Le Nuovo Cinema Palazzo au cœur de la polémique

Par Anaïs Lucien-Belliard | Publié le 26/01/2021 à 07:00 | Mis à jour le 18/02/2021 à 14:47
Nuovo-Cinema-Palazzo-Rome-by-Daniela-DAvanzo-1

Hub d’expression artistique, de rencontres et d’échanges, le Nuovo Cinema Palazzo, est à nouveau au cœur des polémiques, suite à une sentence de six mois de prison pour 12 des « squatteurs » du 15 avril 2011. Leurs noms sont Andrea Alzetta, Nunzio D'Erme, Sabina Guzzanti, Marco Miccoli Fabiano Rosario, Simona Panzino, Ilenya Caleo, Ciro Colonna, Guido Farinelli, et Stefano Zarlenga et au moment des faits ils étaient conseillers municipaux, comédiens, ou encore, représentants d’associations.

 

Le 15 avril 2011, des citoyens, des artistes, des étudiants, des activistes et des associations investissaient l’ex Cinema Palazzo, un établissement culturel se trouvant au cœur du quartier historique de San Lorenzo, afin d’empêcher un projet de casino. Dix mois plus tard, un procès civil délivrait une sentence clémente en faveur des « squatteurs », et confirmait la légitimité de leur action. Pourtant, près de dix ans après les faits, douze des anciens activistes se sont retrouvés condamnés à six mois de réclusion « pour avoir défendu un bien commun ».

 

cinema palazzo

 

Conscientes de l’importance culturelle et de l’influence sociale positive de ce lieu, la juge Emilia Conforti et la procureure, Rosa Mileto, ont néanmoins conclu que, la reconstitution des faits avait dilué tous doutes, quant à la « conduite des accusés » ainsi qu’à leur participation dans « cet acte de criminalité » qui impliqua entre 100 et 150 personnes. Bien que les « squatteurs » n’eussent pas la moindre ambition criminelle, « cela n’enlève rien au caractère illégal » de leur occupation. En plus de cette sentence, dont l’issue est attendue aux alentours de mars 2021, l’avocat de la Camene S.p.A, anciennement propriétaire des lieux, a exigé une compensation à hauteur de 250.000 € sur les 1,6 millions € de dommages causés par l’occupation de l’immeuble.

 

cinema palazzo

 

Déconcertés par cette décision, la partie civile et les activistes ont exprimé leur agacement, non sans une pointe de sarcasme : « Il est absurde de retenir leur culpabilité, alors qu’ils n’ont rien fait d’autre que de défendre un bien commun. Si c’est comme ça, il faut également condamner toutes les personnes qui sont venues au [Cinema Palazzo] : de Dario Fo à Franca Valeri, en passant par Paolo Maddalena, Stefano Rodotà, Luigi De Magistris et la maire Raggi ».

 

cinema palazzo

 

C’est la seconde fois, en quelques mois, que l’ex Cinema Nuovo se retrouve sous les feux des projecteurs. Le 25 novembre dernier, le bâtiment s’était retrouvé évacué en plaine recrue de la pandémie de Covid-19. Afin d’empêcher les riverains et les activistes d’accéder au site, la Piazza dei Sanniti s’était retrouvée entièrement bouclée et entourée de véhicules blindés. Une poignée d’activistes seulement étaient parvenus à retourner dans l’immeuble afin de récupérer leurs équipements théâtraux.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale