TEST: 2283

Alberto Biasi, illusions d’optique au musée de l’Ara Pacis

Par Le Petit Journal de Rome | Publié le 21/02/2022 à 09:00 | Mis à jour le 21/02/2022 à 09:00
illusions d’optique d'Alberto Biasi

Le musée qui abrite le monument à la paix d’Auguste accueille en ce moment une captivante exposition d’art contemporain, mettant à l’honneur l’œuvre de l’artiste Alberto Biasi.

 

Après avoir admiré l’Ara Pacis et son marbre blanc et statique, laissez-vous surprendre par les œuvres colorées et mouvantes exposées sous le monument antique. Des formes qui évoluent au gré de la visite, des sens perturbés et une fascination garantie : les œuvres d’Alberto Biasi ne peuvent laisser de marbre ni grands ni petits.

 

L’artiste, chef de file italien de « l’art cinétique »

Alberto Biasi, né à Padova en 1937, est un des plus grands artistes contemporains italiens, porté sur « l’art cinétique », un mouvement d’art jouant sur la perception visuelle et le mouvement des œuvres. Il est parmi les fondateurs, en 1959, du groupe N, réunissant plusieurs artistes travaillant sur les effets de la lumière et du mouvement. L’artiste cherche dans ses travaux à dépasser le simple rapport passif entre l’œuvre et celui qui la regarde, en l’impliquant lors de sa visite. Ses matériaux de prédilection, dans ses œuvres encadrées, sont le PVC sous formes de bandes et l’acrylique sur toile, s’alliant pour créer des illusions d’optiques captivantes.

 

illusion d’optique

 

Une exposition entre art et science

L’exposition au musée de l’Ara Pacis, comportant près de soixante œuvres, retrace le parcours créateur de Biasi, divisé en six sections. Le visiteur traverse donc près de 70 ans de création, découvrant les œuvres des sections « ambiances », « assemblages », « polytypes », « optique-cinétique » et « torsions », avec une même ambition : allier art et science pour fasciner le visiteur.

 

illusion d’optique

 

Parmi les œuvres se trouvent également quatre installations dynamiques, datant de 1959 à 2014, qui se déclenchent quand le visiteur entre, et qui jouent principalement avec la lumière et ses variations

Où qu’il se pose durant l’exposition, l’œil est trompé par l’habileté de l’artiste qui utilise ses connaissances en optique pour lui faire voir des illusions de mouvement.

 

Le visiteur, acteur de l’exposition

Les œuvres de Biasi invitent le visiteur à ne pas rester passif dans leur contemplation, mais à interagir avec elles. Certaines œuvres requièrent la participation active du visiteur, qui doit actionner une pédale qui le fait voyager dans une autre dimension, ou s’avancer sur un tapis pour être surpris par un flash qui fige son ombre sur un panneau. La surprise comme la fascination sont les partenaires officiels de l’exposition.

 

illusion d’optique

 

Et devant chaque œuvre, on ne peut s’empêcher de reculer, s’avancer, revenir sur ses pas, la regarder par tous les côtés, pour le plaisir de voir des formes se mouvoir, semblant sortir de leur cadre. Parmi les plus impressionnantes au niveau des illusions d’optique, se trouve la série des « Gocce » (Gouttes), reproduisant, quand le visiteur marche devant les œuvres, l’effet de la pluie dans l’eau dans une variation de couleurs. Le visiteur est constamment entouré de formes mouvantes, parfois géométriques, parfois plus figuratives, comme Occhio inquieto, représentant un œil, ou encore Elios, œuvre sur laquelle apparaît un soleil dynamique.

 

Information générale

Exposition prolongée jusqu’au 30 avril 2022

Gratuit avec la carte MIC

Voir sur le site du musée pour plus d’informations.

 

Eléné Pluvinag

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale