TEST: 2269

Déconfinement : France VS Angleterre, à qui la meilleure stratégie ?

Par Marie Lagache | Publié le 25/11/2020 à 15:25 | Mis à jour le 25/11/2020 à 15:33
Photo : Erik Mclean-Unsplash
Déconfinement France Angleterre Stratégie Emmanuel Macron Boris Johnson

Autant sur le fond que sur la forme, les annonces d’Emmanuel Macron et de Boris Johnson cette semaine sur le déconfinement laissent apercevoir des stratégies différentes, mais avec la même ambition : sauver les fêtes de fin d’année.

Cette semaine a été riche en annonces. La France et l’Angleterre font partie des pays européens les plus touchés par le Covid-19 et notamment par la deuxième vague du virus. Les deux chefs d’État, Boris Johnson et Emmanuel Macron, ont décidé il y a plus d’un mois de reconfiner leur population. Si les deux confinements présentaient de nombreuses différences, permettant notamment aux Britanniques de bénéficier d’une plus grande liberté que les Français, les stratégies de déconfinement divergent aussi.

Les commerces rouvriront plus tôt en France, mais pas les bars et restaurants

Le point commun sur le fond entre les deux plans de déconfinement est la division en trois paliers. En Angleterre, Boris Johnson a annoncé le retour d’un système à trois niveaux, sur le même principe qu’avant le reconfinement mais avec des restrictions durcies. Ainsi, le pays sera bien déconfiné le 2 décembre prochain, mais certaines zones seront dans une situation similaire à celle de novembre. Le reste de la population britannique pourra cependant retrouver en décembre le chemin des pubs et restaurants.

En France, ça se complique. Emmanuel Macron a annoncé hier soir lors d’une allocution télévisée que le déconfinement n’aura pas lieu début décembre, comme en Angleterre, mais se divisera en trois étapes réparties tout au long de l’hiver. Les Français devront attendre le 15 décembre pour être déconfinés à proprement parler, même si un couvre feu sera maintenu. Les commerces non essentiels pourront néanmoins rouvrir le 28 novembre, quelques jours avant leurs homologues britanniques. Les bars et restaurants devront cependant attendre le 20 janvier 2021 pour accueillir à nouveau les clients.

Des assouplissements pour la période des fêtes, mais pas aux mêmes dates

La grande question que se posent depuis des semaines les Britanniques comme les Français reste : “Pourrons-nous fêter Noël et le Nouvel An ? ”. Emmanuel Macron et Boris Johnson ont tous les deux donné des éléments de réponse et promis un assouplissement des restrictions pour la période des fêtes, mais à des dates différentes. Le Premier ministre britannique a annoncé que les citoyens pourront se déplacer librement du 23 au 27 décembre dans le pays et se réunir par groupe de trois ménages, aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

Emmanuel Macron a lui déclaré que le couvre-feu, mis en place à partir du 15 décembre, ne sera pas imposé les soirs du 24 et du 31 décembre. Les citoyens pourront donc librement circuler pour Noël et le Nouvel An. Les Français résidant en Angleterre pourront à nouveau voyager le 2 décembre et donc se rendre de l’autre côté de la Manche pour les fêtes. Mais, en retournant sur le territoire anglais ils devront toujours respecter une quarantaine, qui pourra être réduite à 5 jours avec un test Covid-19 négatif. Il va donc falloir synchroniser les calendriers !

Une approche scientifique plus concrète pour Emmanuel Macron

Sur la forme, les annonces des deux chefs d’État différent pareillement. Avec un ton plus solennel, Emmanuel Macron présente les chiffres de l’évolution de la pandémie avant d’énoncer les mesures concrètes à appliquer. Chaque étape du déconfinement s’accompagne d’objectifs chiffrés et concrets sur le nombre de cas et de personnes en réanimation par jour. Lundi soir, les prises de parole de Boris Johnson semblaient moins solennelles et entrecoupées de problèmes techniques avec la visioconférence du Premier ministre, en isolement après avoir été cas contact.

La plus grande différence entre les deux discours réside par conséquent dans l'appui scientifique. Dans sa présentation, lors de ses allocutions et dans le document en ligne d’une soixantaine de pages résumant le plan pour cet hiver, le Premier ministre présente moins de données scientifiques que son homologue français. Ce sont les deux médecins, le professeur Andrew Pollard et le professeur Chris Whitty, qui l’ont accompagné qui s’attellent à procurer plus de crédibilité médicale à son intervention.

Les deux discours et déclarations des chefs d’État s’inscrivent finalement dans la continuité de leurs précédentes interventions et de leur gestion de la crise du coronavirus.

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale