Lundi 22 avril 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Expatriation : le revers de la médaille, à ne pas sous-estimer

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 28/12/2018 à 09:00 | Mis à jour le 28/12/2018 à 09:25
expatriation difficultés

Vivre à l’étranger, c’est aussi passer par des phases de solitude, de doutes et de stress. Cet aspect est souvent occulté dans les récits que nous faisons à nos proches, voire tabou. Cela ne correspond pas aux images de réussite et de vie de rêve associées à l’expatriation, or tous les expatriés les connaissent, plus ou moins douloureusement. Identifier ses difficultés, réaliser qu’elles sont « normales » permet appréhender au mieux ces états émotionnels.

 

 

C’est stimulant de partir vivre à l’étranger, gratifiant souvent, cela fait rêver peut-être ceux qui nous suivent de loin, grâce à nos blogs ou nos réseaux sociaux. Mais avez-vous remarqué que, la plupart du temps, on prend bien soin de ne poster que les images de carte postale et de minimiser les difficultés que l’on rencontre lorsque l’on parle de notre nouvelle vie ? Consciemment ou inconsciemment. Un peu de méthode Coué peut-être parfois aussi… Mais si on confie ses doutes et ses faiblesses, on peut vite faire face à l’imparable « Si c’est comme ça, tu n’as qu’à rentrer ! ». Or la réalité est souvent beaucoup plus compliquée.


Alors oui, osons l’affirmer, l’expatriation, ce n’est pas toujours tout rose, loin de là. Autant en être averti afin qu'après la période de découverte (lune de miel) à l’arrivée, on traverse la phase du choc culturel le plus sereinement possible, avant de s’adapter et de profiter pleinement de notre pays d’accueil.

Identifier les nombreux points qui rendent une expatriation délicate peut permettre une meilleure compréhension des problèmes et enlever tout sentiment de culpabilité, apaiser quelques doutes et redonner du courage, quand il en manque un peu...

Des petits bobos aux grands maux

Bien sûr, il y a les microbes, les parasites et des bactéries comme on n’en a pas chez nous… Les nuées de moustiques tigres porteurs de chikungunya, de dengue ou de malaria. Un climat bien moite, étouffant, où l’on s’enrhume à cause de la clim poussée à fond. Ou alors des nuits qui tombent à 15h et qui attaquent un peu (beaucoup) le moral.

Bien sûr, il y a aussi des produits que l’on utilisait quotidiennement et qu’on ne trouve plus. Les difficultés liées à la langue qui vous entoure, à laquelle vous ne comprenez rien (pour l’instant ?), les heures passées à distinguer les 4 tons en chinois pour essayer de les reproduire en achetant vos carottes au marché. 


Et il y a l’incertitude professionnelle. Combien de temps durera ma mission et surtout, que va-t-on me proposer après ? Il y a la difficile reconversion des conjoints, qui perdent leur autonomie financière et pour certains un travail qui leur permettait de se réaliser pleinement. On devient la « femme de » - plus rarement le « mari de » - d'un conjoint accablé de travail et de responsabilités, pas toujours disponible. Et ce n’est pas toujours bien vécu.

A cela peut s’ajouter une perte d’autonomie : permis de conduire pas reconnu, personne pour remplacer des grands-parents qui gardaient les enfants…

Et puis enfin il y a le manque, l'absence, qui pour certains est un vrai déchirement. Les amis que l’on voyait chaque week-end et qui sont si loin, une fête de famille à laquelle on ne peut se rendre, un souci de santé pour un proche, et l’on se maudit de ne pas être là, de passer à côté de ces rendez-vous importants. Il est normal d’éprouver ce manque là, et celui là va rester. Il faudra juste apprendre à le gérer. 
 

Faire son deuil 



Le mal du pays, l’impact de nos pertes de repères ne doivent pas être sous-estimés. Il est important de s'écouter et écouter les peurs des autres membres de la famille, notamment des enfants. Mais puisqu'il faut avancer, faire son deuil de sa vie d’avant est indispensable. Il faut se recentrer sur les raisons qui ont fait qu'on habite ici, dans ce nouveau pays un peu mystérieux. On a perdu un métier passionnant, mais peut-être est-ce au profit de plus de temps en famille ou d’une reconversion épanouissante ? L'expatriation est une nouvelle étape dans votre vie.


Fort heureusement, la plupart des expatriés s’adaptent graduellement à leur nouvel environnement. Le temps fait son œuvre et surtout, vous pouvez partager ces sentiments avec vos nouveaux amis locaux ou encore ceux qui les comprennent le mieux, car ils les vivent également, les autres expats. Ces amis que vous venez de rencontrer et qui vont devenir comme une deuxième famille. Sans vous faire de cours magistral, ils vont vous apprendre ce pays dont ils sont imprégnés, et vous le faire partager. Alors allez à leur rencontre, confiez-vous et questionnez-les. S'adapter demande beaucoup d'énergie. Surtout, si le coup de blues persiste, ne restez pas dans le ressentiment et la solitude, parlez-en à un spécialiste. Il existe de nombreux psychologues de langue française sensibilisés à cette problématique (voir notre article sur Réseau Psy Expat).

On fait de belles découvertes lorsque l’on vit à l’étranger, et, surtout, on apprend beaucoup sur soi. C’est tout ça l’expatriation. Un condensé d’émotions, une grande liberté qui a ses revers, mais une aventure, et quelle aventure…

Nous vous recommandons

9 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Babs dim 30/12/2018 - 09:01

Article très vrai, j'ai émigré au Costa Rica et la lune de miel a durée longtemps,pourquoi?J'ai vraiment essayé de mettre de côté tous les inconvénients cités, j'ai même passé par un Dengue à peine arrivée c'est peu dire, mais oui je suis pleinement d'accord qu'il ne faut pas avoir honte de dire que tout n'est pas rose!Mes amis me disaient, c'est incroyable où tu vis, c'est le pays des vacances!sauf que nous ne sommes pas en vacances nous!On galère idem que tout le monde pour vivre,ou survivre!

Répondre
Commentaire avatar

Olpha sam 29/12/2018 - 12:05

S'expatrier est un choix parfois difficile, c'est en premier lieu l'abandon d'un certain confort et un plongeon dans l'inconnue. Un accompagnement par des compatriotes déjà installés est un luxe que nous aimerions tous avoir. J'ai découvert sur internet un nouveau site dédié à la mobilité qui appréhende l''expatriation de manière totalement innovante. https://originiz.com/ est le premier réseau social par affinité géographique. Que vous soyez Alsacien, Basque, Corse, Réunionnais... de Dunkerque ou de Marseille, OriginiZ vous met en relation par géolocalisation avec les personnes de la même ville ou la même région que vous et cela où que vous soyez à travers le monde. Vous retrouverez sur leur site des outils pour vous accompagner dans la réalisation de vos démarches d'expatriation et nombreuses informations pour réussir votre départ. C'est un jeune site mais une fois lancé je pense qu'il devrait nous apporter beaucoup pour simplifier notre mobilité

Répondre
Commentaire avatar

Florian Corbice sam 29/12/2018 - 10:11

Holala j'ai voyagé 3 ans dans ma vie et j'ai jamais écoutées ni lus un truc aussi mièvre l'expat c'est génial surtout si tes jeunes et que tu a le courage du cœur oui si tu veux vivre comme une touriste c'est plus compliqué c'est vrais mais vraiment c'est bien des problèmes de riche (le rhume de la clime vraiment) relève toi, quand on a pas ce que l'on veux il faut aimer ce que l'on a. Aller on ralitivise tu vis un truc beau

Répondre
Commentaire avatar

gelenes lun 16/10/2017 - 12:46

Bientôt 6 ans ... que je ne suis pas rentré en France ; oui, elle me manque, surtout la gastronomie, ses paysages... puis lors des coups de blues, il y en a, je lis les titres de la presse française et tout va mieux : Riquita, elle donne un conseil comme mon vieux père ; " si j'étais plus jeune ..." pourquoi ? je vais sur mes 64 ans et change de pays quand ça va mal, et j'ai fait abstraction des bibelots inutiles... et puis l'ouverture d'esprit n'est pas une fracture du crane , et les voyages ouvrent l'esprit ; foncez , demain il sera trop tard !

Répondre
Commentaire avatar

johnjohn ven 28/12/2018 - 22:20

salut, j'adore ton commentaire, c'est exactement ca je fait pareil que toi, lorsque j'ai des coups de blues je lis les infos francaise et ca va mieux.

Répondre
Voir plus de réactions

Education

Beyrouth Appercu
EDUCATION

Jeux internationaux de la Jeunesse 2019 : le Liban à l’honneur

Le Liban accueillera la 9éme édition des JIJ, du 19 au 24 juin, organisés par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), en partenariat avec l’Union nationale du sport scolaire (UNSS).

Famille

L'intégration en France passe-t-elle par le choix d'un prénom ?

Indice d’intégration? Mode venue de l'étranger? Le choix des prénoms donnés aux enfants a souvent été source de polémique en France. Une étude sur les prénoms donnés par les immigrés à leurs enfants..

Sur le même sujet