Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Changement climatique : Greta Thunberg à Rome

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 18/04/2019 à 15:55 | Mis à jour le 18/04/2019 à 15:59
Capture d’écran 2019-04-18 à 15.59.33

Du 2 au 15 décembre 2018 s’est tenue la COP 24, dont l’objectif était de faire accepter aux états le rehaussement de leurs ambitions au sujet de la réduction des gaz à effet de serre ainsi que de donner une plus grande visibilité concernant les financements. Elle a été particulièrement marquée par l’intervention d’une jeune militante écologiste : Greta Thunberg.

Cette adolescente de 16 ans prend position depuis plusieurs années en faveur de la défense du climat en interrogeant la responsabilité des dirigeants et des adultes en général. Lors de son discours, elle a remis en question l’engagement des pays face au réchauffement climatique ; voyant la COP 24 comme de “la parlotte, mais il ne se passe rien”. Souhaitant demander “des comptes aux générations plus âgées pour le désordre qu’ils [nous] laissent et dans lequel ils s’attendent [qu’on] vive”.

C’est ainsi qu’elle a lancé le mouvement “Skolstrejk för klimatet” (“grève étudiante pour le climat”) : chaque vendredi, au lieu de se rendre en cours comme tous ses camarades, elle fait le choix de manifester publiquement pour alerter sur les dangers du réchauffement climatique et obliger la Suède à se conformer à l’accord de Paris sur le climat (signé en 2015), qui vise à limiter le réchauffement de la terre. Véritable icône de la lutte écologiste, Greta Thunberg est devenue, en seulement quelques mois, la voix et le visage de toute une génération qui doit regarder l’inaction des adultes face à la crise climatique.

Une présence attendue à Rome

Invitée par les jeunes responsables de Fridays for Future di Roma, elle sera présente à Rome le vendredi 19 avril Piazza del Popolo pour les soutenir. Ils espèrent de fait que les responsables politiques comprennent que le moment est venu d’écouter des scientifiques de l’étranger et de l’Italie qui rappellent sans cesse qu’il n’y a pas de temps à perdre. La veille, Elisabetta Alberti Casellati, présidente du Sénat italien, recevra Greta Thunberg pour une discussion sur le climat et l’environnement.

La jeune suédoise se place dans la continuité d’une autre adolescente qui avait marqué les esprits : Severn Cullis-Suzuki. Alors qu’elle était âgée de douze ans, Severn Cullis-Suzuki et ses camarades de “l’Environmental Children’s Organisation” ont réuni suffisamment de fonds pour se rendre au sommet de la Terre à Rio de Janeiro. Le dernier jour, elle tient un discours dans lequel elle tente de mettre en cause les dirigeants du monde quant au dérèglement climatique. Néanmoins, l’on ne peut pas savoir si le mouvement de jeunesse pour le climat durera dans le temps ou si les adolescents le perçoivent comme un simple effet de mode. Selon Cyril Dion, militant écologiste (co réalisateur du film Demain), “les lycéens peuvent peser car ils ne sont pas suspectés d’être partisans, de lutter pour autre chose que leur propre intérêt. Mais ce mouvement ne pourra fonctionner que s’il devient récurrent. Il faut qu’avec les “gilets jaunes”, les jeunes et les autres citoyens parviennent à tenir le pavé pour obliger les politiques à se positionner.”

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

dominique A ven 19/04/2019 - 10:34

Ecolo d'opérette qui mange du junk food et prend l'avion au moindre prétexte ! Vraiment pas un modèle.

Répondre

Actualités

Réussir son retour en France

Depuis plus de 20 ans, O2, leader des services à domicile, et présent partout en France avec plus de 320 agences, vous accompagne au quotidien et vous donne une bouffée d'oxygène

Communauté

Minerva Medica ou l’histoire d’un temple méconnu

Si l’on se promène Via Giolitti ou que l’on emprunte les rails du tramway numéro 3, l’on peut s’émerveiller devant les vestiges d’un vieil édifice : une coupole connue comme le Temple Minerva Medica.

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.