Entrevue avec le proviseur du Lycée Chateaubriand, Stéphane Devin

Par Virginie Maniglier | Publié le 24/09/2019 à 20:32 | Mis à jour le 24/09/2019 à 20:56
Sans titre

Nommé en août pour assurer la rentrée 2019, le Petitjournal.com de Rome est allé à la rencontre de Stéphane Devin, nouveau proviseur du Lycée Chateaubriand.

Le Petitjournal.com/Rome : Nous avons appris votre nomination seulement quelques jours avant la rentrée. Pouvez-vous nous expliquer les raisons de ce changement et comment avez-vous pu vous préparer à temps?

Stéphane Devin : Comme il arrive fréquemment en France et à l’étranger, monsieur Vidal, mon prédécesseur, a été appelé à d’autres fonctions à Paris. Pour ma part, j’avais été auditionné par une commission pour prendre la direction d’un lycée français de l’étranger, les conditions étaient donc remplies pour un tuilage.  Les délais paraissent effectivement assez contraints mais nous sommes rompus à l’exercice.

Est ce qu’il s’agit de votre premier poste dans un lycée étranger?

Oui c’est mon premier poste en tant que proviseur.  Par contre, j’ai enseigné il y a très longtemps au Kenya .

Pouvez-vous nous parler un peu de votre parcours et de ce qui vous a amené à Rome?

Avant d’être proviseur du lycée français de Rome, j’ai été proviseur du lycée Honoré d’Estienne d’Orves de Nice pendant 5 ans. C’est le plus gros lycée de l’académie de Nice, qui compte 2600 apprenants. Je dis apprenants parce qu’il y a des élèves et des apprentis. C’est un lycée qui se trouve au centre-ville avec la particularité d’être issue de la fusion entre deux lycées permettant ainsi la création d’un internat d’excellence. Les formations vont du bac professionnel au bac +5 ( master de commissaire aux comptes).

Auparavant, j’étais directeur de cabinet de recteur pendant 3 ans. Et avant cela proviseur dans la cité scolaire d’Amiens sud parce que je suis moi-même originaire du nord de la France et que j’ai passé beaucoup d’années en Picardie.

Travailler à Chateaubriand est assez particulier car vous évoluez dans un site protégé, il y a certainement un grand nombre de contraintes. Comment vous êtes vous préparé à cela?

Ma formation et mon expérience m’amènent à poser les bonnes questions et à discerner dans des environnements complexes. Bien que ce soit un endroit nouveau pour moi je pense que ma candidature a été retenue parce qu’il fallait une certaine faculté d’adaptation, des compétences, une bonne expérience professionnelle.

Maintenant que les travaux du Casone sont terminés, quels sont les prochains travaux prévus sur le site?

La réalisation du Casone a été une réussite et j’ai pu constater à quel point les élèves étaient heureux d’y évoluer. Maintenant, il faut appréhender l’avenir et des travaux sont prévus dans le bâtiment Moresco. À l’origine, il s’agissait de l’habitation du comte de Strohl- Fern et il n’y avait pas encore eu de travaux. Il va s’agir principalement de travaux de sécurité incendie et électrique, ainsi   qu’un aménagement des salles de classe, pour une mise aux normes afin d’assurer la sécurité de tous les élèves.  Notre souci majeur : la sécurité!

Pouvez-vous nous parler de cette rentrée 2019?

La rentrée s’est très bien passée.  C’est le retour que j’ai eu à la fois des enseignants, des parents et des élèves. Mais la rentrée c’est aussi une rentrée à Patrizi/Malpighi, et également à Naples puisqu’il y a plusieurs satellites qui font partie de Châteaubriand.

Une réussite parce que l’équipe de direction a bien préparé en amont, les emplois du temps ont été soignés.  J’en profite d’ailleurs pour remercier Madame Coester, mon adjointe, et également Monsieur Teissonnière, le directeur de l’école. L’équipe de direction est opérationnelle!!

Il y a toujours à la rentrée des questions qui se posent et nous restons à la disposition des parents pour y répondre, notamment au travers des réunions parents-professeurs qui se tiennent ces premières semaines.

Comment se passe l’organisation quant aux nouvelles réformes?

La réforme du baccalauréat est une nouvelle réforme qui doit permettre à tous les élèves de réussir, car préparer le baccalauréat c’est surtout préparer l’après-baccalauréat. Les élèves vont développer des compétences utiles pour la suite de leur vie et ce qu’ils doivent, c’est s’épanouir pour maîtriser leur parcours post bac.

La nouveauté c’est la disparition des séries, remplacées par les enseignements de spécialités afin de permettre à l’élève de bien maîtriser son parcours et de faire un choix progressivement. Il faudra à ce sujet faire acte de pédagogie et bien expliquer aux parents ce qu’est le nouveau lycée. Cela sera l’objet d’un travail sur le site du lycée, mais aussi des réunions d’information.

Avez vous des projets particuliers pour cette année?

Mon seul et unique projet pour cette année, et pas des moindre, c’est bien évidemment d’accompagner tous nos élèves vers la réussite et c’est faire en sorte que la réforme du lycée se passe bien et soit comprise par tous. C’est aussi garantir le parcours de chaque élève dès la maternelle.

Plus personnellement, comment s’est passée votre installation à Rome? Quelle est votre première impression?

Mon installation s’est faite rapidement mais dans des conditions très agréables parce que j’ai eu la chance d’être accueilli par une équipe de direction, d’enseignants et de parents de façon bienveillante et chaleureuse. Ce qui est très important quand vous prenez vos fonctions.

Quant à mon impression? Comment ne pas être heureux quand on est dans la ville éternelle qui nous rappelle nos jeunes années d’apprentissage du latin et de la culture antique. J’ai tout de suite déambulé dans Rome et j’ai été gagné par une émotion immense, mais aussi par une grande fierté de me retrouver proviseur du lycée Chateaubriand, dans un parc somptueux où je côtoie tous les matins les écureuils et les perruches. Une première impression donc très positive; j’ai le sentiment d’être privilégié! Cela incite à l’engagement au service des élèves et des familles qui ont bien voulu nous confier leurs enfants.

67933063_1164798293704016_8961555997336272896_n

Virginie Maniglier

Originaire de Haute-Savoie, Virginie a travaillé 15 ans pour Air France et Air France Cargo à Paris. C’est en 2012 qu’elle vient s’installer dans les Castelli Romani, puis Rome. Elle est passionnée de nature et d’écologie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition internationale