Mardi 28 septembre 2021
TEST: 2283

Les grotesques de la Domus Aurea mises en lumière dans une exposition

Par Nina Malleret | Publié le 07/07/2021 à 07:00 | Mis à jour le 07/07/2021 à 07:00
Vue de la Domus Aurea

Pour sa réouverture, le site historique de la Domus Aurea propose aux visiteurs une nouvelle exposition interactive, qui a pour vocation de retracer l’histoire et la découverte des grotesques, cinq siècles après la mort du célèbre peintre Raphaël. C’est un parcours innovant et immersif à retrouver depuis le 23 juin au cœur de la capitale.

 

Alors qu’elle demeurait fermée depuis le début de la pandémie de Covid-19, la Domus Aurea rouvert ses portes au public le 23 juin dernier. Et si elle affiche désormais fièrement un nouveau système d’éclairage et de mise en valeur des espaces, ainsi qu’une nouvelle entrée principale, la nouveauté de la bâtisse ne s’arrête pas là : c’est aussi l’occasion d’investir pour la première fois les espaces de l’impressionnante résidence de Néron, avec une exposition dans la Sala Ottagona, celle de « Raphaël et la Domus Aurea : l’invention des grotesques ». Ce parcours immersif et exceptionnel a été conçu pour s’allier aux célébrations du 500e anniversaire de la mort du célèbre peintre, et permet la redécouverte de la peinture antique qui s’est fondue avec le temps dans les ruines oubliées du palais impérial de Néron.

 

La demeure de Néron et les grotesques

Construite à la suite de l’incendie dévastateur de 64 après J.C. qui avait détruit nombre d’habitations du centre de la capitale, la résidence de l’empereur Néron devint vite figure symbole de la splendeur et du pouvoir, inscrite dans l’histoire sous le nom de Domus Aurea. Ce sont aujourd’hui ces mêmes espaces, conçus à l’origine par les architectes Severus et Celer et décorés par le peintre Fabullus, qui constituent le théâtre d’exposition des grotesques. Ces dernières proviennent des grottes souterraines, qui sont ornées de motifs décoratifs de manière ludique et imaginative. Le courant artistique de l’art grotesque, lui, reprend des figures extravagantes à l’image des animaux ou personnages fantastiques, dans un enchevêtrement de motifs ornementaux, qu’ils soient peints, dessinés ou sculptés : ils forment alors un tout cohérent qui fait office d’architecture illusionniste que l’on trouve sur les murs des grottes. Promue par le Parc Archéologique du Colisée et produite par la maison d’édition Electa, l’exposition reprend cette forme artistique au cœur d’innovations technologiques et de design interactif, assurés par Dotdotdot au long d’une déambulation multimédia immersive.

 

L’exposition interactive

Éclairage performant, nouveaux espaces réaménagés (comme celui au travers des ruines depuis le parc Colle Oppio), images astrologiques projetées sur la coupole : tous les supports utilisés ont été pensés pour faire participer le spectateur. C’est ainsi qu’il déclenche lui-même, en faisant bouger son corps dans la salle principale, l’histoire des motifs décoratifs de la Domus Aurea, grâce à une recréation de torches utilisées à l’époque de Raphaël pour éclairer les salles souterraines. L’étude et la réinterprétation des grotesques par le peintre sont au cœur de la conception, qui va jusqu’à s’étendre à l’Italie et à l’Europe entière grâce à une console interactive permettant au spectateur de visiter des lieux décorés de grotesques du XVIe au XIXe siècle. Collages numériques et format multimédias permettent donc aux visiteurs de façonner cet univers onirique et presque envoutant, qui invite chacun et chacune à embarquer dans un voyage au travers du temps, qui mélange harmonieusement technologies et patrimoine culturel italien.

 

Informations pratiques 

Dates : A partir du 23 juin 2021

Lieu : Domus Aurea

Adresse : Viale Serapide à côté du parco del colle Oppio

Horaires : De 09.30 à 17.30 du lundi au vendredi

Billet : à réserver sur le site officiel

Nous vous recommandons
Nina Malleret

Nina Malleret

Étudiante en Master 1 Culture à Angers, Nina effectue un stage de 4 mois au sein du Petit Journal de Rome. Curieuse, investie et forte d’ambition, elle est une passionnée d’arts visuels ainsi que de littérature, et aspire au journalisme culturel Européen.
0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Rome

TRADITIONS

Le barbier, une tradition romaine

Alors que les salons de barbiers sont à la mode en France, Rome n’a pas attendu 2021 pour s’y mettre… Le barbier y est un métier traditionnel depuis l’Antiquité !