Dimanche 21 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Florence : journée portes ouvertes au lycée Victor Hugo

Par Augustin Mollet | Publié le 19/02/2018 à 21:00 | Mis à jour le 23/02/2018 à 12:33
Florence Lycée Victor Hugo

A l’occasion de sa journée portes ouvertes, le Palazzo Venturi Ginori, où s’est installé le lycée français Victor Hugo, accueillera ses futurs élèves potentiels et leurs parents le 24 février prochain de 10h à 13h afin de leur présenter les spécificités de l’enseignement d’excellence qui y est dispensé, de la maternelle à la terminale.

 

Victor Hugo
Dans la cour de récréation, la statue du cyclope Polyphème d'Antonio Novelli

 

Le Lycée Victor Hugo, établissement homologué par l’Education Nationale française, accueille 480 élèves de la petite section à la Terminale. Du fait de son appartenance à la Mission laïque française depuis 2007, celui-ci met au cœur de son enseignement les valeurs suivantes : la diffusion de la culture et de la langue française, la laïcité de son enseignement, l’enseignement des deux cultures, à savoir la culture française et la culture italienne, ainsi que l’apprentissage de quatre langues que sont le français, l’italien et l’anglais, auxquels s’ajoutent l’allemand, l’espagnol ou le chinois à partir de la quatrième. « Notre objectif est de donner aux élèves les moyens d’acquérir une ouverture d’esprit et un esprit critique dans tous les domaines, en nous adaptant au rythme de chacun et en leur proposant un accompagnement au plus proche de leur profil », résume Mme Maria MARTINO, proviseure de l’établissement. En outre, l’enseignement à Victor Hugo est prodigué dans un cadre unique : l’établissement se trouve dans le Palazzo Venturi Ginori, construit en 1498 par l’époux de Nannina de Médicis et dans lequel Machiavel donna ses discours de l’académie néoplatonicienne… 

 

Victor Hugo
Plaque commémorative en honneur de Nicolas Machiavel 

 

Cette approche plurilinguistique est partagée aux élèves dès leur plus jeune âge et se fait toujours au rythme de l’enfant : à partir de la maternelle, ceux-ci sont habitués à vivre les trois langues au travers de chansons et de jeux, avant de renforcer leur niveau d’année en année. Au collège et au lycée, dix heures de LV1 et de LV2 structurent l’emploi du temps des élèves, soit deux fois plus que ce que préconise le programme classique. De fait, ceux-ci se doivent de passer l’Esabac à la fin du lycée, examen délivrant à la fois le baccalauréat français et l’esame di Stato italien leur permettant in fine d’accéder à l’enseignement supérieur français et italien. 

Bien entendu, la diffusion de la culture française et de la culture italienne passe par l’éducation des élèves aux arts. Le lycée fait notamment partie de l’opération « Lycéens au cinéma » en partenariat avec l’Institut Français et qui propose une programmation de films français en version originale. Dans le cadre du partenariat avec l’école de musique de Fiesole, dont les professeurs donnent aux élèves des cours de musique, ces derniers ont la possibilité de s’initier à la pratique d’un instrument. Ils peuvent ainsi intégrer par la suite l’un des groupes instrumentaux classiques, jazz ou rock de l’établissement. Les collégiens ont également l’occasion de devenir des Ambassadeurs de l’art : en troisième et en quatrième, ils peuvent proposer une visite guidée du Palais Ginori en français, en italien ou en anglais. 

 

Victor Hugo
Dans une classe de maternelle

 

L’histoire du Palais

Le palazzo Venturi Ginori a été construit en 1498 par Bernardo Rucellai sur des terrains appartenant à sa femme Nannina Médicis.

En 1459, Cosme de Médicis fonde l’Académie néoplatonicienne qui s’installe dans le palais. Nicolas Machiavel, Jacopo Nardi et le pape Léon X font partie de cette académie. Machiavel y présente ses discours. Lorsque les Médicis sont chassés de Florence en 1527, le parti des Arrabbiati (les coléreux, faction contraire aux Medicis) pille le bâtiment, détruisant une grande partie des trésors d’art collectionnés.

En 1534, le palais est ré-ouvert pour recevoir l’empereur Charles V.

Les fils de Palla Rucellai vendent alors le palais et les jardins à Bianca Cappello en 1537, qui en fait don à son fils Don Antonio de Médicis. En 1640 arrive le cardinal Médicis Giovan Carlo, frère du grand-duc Ferdinand II. Il transforme le jardin en y faisant construire des fontaines et en y plaçant des ornements. Les plantations sont refaites et comportent de nombreuses fleurs et plantes rares, très célèbres à cette époque.

A la mort de Médicis cardinal Giovan Carlo (1663), l’immeuble est vendu pour payer les dettes. Le marquis Ridolfi Montescudaio achète l’édifice et le fait agrandir. L’élément typique de cette période est le balcon au-dessus du portail central de la façade. Au XIXe siècle, le nouveau propriétaire refait les jardins selon la mode de l’époque, c’est-à-dire à l’anglaise.

En 1861 la comtesse Orloff le fait restaurer par Giuseppe Poggi.

Entre la Via della Scala et de la Via degli Orti Oricellari, on peut admirer un sanctuaire de la Vierge et l’Enfant par Andrea della Robbia.

 

Victor Hugo
Au sous-sol de l'école, une des fameuses grottes Médicis

 

Informations pratiques : 

Portes ouvertes le samedi 24 février de 10h à 13h.

Via della Scala, 85, Florence

Pour plus d'informations : http://www.vhugo.eu

 

Crédit photos : Janai Trejo Guerra

portes ouvertes lycée victor hugo florence

 

Nous vous recommandons

7

Augustin Mollet

Rédacteur - Elève de l'école Audencia Nantes, projet de management culturel
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Milan Appercu
ECONOMIE

Fiat : L’hommage de la presse italienne à Sergio Marchionne

Tout le week-end, le « sauveur de Fiat » a fait la Une de l’ensemble des journaux italiens. En fin de vie, le patron emblématique du grand groupe automobile a passé la main en urgence.