TEST: 2283

François d’Assise dans la création contemporaine à la Libreria Stendha

Par Ronan de Keranflec'h | Publié le 06/10/2020 à 19:25 | Mis à jour le 07/10/2020 à 07:47
librerie stendhal livre rome

Jeudi soir la librairie française propose une rencontre avec la professeure en littérature italienne Brigitte Poitrenaud-Lamesi qui nous présentera son dernier livre : Imaginaires et pauvreté, François d’Assise dans la création contemporaine. L'écrivaine sera en dialogue avec Giuseppe Buffon et Paolo Grossi. Nous l’avons lu pour vous.

L’auteure met en exergue et explique de nombreuses œuvres et biographies créées principalement après la Seconde Guerre mondiale. En approchant le mythe de François d’Assise, elle relève dans la vie du saint les éléments qui ont touché les artistes de notre époque. Un portait de l’homme se dessine à travers les différentes sensibilités de peintres, plasticiens, poètes, réalisateurs ou encore horticulteurs. Pourquoi le personnage de François a-t-il fasciné jusqu’à nos jours tant d’artistes et penseurs d’horizons variés ?

La figure de François se prête d’abord facilement aux interprétations, chacun a sa propre raison de se reconnaître en saint François. Et pourtant le chœur du personnage se discerne à travers les différentes œuvres d’art. Celui-ci entre en résonnance avec notre mentalité post moderne. En effet François se démarque par son ambition d’imiter le Christ. En le rendant accessible à notre corps, le Christ est ainsi humanisé. Cette voie novatrice valorise la préoccupation de la vie terrestre jusque dans ses aspects prosaïques et plus uniquement dans le souci de préparer l’Au-delà. L’évangile est une invitation à l’action sur terre selon l’amour, l’Au-delà n’est pas nécessaire à l’engagement. Saint François porte en effet une critique sur la société de son temps d’ordre politique. Brigitte Poitrenaud-Lamesi remarque que les artistes sont touchés par un parallèle entre la période pré-capitalistique du XIIe (émergence de la bourgeoisie et du pouvoir de l'argent) avec les hésitations puis le tournant néolibéral des années 1980. François, comme les penseurs de la seconde moitié du XXe siècle, s’attaque à la propriété privée, aux dominations, hésite entre fidélité à l'autorité et action radicale. Enfin le saint a cette capacité à ré enchanter le monde à laquelle les hommes post modernes ne peuvent qu’être sensibles, à l’image de la relation charnelle qu’entretient François avec les éléments naturels.

Une des parties intéressantes du livre interroge sur la proximité de nombreux artistes non croyants avec le saint (Fo, Delteil, Pasolini). Un « imaginaire de la pauvreté » se construit grâce à saint François. François lie le sacré à la contemplation de la nature car pour lui la nature manifeste la présence du créateur. La nature ainsi sacralisée revêt une profondeur susceptible d’entrer en écho avec l’homme. François réalise une inversion des valeurs esthétiques en ne considérant plus seulement la beauté selon l’angle de la perfection, associée à la richesse, mais selon l’amour. Il lie la beauté au sentiment du divin en toute chose. L’ « imaginaire de la pauvreté » est ainsi particulièrement manifeste à l’après-guerre où le minimalisme et le réalisme deviennent prépondérants en art, jusqu’à exposer des objets rejetés et usés.

Bien qu’il nécessiterait une bonne connaissance des œuvres, ce livre permet d’approcher le personnage de saint François et regorge d’analyses intéressantes sur des créations très variées, nous invitant à les lire, les visionner…

Si vous êtes intéressés par saint François ou par l’art et la littérature, venez découvrir cet ouvrage jeudi 8 octobre à 19h à la libreria Stendhal !

 

Informations pratiques

Libreria Stendhal

Piazza di S. Luigi de' Francesi, 23

Ouvert du lundi au samedi de 10h00 à 19h00

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale