Jeudi 25 février 2021

Scandale des pâtes italienne faites de blé français

Par Juliette Haudidier | Publié le 22/01/2021 à 07:00 | Mis à jour le 25/01/2021 à 18:31
scandale pâtes Italie

Dans un article publié durant le mois de novembre 2020, le quotidien romain Il Fatto Quotidiano affirme que le producteur de pâtes italien De Cecco aurait importé près de 5.000 tonnes de blé françaises les faisant passer pour originaires de la région des Pouilles.

 

C’est un véritable scandale qui secoue l’industrie agroalimentaire après qu’un mail du directeur des achats de l’entreprise ait fuité.  Il y écrit que « Le Président informe que le blé français stocké à Ortona le 13.02.20 doit être considéré comme du blé des Pouilles. ». Il fait alors référence aux 4 575 tonnes de blés arrivées des Sables d’Olonne le veille. Une enquête de la magistrature italienne émet l’hypothèse d’une fraude.  Jusqu’à présent, la société n’a pas souhaité répondre aux accusations du journal romain.

La société De Cecco, originaire de la région des Abbruzes est un véritable géant de l’agroalimentaire italien. En effet, l’entreprise est le troisième producteur de pâtes derrière Barilla et le groupe Ebro Foods (Panzani et Lustucru).

Cette affaire n’est pas la première pour De Cecco. En effet, le marketing de ses produits est régulièrement mis en cause pour son manque de clarté quant à l’origine de ses ingrédients. Le packaging des pâtes vendues dans les supermarchés rend compte de produit 100% italien. Or, les informations sur les emballages écrites en caractères microscopiques témoignent d’une toute autre vérité. C’est pourquoi, la Haute Autorité pour la garantie de la concurrence du marché avait d’ores et déjà rappelé à l’ordre la marque et d’autres géants du marché. Les producteurs doivent désormais travailler dans la transparence, ce qui implique la modification des étiquettes et des sites web afin de certifier aux clients une communication complète et transparente sur l’origine des produits.

Le média romain souligne le fait que le producteur de pâtes a recouru à du blé italien mais aussi à des variétés provenant d’Arizona et de Californie. Informations qui ne sont pas précisées avec suffisamment de clarté. Par conséquent, depuis un an l’entreprise transalpine s’est engagée à indiquer sur l’ensemble de ses paquets la provenance de ses matières premières.

En bref, cette enquête témoigne de l’importance que les consommateurs accordent désormais à la provenance du contenu de leurs assiettes. De plus, le savoir- faire des pâtes ne suffit plus pour conserver la confiance des italiens.

 

 Pour retrouver l’enquête complète d’Il Fatto Quotidiano

Juliette Haudidier

Juliette Haudidier

Juliette est étudiante en 3ème année à Sciences Po Paris et effectue un stage de 4 mois au Petit Journal de Rome.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

DOMINIQUE ALHERITIERE ven 22/01/2021 - 09:17

Merci de votre article. Le problème n'est pas qu'une partie du blé soit importé en Italie, car il y a bien longtemps que la production de la Botte ne suffit pas, et ces importations continueront donc; le problème est d'avoir prétendu que tout venait des Pouilles.

Répondre

Que faire à Rome ?

EXPO

l'Exposition Josef Koudelka à l'Ara Pacis

Josef Koudelka, photographe renommé et à l’œil avisé, est exposé au musée de l’Ara Pacis jusqu’au 16 mai dans le cadre de l’exposition « Radici – Evidenza della storia, enigma della bellezza ».

Expat Mag

Lima Appercu

Le plus grand potager vertical du Pérou se trouve à Lima

Réalisé à partir de bouteilles en plastique recyclées, ce potager bio est une initiative du district de Santiago de Surco qui destine les légumes frais récoltés aux repas solidaires du quartier.