Mercredi 28 octobre 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

S.CAZEBONNE - "Une rentrée plus satisfaisante et apaisée qu’imaginée"

Par Damien Bouhours | Publié le 22/09/2020 à 18:00 | Mis à jour le 22/09/2020 à 18:00
samantha cazebonne rentrée

La députée de la 5e circonscription des Français de l’étranger, Samantha Cazebonne, revient sur une rentrée très chargée. La représentante des Français d’Espagne, du Portugal et Andorre aborde avec nous la situation des établissements français à l’étranger, la transition verte et l’importance du respect animal.

 

Comment s’est déroulée cette rentrée 2020 si particulière pour les établissements français à l’étranger ?

Cette rentrée s’est globalement bien passée. Au niveau des effectifs, le nombre de départs n’a pas été aussi important que prévu. Nous perdons tout de même entre 3000 et 4000 élèves mais nous nous attendions à bien pire. Ces chiffres nous permettent de nous apercevoir que nos établissements ont conservé la confiance des familles, qui pouvaient parfois être déçues. Les mesures d’aides gouvernementales et l’engagement financier des familles ont été au rendez-vous et ont permis d’éviter un certain nombre de départs.

Du côté des établissements, la moitié a repris en présentiel. Ceux toujours en distanciel améliorent aussi leur qualité d’enseignement. Tous les moments de fronde et d’expressions virulentes de la part des familles, que nous avons vécus au troisième semestre, nous n’en avons pas de témoignage en cette rentrée, ou très localement. Cette rentrée est donc satisfaisante et apaisée, au moins pour le moment.

 

Nous faisons avec les moyens mis à notre disposition

L’inclusion était au coeur des objectifs de l’AEFE en cette année anniversaire. Pensez-vous que les familles françaises de votre circonscription sont suffisamment soutenues face à des situations de handicap ?

Je le dis sans aucune provocation : nous faisons avec les moyens mis à notre disposition. Lorsque l’on est une famille qui vit l’inclusion par le biais de l’un de ses enfants, on considère naturellement qu’il y a toujours matière à attendre plus, d’autant plus lorsque l’on vit à l’étranger et que l’on n’a pas à disposition toutes les offres de services des écoles en France. L’enseignement français à l’étranger a déjà beaucoup progressé et rapidement. Il faut continuer dans cette dynamique et surtout ne pas s’arrêter. C’est un sujet fondamental qui contribue aussi à l’excellence française. Nous devons accueillir tout type d’élèves, quel que soit leur profil.

 

Cette rentrée est l’occasion aussi de tester les menus végétariens dans les cantines en France. Quels sont les effets positifs de cet amendement que vous aviez défendu ?

J’en vois beaucoup. La production intensive de viande accélère le dérèglement climatique en matière d’empreinte carbone et de couche d’ozone. Ce menu végétarien fait donc prendre conscience aux jeunes qu’il est possible de changer raisonnablement notre alimentation. Les effets existent pour la planète mais aussi pour le vivre ensemble, puisqu’il y a des enfants qui ne mangent pas de viande et qui se sentent parfois exclus. Une alternative végétarienne au quotidien leur permet de se retrouver ensemble à table et de créer du lien social.

Ces menus végétariens privilégient le circuit court et donc l’économie locale. Ils permettent de repenser l’idée que l’on se fait des légumes et de la saisonnalité des produits. Les cuisiniers peuvent utiliser des légumineuses ou des légumes d’autrefois. La cuisine végétale permet alors de revenir à des fondamentaux. Cet amendement était une réelle attente sociétale. Il n’y qu’à regarder les rayons des supermarchés pour s’en convaincre.

 

Il est indispensable de mettre ce sujet au coeur des débats

Vous défendez également la cause animale notamment via une proposition de loi visant à protéger les mineurs de lexposition à la violence exercée sur les animaux. Que pensez-vous de la proposition de référendum pour les animaux ?

Je l’ai signé et j’y souscris. Il est indispensable de mettre ce sujet au coeur des débats. Le parlement doit s’en saisir. C’est une attente forte des Français qui sont attachés aux animaux. Aujourd’hui être sensible aux animaux, c’est aussi être sensible aux Hommes. Pour paraphraser Gandhi, on reconnait la grandeur d’une nation à la façon dont elle traite les animaux. Ce référendum est une manière de montrer que nous ne sommes pas indifférents à la souffrance animale. C’est ce signal là que les Français attendent.

 

Vous vous êtes également réjouie des 146 propositions de la #ConventionCitoyenne pour le climat retenues par le président de la République. Pensez-vous que la France soit prête pour une réelle transition verte ?

Je suis convaincue que les Français le sont. La transition écologique a été souvent évoquée lors du Grand Débat. Les Français attendent les politiques sur ce sujet mais nous devons faire avec des réticences lobbyistiques au niveau industriel mais également de certains Etats. Certaines mesures écologiques ont également un coût financier. Le politique fait donc face à des rapports parfois difficiles avec certains lobbys, qui ne voient pas du bon oeil que l’on vienne parfois contrecarrer leurs plans. Les mesures prises ne seront jamais assez fortes pour de nombreux citoyens mais nous devons faire face à un contexte. Il faut laisser le temps de l’adaptation et de la reconversion aux industriels.

 

Je souhaite rencontrer nos forces vives

Dans le Plan de Relance, de nombreuses mesures vont dans le sens d’une économie plus verte et du développement durable. Pensez-vous que les Français de l’étranger pourront faire partie de ce mouvement ?

Je compte l’impulser. Je souhaite rencontrer nos forces vives, ces entrepreneurs qui ont besoin que nous les soutenions et que nous les mettions en lumière. Lors d’un prochain déplacement en Espagne, je souhaite inviter le secrétaire d’Etat à rencontrer ces acteurs, ceux qui s’engagent dans le développement durable à l’étranger via des filiales d’entreprises françaises ou des entreprises locales. Si nous ne pouvons pas beaucoup pour elles, nous pouvons amener du conseil et de l’expertise, à travers Expertise France, Business France, les French Tech ou encore les Chambres de commerce internationales. Toutes ces structures s’engagent et veulent être associées à ce Plan de Relance. Mon travail est de sensibiliser l’exécutif pour l’amener à regarder vers les Français de l’étranger.

 

Les entrepreneurs français à l’étranger se sentent oubliés des aides proposées suite à la pandémie. Quelle est la situation dans votre circonscription ?

Il y a le meilleur comme le pire. Certains tirent les bénéfices de la crise car leur business était orienté vers le numérique ou des services qui ont particulièrement bien fonctionné. Il y a ceux qui se sentent désespérés et ne bénéficient pas du soutien qu’ils auraient eu en France. La France aide déjà beaucoup à travers ses écoles, son réseau culturel et les services de conseil qui sont mis à disposition. Il est difficile d’aider directement des entrepreneurs qui se sont installés à l’étranger et paient leurs impôts là-bas. J’y serais favorable au cas par cas mais il faut savoir comment les aider. Des mesures de soutien et des possibilités de crédits sont déjà en place.

 

34% des retraités expatriés français vivent en Espagne ou au Portugal. La dématérialisation du certificat d’existence a permis une simplification de la procédure. Quelles sont les évolutions attendues aujourd’hui ?

Je prépare un amendement pour permettre une avancée majeure, qui serait la reconnaissance biométrique faciale de chez soi. Cela permettrait de faciliter la procédure pour les retraités dès lors qu’ils ont accès à un ordinateur ou un téléphone portable avec une caméra. Je veux porter ce projet en espérant qu’il puisse aboutir rapidement.

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS jeu 24/09/2020 - 01:32

C’est drôle tout de même ce que certains élus peuvent être "en marche" à coté de leurs pompes en ne se posant aucune question évidement sur ce qui préoccupe les électeurs qui les ont élus? Donnes moi ta voix et fermes là ensuite! Ainsi les humains on s'en fout mais les animaux faut en palabrer c'est la mode! Ben ouai mais les stats internationales démontrent qu'en 1 demi siècle 50% des animaux sauvages sur la planète a disparu ( pourquoi ? comment ? etc ainsi qu'a -t-on fait hier ??) par contre les êtres humains se sur-multiplient et eux....s’ensauvagent ! ( pourquoi ? comment ? etc...alors on fait quoi aujourd'hui?) Ainsi donc nos politicardes donzelles françaises comme leurs homologues damoiseaux machos antérieurs ne changent pas le dicton selon lequel la France a toujours une guerre de retard ! Politicards mâles ou donc femelles en parité débordante d’ardeur guerrière même combat …on s’égosille sur ce qui n’existera plus et on se tait sur ce qui monte en flèche ! Nos pleurnicheuses y vont donc dare dare de COM électorale sur les animaux en extinction prochaine mais pas sur notre prochaine surpopulation d’humanoïdes de toutes espèces qui mutent en bêtes sauvages. Ainsi savez-vous quelle est l’espèce de pastèque la plus consommée en France : « SUGAR BABY » se distinguant d'une charmante jolie peau bien lisse à l'extérieur et 97% de flotte à l’intérieur. Ouai et pour être sucrée faut taper dessus d'une pichenette et si ça fait « flop flop » en creux c'est qu'elle est bien mûre! Ben ouai mais en cas de tourista (pourquoi ? comment? etc? ..alors on va faire quoi ?)

Répondre
Commentaire avatar

Avo 7 sam 10/10/2020 - 01:24

Bien d'accord avec Kriss sur le fait que le sujet de la surpopulation est le plus grand tabou de ces cinquante dernières années. À qui cherche-t-on a plaire en évacuant le problème et les solutions éventuelles ? Est-ce encore une question de correction politique? Qui ne faut-il pas froisser? Pourquoi ne dit-on pas aux religieux de tous bords que leurs mantras : " croissez et multipliez", "nous détenons la Vérité et nous devons être les plus nombreux pour l'imposer victorieusement à toute la terre" et autres fariboles meurtrières du même acabit mènent tout droit à l'extinction de l'espèce ???? Vraiment l'être humain est l'animal le plus stupide de la création puisqu'il bute toujours sur la même pierre et que le destin des habitants de l'île de Paques ne semble pas les concerner plus que la multiplication des paramecies dans une mare jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de survie pour elles.... Pourquoi ne propose-t-on que des solutions dérisoires voire ridiculissimes au lieu de parler de contrôle des naissances là où elles explosent? Les problèmes écologiques, la dégradation effrayante de la nature ( les incendies de forêts millénaires pour cultiver des terres qui deviennent stériles en moins de cinq ans), l'enlaidissement épouvantable du paysage, la pénurie des ressources, les concentrations de population ( qui n'a pas vu les "slums" de Bombay ignore ce qu'est l'enfer sur terre), les luttes pour l'eau, les ressources, les territoires, etc. etc. sont le reflet parfait de la course frénétique et folle vers le précipice dans laquelle nous sommes tous entraînés .... Et toute cette violence exercée sur la nature induit la même violence entre humains Quant à la protection des animaux il semble que les abeilles n'en fassent plus partie avec une ministre qui, lorsqu'elle était député hurlait qu'il ne fallait pas céder d'un cheveu sur les néonicotinoïdes et a le front de dire maintenant qu'elle fait beaucoup pour la cause écologique et qu'on ne peut pas tout faire en même temps. Comment peut-on tomber aussi bas, se désavouer de la sorte, survivre à la honte et au mépris de soi???? Il n'y a pas de mots assez durs ni assez insultants pour qualifier ce genre de comportements.

Répondre

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ