Mardi 4 août 2020

12 déc. 1969: Que s’est-il passé il y a 50 ans piazza Fontana à Milan

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 10/12/2019 à 23:30 | Mis à jour le 12/12/2019 à 09:03
Photo : Piazza Fontana à Milan | @Mbettacc - Wikipedia
piazza Fontana milan

L’Italie entière et particulièrement Milan, commémore ce 12 décembre 2019 les 50 ans de l’attentat à la bombe de piazza Fontana, principal point de départ des « années de plomb » italiennes. L’attentat encore aujourd’hui impuni, est le plus repris par les chanteurs-compositeurs italiens. Hommage en musique

Le 12 décembre 1969 à 16h37 piazza Fontana, à deux pas du Duomo de Milan, une bombe explose en face de la Banque Nationale de l’Agriculture. Elle provoque la mort de 17 personnes, 88 sont blessées. Cet évènement marque le début des années de plomb italiennes (qui ont duré jusqu’en 1980), mais surtout une étape déterminante de la « stratégie de la tension » qui visait à créer un climat de violence politique, d’incertitude et de peur au sein de la population, afin de favoriser l'émergence d'un État autoritaire. Encore aujourd’hui, malgré l’arrestation de milliers de personnes et de nombreux procès, l’attentat à la bombe de piazza Fontana demeure impuni.

Commémorations à Milan

Pour commémorer la tragédie, le président de la République italien Sergio Mattarella sera à Milan ce jeudi, pour participer à conseil municipal extraordinaire, retransmis sur les écrans géants installés pour la première de la Scala. Un cortège partira ensuite de piazza della Scala pour rejoindre piazza Fontana un peu avant 16h37, heure à laquelle la bombe explosa il y a 50 ans.
Le 11 décembre piazza Segesta (en face du lycée français Stendhal), le maire de Milan Giuseppe Sala participera à la plantation d’un arbre en souvenir de Giuseppe Pinelli, dans le quartier où il habitait. Le 15 décembre 1969, le jeune anarchiste accusé – à tort - d’avoir joué un rôle dans les attentats, est mort suite à une chute mortelle du 4ème étage de la Préfecture de police de Milan, où il était interrogé.

De Pietrangeli à De Gregori : hommage en dizaines de chansons

Parmi tous les attentats qu’a subi l’Italie, celui de piazza Fontana est sans doute le plus chanté par les cantautori, les talentueux chanteurs-compositeurs italiens. Probablement car il était le premier des nombreux actes terroristes comme celui de piazza della Loggia à Brescia en 1974 (8 morts et des centaines de blessés), d’Italicus sur le train Rome-Brennero la même année (12 morts et 105 blessés) ou encore celui de Bologne (85 morts et 200 blessés).

Parmi les chansons les plus célèbres écrites en mémoire de piazza Fontana, celle de Francesco De Gregori, intitulée Viva l’Italia (1979). Le chanteur compositeur milanais chantait : "Viva l’italia / L’Italia del 12 dicembre / l’Italia con le bandiere / L’Italia nuda come sempre / l’Italia con gli occhi aperti nella notte triste / Viva l’Italia / l’Italia che resiste."

 

 

On trouve aussi bien 15 versions de la « Ballata del Pinelli », en mémoire à l’anarchiste Giuseppe Pinelli, considéré comme la 18ème victime des attentats.

En 1973, Giorgio  gaber chantait « E tu mi vieni a dire », Dario Fo en 1977 fait référence à la peur dans  "Eppure da un poco di tempo". En 1993, c’est le groupe Hip Hop napolitain 99 Posse qui y dédie une chanson, intitulée « Odio » (Haine en français).
L’année suivante, le chanteur compositeur Massimo Bubola, notamment connu pour sa collaboration avec le célèbre Fabrizio De Andrè, consacre une chanson aux attentats impunis avec « Tutti assolti ». Cela continue en 1996, à Sanremo cette fois, avec « La terra dei cachi » de Elio e le Storie Tese. Mais aussi en 2000 avec la célèbre voix féminine Loredana Bertè dans « Mufida » : « Ai giorni perduti tra lacrime e fumo (...) A quelli di piobo e maledette stragi ».

 

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s)Réagir