La French Tech Milan vise l’Italie comme partenaire pour un futur plus durable

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 13/07/2022 à 00:18 | Mis à jour le 13/07/2022 à 00:35
conférence french tech milan

Greentech et durabilité, est le thème central de l’événement « French & Italian Tech : Italie et France réunies pour un futur durable », organisé par la French Tech Milan la semaine dernière.

 

Les objectifs européens de la neutralité carbone appellent à des changements dans tous les secteurs. Et aujourd’hui,  la Green tech est sans doute l’une des réponses aux défis technologiques et à la transformation durable des économies. C’est dans cette perspective que la French Tech Milan a organisé le 5 juillet dernier au musée national de la Science et de la Technologie Leonardo da Vinci, un événement réunissant l’écosystème des start-up innovantes françaises et italiennes dans le but de favoriser les échanges et valoriser les écosystèmes du secteur, des deux pays. La collaboration de la France et l’Italie en faveur d’un développement stratégique et digital, et de la green economy en particulier, s’affirme encore davantage depuis la signature du Traité du Quirinal signé par les deux pays le 26 novembre dernier.

« Il ne peut pas y avoir d’innovation sans attention portée envers l’environnement », a affirmé Paola Trecarichi, présidente de la French Tech Milan, en introduction des tables rondes. Pendant plus de trois heures, les thèmes fondamentaux pour un futur durable ont été abordés : la Greentech et l’efficacité énergétique, l’alimentation durable et la lutte contre le gaspillage et la durabilité digitale.

France – Italie : un écosystème startup uni, mais qui diffère

La dynamique des relations économiques entre la France et l’Italie s’organise également autour d’un écosystème composé de 35 000 start-up innovantes françaises et italiennes, présentant néanmoins des différences entre les deux pays.
L’Italian Tech compte plus de 14 000 startups innovantes, dont 75% opère dans le digital et 16% dans l’industrie manufacturière. L’année 2021 a marqué un record en termes d’investissements, dépassant pour la première fois le milliard d’euros (1,252 milliards).
La French Tech quant à elle, est considérée comme l’une des plus importantes sur la scène internationale. Elle compte plus de 20.000 startups, 5 000 business Angels et avec 21 unicornes à son actif (dont 11 nouvelles en 2021). Et 11,7 milliards d’euros ont été investis en 2021, soit 100% de plus qu’en 2020 et 15 fois la valeur enregistrée en 2015. Les startups françaises opèrent principalement dans les secteurs de la mode, de l’e-commerce, des paiements numériques et de l’immobilier. Une croissance telle que la France vise 100 unicornes d’ici 2032.
Si la France compte des investissements plus de huit fois supérieurs à ceux de l’Italian Tech, c’est aussi « parce qu’il existe beaucoup plus de politiques gouvernementales qui financent et incitent l'écosystème des startups », affirme Paola Trecarichi.
Reste que « la France s’intéresse particulièrement à l’Italie en matière de Green Tech, le pays s'imposant comme un leader européen de l’économie circulaire, avec 79,3% de déchets recyclés », ajoute la présidente de la French Tech Milan.


La French Tech en Italie

Créée en 2016, la French Tech Milan est l’une des premières communautés officielles de la French Tech (aujourd’hui, il en existe 63 dans une cinquantaine de pays), née pour promouvoir et développer l’écosystème des entreprises de la French Tech au niveau local et international et renforcer les liens avec les acteurs de l’innovation en Italie. A ce jour, l’écosystème de la French Tech en Italie réunit près de 100 pépites de la French Tech ainsi que tous les acteurs des relations économiques franco-italiennes en matière d’Innovation, qu’il s’agisse de FinTech, AgriTech, Retailtech, Healthtech, ou encore Cleantech.

 

MAR

Marie-Astrid Roy

Rédactrice en chef et Directrice des éditions Lepetitjournal.com Milan et Rome
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale