TEST: 2283

Nouveau décret Covid, le premier de Mario Draghi

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 24/02/2021 à 19:23 | Mis à jour le 24/02/2021 à 19:26
Mario Draghi

Après un dernier conseil en fin de journée mardi 23 février, le nouveau décret, présentant les mesures appliquées en Italie en pleine épidémie de covid-19, a été publié. Il s’agit du premier décret de Mario Draghi depuis son arrivée au gouvernement.

 

Tout d’abord, le nouveau dpcm maintient le fonctionnement des zones de couleurs sur le territoire italien. Celles-ci répartissent les régions entre blanches, jaunes, oranges ou rouges, impliquant des mesures du moins au plus strictes et des dangers liés au Covid du moins au plus élevés. Les critères pour déterminer les couleurs sont les mêmes que ceux établis depuis le dernier décret, ils concernent le nombre de cas hebdomadaire d’infections et le risque selon la saturation des hôpitaux. Les couleurs continueront à être établies hebdomadairement le jeudi, et les mesures appliquées dès le dimanche suivant. Les interdictions selon les couleurs sont les mêmes qu’auparavant.

De plus, la grande nouvelle du décret est le report de l’interdiction de se déplacer entre les régions, jusqu’au 27 mars. Il est donc interdit de sortir de sa région, sauf pour des déplacements justifiés par des motifs professionnels, de situations de nécessité ou de santé.

Jusqu’au 27 mars toujours, il est permis en zone jaune ou orange de rendre visite à des amis ou de la famille dans une maison, ceci étant limité à 2 personnes supplémentaires par rapport à celles qui y vivent déjà, les enfants de moins de 14 ans ne sont pas pris en compte dans le calcul. En zone rouge, cela est en revanche interdit.

Avec ce nouveau décret, Mario Draghi continue sur la lancée des dpcm précédents, et affirme surtout ne pas vouloir se précipiter dans l’allègement des mesures, craignant les variants et s’alignant sur les stratégies des pays européens voisins.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale