Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 3
  • 0

PISA : Le niveau scolaire baisse en France mais se maintient dans la moyenne mondiale

L’OCDE a dévoilé les résultats de son enquête PISA 2023 le mardi 5 décembre, évaluant les compétences des élèves de 15 ans à l'échelle internationale. Le niveau global enregistre une baisse, et la France n'échappe pas à cette tendance. Cette enquête intervient opportunément pour le ministre de l'Éducation nationale, Gabriel Attal, qui saisit l'occasion pour dévoiler ses initiatives en matière de réformes.

les résultats en baisse OCDE PISAles résultats en baisse OCDE PISA
Écrit par Christophe Verger
Publié le 5 décembre 2023, mis à jour le 15 décembre 2023

 

La très attendue enquête Pisa, dévoilée ce mardi 5 décembre par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), évalue tous les trois ans les performances des élèves en compréhension de l'écrit, en sciences, et surtout en mathématiques. Cette année, l'OCDE constate une diminution sans précédent des performances dans les pays membres de l’OCDE. En mathématiques, la moyenne enregistre une baisse de 15 points par rapport à 2018, et de 10 points en compréhension de l'écrit. Cette étude sert de référence aux différents gouvernements.

Le constat est sans équivoque : depuis la création de l’étude Pisa en 2000, est observée une chute inédite du niveau scolaire, avec le score moyen de tous les pays en net recul, portant sur un échantillon de 690.000 jeunes de 15 ans évalués dans 81 pays ou territoires. Lors de l’annonce des résultats, Gabriel Attal, Ministre de l’Education nationale, en a profité pour faire quelques annonces pour réhausser le niveau des élèves.

 

Gabriel Attal, Ministre de l'éducation nationale souhaite une restructuration du système scolaire

 

Le ministre annonce vouloir lutter contre le risque de fractures scolaires

 

Un système scolaire à retravailler en France

Le “choc des savoirs” : il s’agit du nom des mesures souhaitées par Gabriel Attal, afin de restructurer le système scolaire français. A la suite des résultats de l’enquête Pisa, le ministre de l’Education nationale a envoyé un email pour communiquer ses propositions directement aux professeurs : “ Conformément à la méthode que j’applique depuis ma nomination, je choisis de partager avec vous mes décisions le plus directement possible car c’est avec les professeurs, par les professeurs, grâce aux professeurs que nous relèverons le défi de l’élévation du niveau”.

Le ministre annonce vouloir lutter contre le risque de fractures scolaires. A partir de la rentrée 2024, de nouveaux programmes seront instaurés, pour les classes de CP, CE1 et CE2. Une refonte des programmes scolaires est attendue afin que ces derniers soient plus clairs, ainsi que la généralisation de la “méthode de Singapour” pour l’apprentissage des mathématiques. Quant aux classes de CM1 et CM2, les nouvelles directives pédagogiques seront mises en œuvre à compter de septembre 2025. 

Désormais, le choix de faire redoubler un élève reviendra exclusivement aux enseignants. Par ailleurs, une certification sera attribuée aux manuels scolaires de l'école primaire, impliquant la participation active d'enseignants sur le terrain. Dans le cadre de cette initiative, l'État assumera le financement des manuels scolaires de lecture et de mathématiques destinés aux élèves de CP et de CE1.

 

Un ajout de l'intelligence artificielle au système éducatif

 

L’intelligence artificielle au secours des élèves français

"MIA" ou "Modules Interactifs Adaptatifs", tel est le nom de l'outil dont le déploiement a été officiellement annoncé ce 5 décembre par le ministre de l’Éducation nationale. Développé par l'entreprise EvidenceB, le système se présente sous la forme d'une application. Sa disponibilité sera étendue à près de 800.000 élèves de seconde à partir de septembre 2024. Une mise à disposition anticipée dès février 2024 pour 200.000 d'entre eux dans l’ensemble des lycées français en métropole et Outre-mer. Le ministre ne s’est pas prononcé au sujet des Lycées français de l’étranger. 

Une fois l’application lancée, l’élève est encouragé à effectuer un test de positionnement, sous forme d’une série de questions en français et en mathématiques, visant à évaluer son niveau. Une fois cette étape accomplie, l’élève a accès à des exercices ciblés et axés sur les deux matières. La progression de l’élève est ensuite guidée par l’intelligence artificielle. 

 

L’Asie se distingue en haut du classement

 

Un lien entre le statut socio-économique des élèves et leurs performances

En moyenne, les élèves défavorisés sur le plan socio-économique dans les pays de l'OCDE sont sept fois plus susceptibles de ne pas acquérir les compétences de base en mathématiques par rapport à leurs pairs favorisés.

L'OCDE signale que la France demeure parmi les pays de l'OCDE où cette corrélation est la plus marquée. A titre d’exemple en mathématiques, les élèves issus de milieux favorisés affichent des résultats supérieurs de 113 points par rapport à leurs pairs défavorisés, tandis que la disparité moyenne est de 93 points dans les pays de l'OCDE. Seuls la Slovaquie, Israël, la Hongrie, la Suisse, la Belgique et la République tchèque présentent des résultats moins favorables. 

Des résultats PISA globalement décevants en Europe tandis que, de l’autre côté du monde, l’Asie se distingue en haut du classement. Comme en 2016, Singapour maintient largement sa première place dans les trois matières mathématiques, sciences et lecture. Macao, Taïwan, Hong Kong, le Japon et la Corée du sud suivent de près en mathématiques.

 

Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

© lepetitjournal.com 2024