TEST: 2283

La course pour la capitale italienne de la culture 2024 est lancée

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 16/02/2022 à 08:58 | Mis à jour le 16/02/2022 à 08:58
capitale italienne de la culture

Chaque année, le ministère de la Culture choisit une ville italienne qui reçoit le titre de capitale italienne de la culture, et a donc la possibilité de promouvoir son patrimoine et sa vie culturelle locale.

 

Cette initiative, lancée en 2015 par Dario Franceschini, ministre de la Culture depuis 2014, est inspirée de la nomination annuelle d’une capitale européenne de la culture. En particulier, la nomination de la ville italienne de Matera, en 2019, qui a rencontré un grand succès, rendant la ville internationalement célèbre, a donné envie au ministre de reproduire cette sélection mais à l’échelle nationale.

 

Une initiative récente pour promouvoir la culture locale

L’objectif n’est pas simplement de récompenser les villes avec un riche patrimoine, sinon, les villes les plus visitées comme Venise ou Florence auraient le monopole. Or ces destinations déjà prisées des touristes n’ont pas besoin urgemment de fonds. C’est donc un moyen de faire connaître des villes plus petites pour y attirer les flux touristiques.

Comme on peut le voir sur le site du Ministère de la culture, les motivations de ce projet sont nombreuses et ambitieuses : « la cohésion sociale, l’intégration sans conflit, la conservation de l’identité, la créativité, l’innovation, la croissance et le développement économique et le bien-être individuel et collectif ». Plus concrètement, la nomination comme capitale italienne de la culture permet à la ville choisie de valoriser ses biens culturels et paysagers, et d’améliorer ses services touristiques, en recevant de l’aide pour financer des projets précis, à hauteur de 1 million d’euros.

 

Une sélection attentive au projet culturel de chaque ville

Chaque année, sept experts nommés par le ministère de la Culture sont chargés d’évaluer la candidature de différentes villes et de désigner celle qui mérite le plus le titre tant convoité.

Depuis 2015, 12 villes ont été désignées, de Palerme à Bergame. En cette année 2022, la capitale italienne de la culture est Procida, située sur deux îles de la baie de Naples.

Pour être choisie, la ville candidate doit constituer un dossier de candidature en présentant son originalité culturelle locale et en proposant des projets d’amélioration et de mise en valeur de son patrimoine.

Les villes rivalisent en termes de communication afin d’être celle qui sera reconnue au niveau national et international, les médias locaux encensant la candidature de leur ville. L’enjeu est en effet important, puisqu’au-delà de la somme reçue l’année de leur nomination, le titre de « capitale italienne de la culture » suivie de l’année est une périphrase attirant l’intérêt touristique sur le long terme.

 

Les dix villes finalistes pour 2024

Le Ministère a rendu publique fin janvier la liste des dix villes finalistes sélectionnées parmi les 23 candidatures validées, réparties dans sept régions italiennes.

La région méconnue des Marches, bordant l’Adriatique, est représentée par deux communes : Ascoli Piceno, la « ville aux cent tours », et la commune portuaire de Pesaro.

La Vénétie compte aussi deux communes parmi les finalistes : Chioggia, connue non seulement pour son surnom mérité de « Petite Venise » mais aussi pour sa betterave, et Vicenza, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO pour son architecture de la Renaissance réalisée par Andrea Palladio.

La station balnéaire de Sestri Levante, caractéristique de la côte ligure, entre plage et falaises, est parfaite pour représenter cette région. La ville fortifiée de Grosseto et la populaire station balnéaire de Viareggio, en Toscane, sont toutes les deux sélectionnées. Les trois autres communes sont situées dans le Mezzogiorno. Il s’agit de Syracuse, en Sicile, « ville d’eau et de lumière » selon son dossier de candidature, de Mesagne, dans les Pouilles, autoproclamée la « Merveille humaine » également dans son dossier de candidature, et enfin, de l’union des communes Paestum - Alto Cilento, regroupant onze communes de Campanie.

Les villes sélectionnées passeront un entretien par visioconférence le 3 et 4 mars 2022, où elles auront 30 minutes pour présenter leur candidature et 30 minutes pour répondre aux questions posées par le jury. Le résultat final sera rendu le 15 mars.

Eléné Pluvinage

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale