Après les législatives 2022, qui sont les députés des Français de l’étranger ?

Par Damien Bouhours | Publié le 20/06/2022 à 18:00 | Mis à jour le 21/06/2022 à 09:29
députés français étranger

Les Français de l’étranger ont élu leurs députés pour les cinq prochaines années. Entre réélection et petits nouveaux, qui sont les députés des 11 circonscriptions des Français de l’étranger ?

 

Roland Lescure, député de la 1ère circonscription des Français de l’étranger

 

Roland Lescure, député de la 1ère circonscription des Français de l’étranger

Roland Lescure a été réélu à son mandat de député des Français d’Amérique du Nord. Né en 1966, cet économiste et hommes d’affaires a été premier vice-président de la caisse de dépôt et placement du Québec de 2009 à 2017, jusqu’au moment de son élection pour son premier mandat. A l’Assemblée Nationale, le député de la majorité présidentielle était président de la commission des Affaires économiques.

 

« Il y a cinq ans, les raisons pour lesquelles je me suis présenté étaient évidentes : la nécessité de s’ériger contre le populisme à l’heure du Brexit et de l’élection de Donald Trump. Il y avait surtout un homme, Emmanuel Macron, un programme, une vision pour la France qui m’ont convaincu de m’engager. Cette année, avant de décider de me représenter, j’ai pris le temps de réfléchir. D’un point de vue personnel à ce que cela impliquait pour ma famille mais aussi d’un point de vue politique sur ce que je pouvais continuer d’apporter à la majorité présidentielle. Je suis plus que jamais convaincu que la politique n’est pas une profession mais un engagement. Je ne me représenterai pas à un troisième mandat, mais je crois avoir encore des choses à faire. », nous expliquait-il dans une interview sur notre édition de New York.

 

Eléonore Caroit, députée de la 2e circonscription des Français de l’étranger

 

Eléonore Caroit, députée de la 2e circonscription des Français de l’étranger

Eléonore Caroit a été élue pour la première fois comme députée des Français d’Amérique centrale  et du sud. Née en juillet 1985, d’un père français et d’une mère dominicaine, Eleonore Caroit exerce en tant qu’avocate internationale spécialiste du contentieux et de l’arbitrage en Amérique Latine. L’élue de la majorité présidentielle a passé près de 24 ans à l’étranger et a deux enfants scolarisés dans un lycée français de la circonscription. Elle a été élue Conseillère des Français à l’étranger, puis Conseillère à l’Assemblée des Français de l’Etranger.

 

« J’ai souhaité me présenter aux élections législatives pour me mettre au service de mes concitoyens. Je crois que nous traversons une époque charnière et que nous devons prendre nos responsabilités. Il eut été sans doute plus facile pour ma famille et moi-même que je poursuive mes activités professionnelles dans le secteur privé. Seulement voilà, je pense que mes qualités humaines et les compétences acquises au fil de ma carrière d’avocate seront plus utiles à la collectivité. En cette période troublée, je veux servir mes concitoyens et mon pays. », a-t-elle déclaré à notre édition de Sao Paulo.

 

Alexandre Holroyd, député de la 3e circonscription des Français de l’étranger

 

Alexandre Holroyd, député de la 3e circonscription des Français de l’étranger

Alexandre Holroyd a été réélu pour un second mandat en tant que député des Français du Nord de l’Europe. Né en 1987 d’une mère française et d’un père britannique, cet ancien consultant en stratégie, a quitté son emploi pour fonder le mouvement En Marche ! à Londres quelques semaines après le vote britannique sur le Brexit. Alexandre Holroyd était membre de la commission des finances.

 

« Nous avons eu une élection présidentielle après cinq années de réforme mais aussi marquées par des crises très graves ; nous entrons dans une période d’instabilité considérable et il faut donc absolument que la France garde le dynamisme qu’elle a retrouvé, que la France reste motrice du projet européen. Dans ces élections à venir c’est bien cela qui se joue et il faut que la France reste une grande voix de la scène internationale notamment au vue de la crise en Ukraine. », expliquait-il à notre édition de Copenhague.

 

Pieyre-Alexandre Anglade, député de la 4e circonscription des Français de l’étranger

 

 

Pieyre-Alexandre Anglade, député de la 4e circonscription des Français de l’étranger

Pieyre-Alexandre Anglade a été réélu comme député des Français du Benelux. Ce diplômé d’histoire et de géopolitique a obtenu un master en Relations internationales et en Affaires européennes. Installé depuis 8 ans à Bruxelles, il a travaillé au sein du Parlement européen. Pieyre-Alexandre Anglade était membre de la commission des lois.

 

« J'aime profondément la circonscription dont je suis l'élu et ses habitants. Elle est la plus européenne de l'Assemblée nationale, le cœur battant de la construction européenne. Vous connaissez mes convictions. Je me suis engagé, dès 2016, aux côtés d'Emmanuel Macron, notamment parce que le renforcement de l'Europe était le fer de lance de son action. Et aujourd'hui, je crois que nous avons plus que jamais besoin du projet européen pour faire face aux temps difficiles, avec l'urgence écologique, le retour de la guerre sur notre continent, la pandémie. Face aux forces de repli, face à celles et ceux qui veulent défaire l'Europe en prônant la désobéissance européenne, je continuerai d'agir au sein de la majorité présidentielle, pour que la France devienne une nation plus indépendante dans une Europe plus forte. On ne change pas l'Europe en lui désobéissant, en violant notre État de droit si patiemment construit, mais en menant un travail de conviction. », nous avait-il confié il y a quelques semaines.

 

Stéphane Vojetta, député de la 5e circonscription des Français de l’étranger

 

Stéphane Vojetta, député de la 5e circonscription des Français de l’étranger

Stéphane Vojetta a été élu député des Français de la péninsule ibérique et Monaco. Né en 1974, il était devenu député suite à l’élection de Samantha Cazebonne au Sénat. Une belle revanche après n’avoir pas reçu l’investiture de LREM, qui lui avait préféré Manuel Valls, éliminé au premier tour. « On a pu voir qu’il y a vraiment eu une double victoire d’abord une victoire au premier tour contre la machine, et ensuite une victoire au second tour à contre-courant de ce qui s’est passé au niveau national, avec un rassemblement qui allait bien au-delà des voies de la majorité présidentielle. Cela donne un certain sens de la responsabilité et montre aussi le chemin pour ce qu’il faudra faire à l’assemblée sur les prochains mois et les prochaines années », a-t-il confié à notre édition de Madrid. Installé depuis 15 ans à Madrid, ce conseiller en stratégie, entrepreneur et conseiller en création d’entreprise était membre de la commission de la défense nationale et des forces armées.

 

Marc Ferracci, député de la 6e circonscription des Français de l’étranger

 

Marc Ferracci, député de la 6e circonscription des Français de l’étranger

Marc Ferracci a été élu à son premier mandat de député des Français de Suisse et du Lichtenstein. Né en 1977, l’économiste est professeur en sciences économiques à l’université Paris-Panthéon-Assas mais aussi à Sciences po Paris. Ce proche d’Emmanuel Macron, dont il a été le témoin de mariage, a été son conseiller économique pendant sa première campagne présidentielle. Il a également conseillé Jean Castex et Muriel Pénicaud. « Je remercie les électeurs français de Suisse et du Liechtenstein qui m’ont élu en m’accordant près de 65% des suffrages. Cette confiance m’honore et m’engage à répondre à leurs attentes. Je la reçois également avec gravité, compte tenu des résultats nationaux. », a-t-il déclaré dans un tweet.

 

Frédéric Petit, député de la 7e circonscription des Français de l’étranger

 

Frédéric Petit, député de la 7e circonscription des Français de l’étranger

Frédéric Petit a été élu pour un deuxième mandat en tant que député des Français d’Europe centrale et orientale. Né en 1961, cet ingénieur, mais aussi médiateur originaire de la Lorraine a vécu de nombreuses années à l’étranger, notamment au Cameroun, en Lituanie ou encore en Pologne. Le député MoDem, soutenu par LREM, était membre de la commission des affaires étrangères.

 

«  Je considère mon engagement politique comme un devoir, un appel évident de solidarité auquel je veux répondre. La confiance que mes concitoyens m’ont accordée il y a cinq ans m’a permis de vivre une expérience extraordinaire et utile. C’est fort de cette expérience que je souhaite aujourd’hui poursuivre mon engagement et solliciter à nouveau les suffrages des citoyens de la 7è circonscription des Français de l’étranger. J’ai eu la chance de vivre une vie passionnante marquée par l’ouverture à l’étranger (Cameroun, Lituanie, Pologne, Egypte, Europe Centrale et Balkans) et des rencontres formidables. Je veux donc rendre ce qu’on m’a donné. Mon engagement politique est une étape dans une carrière vécue comme un chemin de médiation. », a-t-il expliqué à notre édition de Varsovie.

 

Meyer Habib, député de la 8e circonscription des Français de l’étranger

 

Meyer Habib, député de la 8e circonscription des Français de l’étranger

Meyer Habib a obtenu son troisième mandat de député des Français de d’Europe du Sud. Il est le seul député à avoir été réélu en 2017. Né en 1961, cet homme d’affaires franco-israélien est également le seul député UDI (soutenu par LR) représentant les Français de l’étranger. Très proche de Benyamin Netanyahou, Meyer Habib défend les positions du gouvernement israélien sur la scène politique française. Il était secrétaire de la commission des affaires étrangères

 

« J’ai noué avec fierté une relation étroite avec les compatriotes de tous bords, toutes couleurs et toutes origines de la circonscription. Mon engagement pour la défense des droits et des intérêts des Français de l’étranger est quotidien et sans faille. J’ai décidé, si les électeurs me renouvellent leur confiance, de poursuivre cette mission au service du bien commun afin de rendre aux Français de l’étranger tout ce qu’ils apportent à la France. Je continue le combat pour qu’ils deviennent des Français à part entière et non plus des Français à part. », a-t-il expliqué à notre édition de Milan.

 

Karim Ben Cheikh, député de la 9e circonscription des Français de l’étranger

 

Karim Ben Cheikh, député de la 9e circonscription des Français de l’étranger

Karim Ben Cheikh a été élu pour la première fois comme député des Français du Maghreb et de l’Afrique de l’ouest. Il est le seul candidat NUPES à représenter les Français de l’étranger. Né en 1977 d’un mère française et d’un père tunisien, Karim Ben Cheikh a grandi en Tunisie et a exercé en tant que diplomate. Il a travaillé au sein du Quai d’Orsay mais aussi de l’ambassade de France au Maroc, comme conseiller Afrique de l’ambassade de France aux États-Unis mais aussi en tant que Consul général de France à Beyrouth de 2017 à 2021.

 

« Je suis un Français de l'étranger,  issu d'une famille mixte: né, grandi et éduqué en Tunisie. Mes parents vivaient dans une toute petite ville loin de Tunis. Ils ont découvert qu'à travers des bourses sociales je pouvais étudier au lycée de La Marsa, y être accueilli comme interne. Après mes études à Paris, j'ai intégré le quai d'Orsay à travers le concours de conseiller cadre d'Orient et j'ai travaillé sur la Côte d'Ivoire et sur le Sahel notamment sur les questions sécuritaires. Mon premier poste à l'étranger fût à Rabat, au Maroc, de 2008 à 2012 en tant que conseiller affaires intérieures et presse. J'ai passé plus de 30 années de ma vie à l'étranger dont 22 ans dans les pays de la 9ème circonscription. », a-t-il confié à notre édition de Dakar.

 

Amélia Lakrafi, députée de la 10e circonscription des Français de l’étranger

 

Amélia Lakrafi, députée de la 10e circonscription des Français de l’étranger

Amélia Lakrafi a été réélue comme députée des Français d’Afrique de l’est et du Moyen-Orient. Née en 1978 au Maroc, cette serial entrepreneuse fonde et préside, entre autres, la société AZGUARD, spécialisée en conseil et formation en cyber-sécurité et intelligence économique. Elle fait partie de ces personnes de la société civile s’étant lancé en politique lors du lancement d’En marche!. Amélia Lakrafi était membre de la commission des affaires étrangères.

 

« Dès le début de mon mandat, au contact des Français de ma circonscription, j’ai constaté des besoins en matière sociale, en matière sanitaire, en matière de considération de la situation réelle de certains de nos compatriotes de l’étranger qui, si on veut bien s’éloigner du cliché, sont loin d’être tous nantis et privilégiés. J’ai eu à cœur de lancer très vite de nombreux chantiers pour répondre à ces difficultés et pour mieux valoriser l’apport de ces Français à notre rayonnement national. Je suis fière de certains accomplissements. Mais qu’on se le dise, le temps de la décision politique et de la mise en place de mesures demeure un temps long, pas toujours compatible avec l’urgence à agir, ni d’ailleurs avec ma propre impatience à régler tous les problèmes ! Je souhaite donc briguer un deuxième mandat pour aller au bout de mes engagements pour plus de solidarité et de lien avec nos compatriotes de l’étranger. Et je suis persuadée que cette ambition trouvera une résonance si les Français décident d’accorder une majorité au président de la République Emmanuel Macron », souligne-t-elle à notre édition de Dubai.

 

Anne Genetet, députée de la 11e circonscription des Français de l’étranger

 

Anne Genetet, députée de la 11e circonscription des Français de l’étranger

Anne Genetet a été réélue comme députée des Français d’Asie et d’Océanie. Née en 1963, cette médecin et journaliste médicale de formation vit à Singapour depuis 2005. Elle a rejoint la société de conseil SOS International et s’est particulièrement intéressée au sort des employés de maison dans la Cité-Etat, en créant The Help Agency. Elle a rejoint En Marche! au lancement du mouvement en 2016. Anne Genetet était membre de la commission des affaires étrangères.

 

« Tout d’abord les raisons qui m’ont conduit à me présenter en 2017 sont toujours d’actualité, sinon davantage. Les projets mais aussi les valeurs des Français à l’étranger doivent être entendus. C’est aussi parce que je suis convaincue que le projet d’Emmanuel Macron apporte les solutions dont notre pays a besoin. Ensuite, même si je pense avoir fait du bon travail pour la communauté des Français de l’étranger, et ceux-ci me le montrent à travers les nombreux messages positifs que je reçois, certains dossiers n’ont cependant pas avancé aussi bien que je le souhaitais et je les poursuivrai. Par exemple je continuerai à me battre pour que les exemptions fiscales accordées aux Français résidant dans l’Union Européenne soient étendues à ceux résidant dans le reste du monde.

Enfin et surtout, l’expérience m’a appris que l’efficacité de l’action parlementaire résulte d’un effort dans la continuité. Les administrations centrales, où la plupart des décisions se prennent ou se préparent, sont un peu des « forteresses conservatrices » qui ont l’éternité devant elles. Elles voient les députés comme des empêcheurs de tourner en rond, mais savent que leur mandat est fini : en jouant la montre, elles peuvent éviter de bouger. Un nouveau député devra tout reprendre à zéro, construire son réseau, et apprendre à démonter les mêmes raisonnements que les administrations avancent pour défendre leur inertie. Ayant déjà passé ce stade, je serai immédiatement plus efficace pour continuer à résoudre les difficultés des Français de l’étranger, défendre leurs intérêts et bien sûr bâtir de nouveaux droits. », expliquait-il à notre édition de Singapour.

Avez-vous voté aux législatives 2022 ?
Choices
Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique