Mercredi 12 août 2020

L'organisation du travail après la crise Covid-19 en Italie

Par Lablaw | Publié le 22/04/2020 à 00:05 | Mis à jour le 22/04/2020 à 00:05
Photo : Unsplash @proxyclick
Organisation travail déconfinement italie

Alors que la prochaine réouverture, ladite "Phase 2" de la gestion de la crise Covid-19, se profile, la « Phase 3 » est déjà dans les pensées. Quelle sera l’organisation du travail de la « nouvelle normalité ».

 

Malgré l'incertitude sur les dates de l’éventuel début des phases 2 puis 3 (et surtout sur la durée de chacune, il est nécessaire de faire une réflexion sérieuse sur ce qui sera - au-delà de l'aspect sanitaire et social - l'impact de ces cycles sur l’économie et l’organisation du travail.

En ce qui concerne l'économie, beaucoup s’engagent pour formuler des prévisions concernant la possible baisse du PIB de l'Italie (mais aussi de l'Europe et du monde), conséquence du choc provoqué par la crise du coronavirus, imaginant des scénarios plus ou moins apocalyptiques.
Cependant, les économistes savent que lorsqu'il y a une "rupture" structurelle des données, les prévisions n'ont pas beaucoup de sens.

Ce qui est certain, c'est qu'au-delà de la durée des phases d'urgence, qui ne sera certainement pas brève, le contexte économique mondial de "l'après Coronavirus" ne sera plus le même, car nous sommes confrontés à un profond changement.

La nécessaire adaptation des entreprises italiennes

Le changement concernera l'économie réelle certes, mais aussi les comportements, les relations sociales, les habitudes. A cet égard, on peut considérer que le principe énoncé par Charles Darwin, selon lequel dans la nature survit l'espèce qui sait le mieux s'adapter à son habitat (et ses changements) doit être certainement applicable au domaine de l'économie et de l'organisation des entreprises.
Il est donc tout à fait approprié que les entreprises italiennes commencent, - sans attendre, ni faire confiance aux bouées de sauvetages financières qui pourront être lancées par le gouvernement et l'Union européenne -, à réfléchir à la manière dont leur modèle économique peut évoluer afin de mieux s'adapter au nouveau contexte. Les entreprises doivent surtout imaginer, dès maintenant, une nouvelle organisation du travail.

Et pour cause, les entreprises devront faire face à plusieurs types de "réorganisations" :

-    « obligatoire » : dans le respect des règles visant à contenir la contagion ;
-    « pensée » et voulue pour s'adapter au nouveau contexte
-    « nécessaire » pour la gestion de la réduction des effectifs éventuellement liée à la crise.

Il conviendra donc d’analyser sérieusement les résultats de l’utilisation du télétravail (rendu presque obligatoire en raison du contexte d’urgence) pour comprendre si, et dans quelle mesure, cela peut devenir une manière ordinaire d’effectuer les prestations de travail. Il conviendra aussi de "repenser" le lieu de travail. Il sera également opportun de commencer à utiliser la possibilité de modifier les tâches des travailleurs d'une manière plus utile et intelligente, conformément à l'art. 2103 c.c.

Evaluation des possibilités d’économies

Ces analyses doivent être complétées par une évaluation des possibilités d’économies - aussi en termes de coûts - découlant d'une réduction des espaces physiques nécessaires à la réalisation de l'activité (bureaux, salles de réunion, restaurants d’entreprise et espaces communs), à une modification des outils de travail (également du fait de la digitalisation progressive, et donc en termes d'investissements), des horaires de travail, des équipes, ou encore des déplacements et des transports.
Dans ce contexte, les relations avec les syndicats joueront également un rôle important, qui pourrait devenir fondamental pour le partage et la mise en œuvre d'un nouveau modèle d'organisation du travail et pour la gestion des éventuels sureffectifs (comme le prévoit également l'article 1, alinéa 2, lettre L, du décret législatif n. 23/2020, c.d. décret sur la liquidité). Autre point important : les investissements dans la formation des salariés, nécessaires pour requalifier les travailleurs afin de les adapter au nouveau modèle.
La crise Covid-19 peut être transformée d'un événement tragique en un puissant déclencheur pour un changement et une évolution du modèle de business et de l'organisation du travail des entreprises.  Seules celles qui seront capables de saisir cette opportunité, avant et mieux que d'autres, pourront regarder vers l'avenir avec plus de sérénité.

 

travail italie déconfinement

 

Lablaw

Lablaw

Fondé en 2006 par Luca Failla et Francesco Rotondi, LABLAW est l’un des plus grands cabinets italiens, spécialisé exclusivement en Droit du Travail et Droit Syndical
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Chennai Appercu
SOCIÉTÉ

Être « maid » en Inde

En Inde, il est chose courante de voir travailler dans les foyers aisés ou étrangers des employés de maison, « maid » en anglais ou « bai » en Hindi. Un métier intense de millions de personnes...