TEST: 2269

La relation entre les médias et le Covid-19, chapitre 1 : la rencontre

Par Marie Lagache | Publié le 03/02/2021 à 13:55 | Mis à jour le 05/02/2021 à 01:05
Photo : Nijwam Swargiary-Unsplash
Média Journaliste Presse Covid

Après des millions d’articles écrits sur la pandémie depuis un an, la rédaction a souhaité revenir en arrière pour voir comment la presse avait traité l’arrivée du Covid-19 dans nos vies. Récit d’une passion mouvementée.

Il était une fois… le coronavirus ! Fin janvier 2020 les premiers cas et décès liés au Covid-19 étaient enregistrés au Royaume-Uni. En un an, nous avons connu beaucoup (trop) de mauvaises nouvelles : les confinements qui se répètent et qui se ressemblent ou encore le triste record du nombre de morts en 24 heures qui augmente à chaque vague de propagation du virus.

Nous avons toutefois vécu quelques (rares) moments de joie : cet été quand la vie était redevenue presque normale et quand des vaccins ont enfin été trouvés, nous laissant espérer une sortie de crise. Le point commun de tous ces moments ? Nous avons été présents pour vous les faire vivre !

Par nous j’entend les journalistes, ceux que vous aimez tant détester mais que vous continuez de lire. Lepetitjournal.com édition de Londres, ainsi que l’ensemble de la presse britannique, a partagé avec vous cette année riche en informations. Pourtant, 365 jours plus tôt, rares étaient ceux qui avaient prévu le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

 

Brexit day : les événements prévus chez les Pro et Anti-Brexit

Il y a un an nous étions bien loin de tous ces problèmes aujourd’hui si anodins, comme de savoir s’il nous reste assez de masques et de gel désinfectant pour la semaine. Fin janvier 2020 l’information qui occupait toutes les pensées des Britanniques s’avérait plutôt être le “Brexit Day”. Une préoccupation qui reste toutefois d’actualité.

Difficile d’imaginer qu’il y a un an que le Royaume-Uni célébrait sa sortie de l’Union européenne, en se rassemblant et non en trinquant par Zoom. Lepetitjournal.com Londres vous donnait ainsi les événements à ne pas manquer chez les pro et anti-Brexit. Le Daily Express affichait quant à lui à la une de son journal papier : “Yes, we did it”.

En parlant des unes des journaux, indispensables dans notre analyse du traitement de l’information, seul un quotidien se démarque ce 31 janvier 2020. Le Daily Mirror titre “Killer flu : 150 Brits in quarantine”. Une première page qui ne sera pas la dernière.

 

Coronavirus: tout ce qu’il faut savoir sur la situation au Royaume-Uni

Le lendemain, le Brexit trône toujours majoritairement la presse britannique, mais le Evening Standard donne l’information qui va changer le destin du Royaume-Uni : “Killer virus : two cases in Britain”. Le début d’un décompte sans fin.

De notre côté chez Lepetitjournal.com Londres nous vous parlions quelques jours auparavant de tout ce qu’il faut savoir sur la situation. Le NHS juge alors les chances d’infection faibles, mais d’autres sources médicales estimaient que le Royaume-Uni serait touché dans les prochains jours. Ce triste scénario s’est malheureusement vérifié.

 

Le Royaume-Uni était-il mieux préparé au Coronavirus que la France ?

Le Covid-19 commence à se propager, les restrictions, notamment d’isolement et de voyage, débarquent. Et elles ne repartiront pas. Si le Royaume-Uni se coupe actuellement du monde face à la menace des variants, le 5 février le quotidien The Independent crie “Get out if you can” aux citoyens britanniques séjournant en Chine.

Lepetitjournal.com Londres s’interroge alors : “Le Royaume-Uni était-il mieux préparé au Coronavirus que la France ?”. La réponse générale donnée à l’époque par le pays était que “l’Angleterre et plus généralement le Royaume-Uni se montrent plus prévenants et sur leurs gardes que la France”. La presse souligne notamment les efforts aux frontières, alors qu’aujourd’hui le gouvernement est fustigé sur la question des hôtels de quarantaine.

 

Coronavirus : une propagation inattendue au Royaume-Uni

Fin février 2020, la rédaction fait le bilan des pays les plus touchés d’Europe. Un an plus tard, le Royaume-Uni occupe cette funeste première place. Les cas commencent à se multiplier sur le territoire britannique, nous vous parlons d’une propagation inattendue du virus avec une centaine de cas. Le triste scénario que nous connaissons aujourd’hui ne faisait que commencer.

Le gouvernement s'inquiète de la situation. Le 3 mars le Daily Express affiche à sa une : “Boris warns : virus likely to spread within days”. La suite vous la connaissez. Toutefois, nous espérons en finir bientôt avec cette pandémie. Nous espérons pouvoir vous faire une nouvelle revue médiatique plus joyeuse, qui pourrait se terminer avec : “Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants”.

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale