TEST: 2283

Coronavirus, Virginia Raggi pense à la phase 2 : vélos et scooters.

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 20/04/2020 à 14:12 | Mis à jour le 20/04/2020 à 14:26
Virginia Raggi coronavirus rome

La mairesse de Rome demande  au gouvernement de réguler les horaires des villes afin qu'il n'y ait pas de mouvement de foules et que la distanciation sociale puisse se mettre en place.

Alors que le gouvernement italien, les régions et les municipalités travaillent sur le déroulement de la phase deux de la pandémie, la ville de Rome réfléchit à la mise en place d'un système de transports publics garantissant les conditions de sécurité pour éviter et limiter les contagions. 

Virginia Raggi s'est exprimée à ce sujet sur l'antenne de Radio Cusano Campus, expliquant que "nous devons empêcher nos villes d'être envahies par les voitures et nous travaillons sur quelques axes communs : privilégier les transports à vélo et en scooters. Nous construisons des pistes cyclables. Nous voulons encourager la mobilité douce en encourageant également l'achat de vélos électriques. Nous devons décourager la circulation privée car, avec les transports publics qui devront limiter la fréquentation, nous risquons d'être envahis par les voitures".

Elle indique également que la ville est actuellement en train de travailler avec les compagnies de téléphone pour avoir accès aux données de trafics des usagers, dans le but de pouvoir augmenter les trajets des lignes de bus les plus fréquentées. 

Par ailleurs, la mairesse lance un appel aux entreprises du Latium : "Les masques doivent être disponibles sur le marché et je lance un appel aux entreprises du Latium en cours de reconversion pour nous aider à produire des masques dans notre région". 

Elle en profite de même pour évoquer le cas plus spécifique des écoles, souhaitant ouvrir des camps d'été en juillet si les conditions le permettent.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.