 6 cm de profondeur et un rythme de 100 à 120 compressions / minute ;

- Défibriller le plus tôt possible : en allumant l'appareil et en se laissant guider par ses instructions vocales et visuelles, sans risque de se tromper.

lifeaz gestes premiers secours
L'application Everyday Heroes

 

Quelles sont les solutions proposées par Lifeaz ?

En France, chaque année, ce sont plus de 50 000 personnes qui meurent prématurément d’un arrêt cardiaque. Malgré les idées reçues, les hommes et les personnes âgées ne sont pas les seuls concernés et la moyenne d'âge des victimes est d'environ 60 ans, et même 40 ans chez les sportifs amateurs. Les arrêts cardiaques ont lieu, dans l’immense majorité des cas (+ de 80 %), au domicile ou sur le lieu de travail de la victime et le taux de survie face à un arrêt cardiaque est de 5 %. La principale raison ? Il faut intervenir dans les 4 premières minutes alors que le temps moyen d’arrivée du SAMU ou des Pompiers se situe plutôt autour de 15 minutes.

Or, c'est le premier témoin (un proche, une collègue, une amie, etc.) qui peut intervenir avec des gestes simples et un défibrillateur pour sauver la vie de la victime.

En créant Lifeaz, nous avons pris l’engagement très fort de tout faire pour changer les choses et donner à tous le pouvoir de sauver des vies. Lifeaz a lancé fin 2020 le premier défibrillateur conçu pour les particuliers qui pour la première fois rend le défibrillateur et la sensibilisation aux gestes qui sauvent accessibles à tous.

Nous vous recommandons
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

CAPSU jeu 18/03/2021 - 08:57

Certes, il faut continuer à faire connaître la consigne simple et claire de la Fédération française de cardiologie, soit "Une vie = 3 gestes". Et d'apprendre en premier lieu le massage cardiaque externe. Ainsi que la consigne du CAPSU : 5 gestes qui sauvent (de survie), face à un accident de la route, valable également pour les accidents domestiques et des loisirs, que le CAPSU propose depuis plusieurs dizaines d'années d'en rendre la formation obligatoire pour obtenir un permis de conduire. Par contre, s'agissant du défibrillateur, il est trop cher, impossible pour un particulier de consacrer 1000 euros pour un tel appareil, hélas ! Sinon, comme secouriste, je n'hésiterai pas à en acquérir un personnellement pour mon domicile. Il faut donc, comme pour les téléphones portables, inventer des mini-défibrillateurs pour UNE seule intervention, rechargeable ensuite immédiatement puisque possible avec les batteries d'aujourd'hui. Le prix devrait être de 100 euros maximum. Il faut travailler la dessus si l'on veut que ces appareils soient aussi nombreux que les smartphones ! Didier BURGGRAEVE, président du CAPSU, secouriste bénévole depuis plus de 50 ans.

Répondre

Retraite

Madrid Appercu
RETRAITE

Vivre sa retraite en Espagne

Très appréciée des touristes, l'Espagne est également le lieu de résidence choisi par de nombreux retraités en quête de soleil et d'ambiance chaleureuse.

Santé

São Paulo Appercu
COVID-19

Covid-19: le Brésil passe la barre des 500.000 morts

On le voyait arriver ce seuil fatidique, vu les morts quotidiens. Mais le fait d’atteindre ce demi-million de morts fait une nouvelle fois prendre conscience du désastre sanitaire que vit le Brésil.