TEST: 2283

Enrico Letta devient le nouveau secrétaire du Parti Démocrate

Par Juliette Haudidier | Publié le 26/03/2021 à 07:00 | Mis à jour le 26/03/2021 à 07:00
Enrico Letta

Dimanche 14 mars, Enrico Letta a été élu secrétaire du Parti Démocrate après la démission de Nicola Zingaretti. Vivant en France depuis plusieurs année et doyen de l’École des Affaires Internationales de Sciences Po, il a été appelé pour donner un nouveau souffle à la gauche italienne.

 

Avec 860 voix favorables et seulement 2 contre, Enrico Letta a pris la tête de la plus grande formation politique du centre-gauche du pays, après le départ surprise de son ancien secrétaire. Son élection prend des allures de plébiscite puisqu’il était le seul candidat en lice pour le poste.

 

Mais, Enrico Letta n’est pas un inconnu. En effet, né en Toscane en 1966, le nouveau secrétaire a déjà exercé diverses fonctions politiques dans le pays. En 1998 il devient à 32 ans, le plus jeune ministre de l’histoire du pays en accédant au ministère des Politiques Communautaires. En 2013, il est ensuite nommé Président du Conseil des Ministres et forme un gouvernement de grande coalition. Il démissionne un an plus tard à la suite d’un vote de défiance et c’est Matteo Renzi qui lui succède. Il décide alors de poursuivre sa carrière dans le monde académique et rejoint Sciences Po Paris.

 

« Enrico de Montecristo » comme le surnomme la presse transalpine est vu comme « le denier espoir » de la gauche italienne. Enrico Letta va devoir faire face à une « Une entreprise titanesque », titre Il Fatto Quotidiano. Il doit notamment guérir son parti des divisons internes et lui faire renouer avec la popularité. Un questionnaire a été envoyé à toutes les équipes et sections afin d’élaborer un nouveau programme. L’homme politique a déjà annoncé ses priorités notamment la place de la jeunesse mais aussi des femmes. Il entend mener en même temps la bataille pour le droit de vote à 16 ans et celle sur la parité au sein même de son parti mais aussi dans les instances de représentations du pouvoir italiens. Il déclare dans un entretien à la Repubblica :

 

« Nous devons jouer notre rôle en ayant à disposition à la fois des hommes et des femmes. (…). J’en connais plusieurs (des femmes) mais qui se trouvent en arrière-plan car le système est organisé autour de dynamiques qui les pénalisent. ».

 

Enfin, Enrico Letta souhaite relancer le débat polémique sur le « droit du sol », qui implique l’accord de la nationalité italienne à tout enfant né sur le territoire de parents étrangers. Pro-européen, Letta apparait comme un soutien au gouvernement de Mario Draghi et son retour promet s’insuffler un nouvel élan à la scène politique italienne.

Juliette Haudidier

Juliette Haudidier

Juliette est étudiante en 3ème année à Sciences Po Paris et effectue un stage de 4 mois au Petit Journal de Rome.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rome !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Rome.

À lire sur votre édition locale