Mardi 30 novembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Ces chefs français expatriés qui ont réussi à l’étranger

Par Thibault Segalard | Publié le 17/10/2021 à 18:00 | Mis à jour le 19/10/2021 à 10:09
Des chefs français expatriés

La renommée de la gastronomie française n’est plus à faire et retrouver des chefs français dans les cuisines du monde entier est fréquent. lepetitjournal.com a pu recueillir les propos de plusieurs d’entre eux, afin de connaitre les raisons de leur expatriation et en quoi cette carrière à l’international leur a ouvert des portes.

 

Au-delà des Pierre Gagnaire, Eric Ripert et autres Alain Lenôtre, de nombreux autres chefs de cuisine français s’exportent à l’étranger. En quête de reconnaissance ou/et de nouveaux savoir-faire, ces dignes représentants de la gastronomie tricolore ont décidé d’établir leurs fourneaux en dehors de nos frontières, à Stockholm, Singapour, Shanghai ou encore Santiago. Nous avons pu interroger plusieurs de ces chefs sur les raisons de leur départ à l’étranger.

 

Julien Royer
Julien Royer

 

Julien Royer à Singapour

Julien Royer à toujours eu la « bougeotte » comme il l’avoue. Dès l’obtention de son BTS art culinaire et arts de la table et un rapide passage dans le restaurant Bernard Andrieux à Clermont-Ferrand, le chef cantalien a choisi de s’expatrier à l’autre bout du monde, dans les Caraïbes. « Après les Caraïbes, nous sommes revenus en France, puis nous sommes repartis en Polynésie France, ensuite Londres et enfin Singapour », nous informe Julien Royer. Rapidement après s’être installé dans la cité-État, il décide d’ouvrir son premier restaurant Odette, du nom de sa grand-mère.

 

« Quand on s’expatrie de la sorte, on se rend compte à quel point la concurrence est dure et que le niveau de la gastronomie est élevé partout dans le monde » avoue-t-il. Mais, selon Julien, ce qui pousse les chefs à s’expatrier, est avant tout la facilité d’entreprendre à l’étranger, « À Singapour par exemple, on nous pousse à entreprendre et à investir. Souvent les procédures et réglementations pour lancer des restaurants ou des sociétés en général sont beaucoup plus aisées qu’en France ».

 

Yann Yvin

 

Yann Yvin au Chili

Au Chili, un Français est devenu l’une des jurées stars du concours Master Chef Chili depuis 2014. Yann Yvin, ancien cuisinier de l’Elysée, a fait un tour du monde, en passant au Vietnam, au Togo, en Côte d’Ivoire et au Mexique, avant de s’installer en Amérique du Sud dans les années 1990. Il est l’un des propriétaires du restaurant Estación La Dehesa, à Santiago. Retrouvez son interview sur notre édition de Santiago.

 

Melina Greiss

 

Melina Greiss à Stockholm

Melina Greiss est une cheffe d’origine franco-égyptienne, qui vit depuis six ans en Suède. Une période durant laquelle, cette détentrice du trophée Jeune Talent Boiron Frères, a travaillé dans certains des plus grands restaurants de Stockholm comme le Lux Dag For Dog, un établissement étoilé. « Ayant grandi en Arabie Saoudite, j’ai toujours vécu à l’étranger, avec des personnes qui venaient de multiples horizons. J’aime ce multiculturalisme qu’il n’y a pas forcément en France » nous avoue Mélina.

 

Celle qui était préposée aux desserts dans ses précédentes brigades, a désormais quitté les fourneaux pour donner des cours de cuisine, « je travaille avec la société Thermomix, je donne des cours de cuisine avec leurs appareils, comme une consultante. Je fais même des master-class en ligne depuis peu. En plus de mes cours de cuisine, j’ai un concept de réalisation de commande de gâteaux personnalisés. »

 

En plus de ses envies d’ailleurs, Mélina admet volontiers préférer vivre en Suède qu'en France. Elle considère notamment que l’accessibilité à la haute gastronomie y est plus développée, car selon la cheffe, « la gastronomie est plus accessible dans ses tarifs, car le marché est beaucoup moins saturé». De plus, la Franco-Egyptienne considère que la Suède lui offre plus de garanties salariales et un cadre de travail plus sain qu’en France, « le niveau vie en tant que cheffe est plus élevé qu’en France tout en faisant des horaires normaux. À Stockholm, le travail de cuisine est très réglementé. En France, c’est à la limite de l’esclavage quand on voit le nombre d’heures de travail».

 

Guillaume Galliot

 

Guillaume Galliot  à Hong Kong

Attiré par le marché dynamique de l’Asie et le niveau de sa gastronomie, Guillaume Galliot est installé à Hong Kong depuis 10 ans. Passé par Paris, Saint-Barthélemy et même New York, le français possède surement l’une des meilleures tables de la mégapole : Caprice, un restaurant au 3 étoiles Michelin. Retrouvez l’interview de ce chef d’exception ici.

 

 

 

Corentin Delcroix

 

Corentin Delcroix à Shanghai

Corentin Delcroix, lui, a choisi de s’installer à Shanghai, en Chine, un pays dont il est tombé amoureux lors d’un échange universitaire et qui lui a inspiré son amour de la cuisine. « Je suis parti trois ans en Chine pour un échange universitaire dans le cadre de mes études de commerce. J’ai découvert la cuisine chinoise là-bas et j’ai décidé de rentrer en France pour apprendre la cuisine à l’institut Paul Bocuse, pendant deux ans et demi » nous explique-t-il. Son chemin croise, quelques années plus tard, à nouveau celui de la Chine, par un heureux concours de circonstances. «En 2010, l’institut Paul Bocuse a voulu ouvrir un restaurant d'application à Shanghai et comme je connaissais bien le pays, j'ai été embauché. J’occupais le rôle de sous-chef de cuisine et de directeur adjoint. J’ai travaillé dans cet établissement pendant cinq ans ». Depuis, il met en exercice ses études de commerce et sa passion. Le nordiste d’origine gère en effet sa propre société de conseil culinaire et de développement de plats pour des groupes agroalimentaires ou des restaurants.

 

« C’était une évidence de partir en Chine, souligne-t-il, ma passion s’est révélée là-bas, donc mon objectif a toujours été de revenir exercer la cuisine dans ce pays ». « En tant que chef français, nous sommes très appréciés par les locaux. Notre gastronomie et notre patrimoine culinaire sont très célèbres et par conséquent nous avons une certaine notoriété en Chine, beaucoup plus qu’en France » nous admet Corentin Delcroix.

 

Emmanuel Bassoleil

 

Emmanuel Bassoleil, au Brésil

L’émission Top Chef Brasil est présentée dans le même format que celui que nous connaissons en Europe. D’un côté plusieurs participants vont se disputer le titre du «  Top chef », en passant par plusieurs épreuves devant un jury de grands chefs. Parmi les membres du jury Emmanuel Bassoleil, chef Français pionnier de la cuisine française au Brésil, il a construit un empire dans la gastronomie. Notre édition de Sao Paulo l'a rencontré. 

 

Thibault Segalard

Thibault Segalard

Thibault a rejoint l’équipe de la rédaction internationale en juin après avoir passé 2 mois dans celle d’Athènes. Étudiant en école de journalisme.
0 Commentaire (s) Réagir