Vendredi 3 juillet 2020

Milan, terre de musique

Par Hugo Messina | Publié le 17/06/2020 à 22:30 | Mis à jour le 18/06/2020 à 10:48
Photo : milan musique italienne
milan musique artiste

Lieu fort en art et culture, l’Italie reste liée à l’univers musical. Milan notamment, s’est toujours montrée fertile pour de nombreux d’artistes. Découverte de la ville lombarde à travers ses musiciens phares, en cinq styles différents.

1.    Milan rock : Adriano Celentano, Enzo Jannacci, Roberto Vecchioni

Adriano Celentano est à l’Italie ce que Johnny Hallyday était à la France. Il Mollegiato naît à Milan en 1938, de parents immigrés du sud. Il parle avec passion de sa ville et de son enfance dans la plupart de ses chansons. Précurseur du rock italien, il est désormais reconnu comme un monument de la musique italienne dans le monde entier, avec plus de 200 millions de disques écoulés.
On retient notamment son tube Il ragazzo della via Gluck. Ce morceau, sorti en 1966 sur un de ses premiers albums éponyme, raconte son évolution dans le quartier grec de Milan qui l’a vu grandir. En chantant, il explique l’urbanisation grandissante de ce lieu, et en fait un parallèle avec sa propre vie, remplie de transformations importantes et majeures. Une chanson assez folk, comparable à un Bob Dylan « à l’italienne », qui se comprend comme une déclaration d’amour à Milan.

Celui qu’on considère comme le créateur même du rock italien se prénomme Enzo Jannacci. Son CV est tout simplement extraordinaire. Parti d’Italie pour ses études, c’est aux États-Unis qu’il découvre le rock. Il devient alors à la fin des années 50 un pianiste de jazz, pour des légendes comme Stan Getz, Gerry Mulligan, ou encore Chet Baker. À son retour en Italie, son style mélangeant rock américain, jazz, et cabaret plaît au public. Ses chansons, souvent en dialecte lombard, deviennent très appréciées. À écouter notamment, son morceau Faceva il Palo, qui parle du quartier Ortica, chargé d’histoire, accueillant aujourd’hui de nombreux street-artistes.  

En ce qui concerne Roberto Vecchioni, les débuts de ce véritable Milanese ont été tardifs. D’abord professeur, c’est en écrivant pour des stars de la chanson italienne qu’il se fait un nom. Il perce réellement au festival de San Remo en 1973, concours qu’il gagnera d’ailleurs en 2011. Son morceau Luci a San Siro, en plus d’être une de ses musiques les plus célèbres, est un tube total de la chanson italienne. Cet hommage à Milan se présente aussi comme une ode à la jeunesse, et est désormais reconnu comme un chef d’œuvre de la musique.


2.    Milan lyrique : Giuseppe Verdi

Giuseppe Verdi ne se présente même plus tant son impact sur l’art lyrique et la musique classique a été, est, et sera pour toujours flagrant. Né vers Parme, le compositeur est un des nombreux amants de Milan, où il s’éteindra d’ailleurs. La profondeur de ses œuvres a permis à l’opéra italien une reconnaissance rapide et étincelante, à l’époque où les opéras français, allemands, et autrichiens dominaient cette scène. On ne compte plus le nombre de fois où un opéra de Verdi a été joué au théâtre de la Scala.
Parmi ses réalisations, on retient Va, pensiero, air d’opéra entonné par de nombreux chœurs de partout dans le monde. Tout droit sorti de l’opéra de Nabucco, ce chef d’œuvre a été pensé par le compositeur italien à la Scala, en 1842. Il est inspiré des chants du psaume 137 de la Bible, que les Hébreux exilés à Babylone se mettent à chanter ensemble.

 

3.    Milan rap : Ghali

Le rappeur de 27 ans incarne le nouveau souffle musical donné à Milan et à l’Italie. En effet, le rap italien est très en vogue sur la scène urbaine européenne, et beaucoup de jeunes Milanais se lancent dans cette aventure. Parmi eux, Ghali, jeune artiste qui a grandi dans le quartier de Baggio de la métropole italienne. Avec d’autres comme Sfera Ebbasta, ou Gué Pequeno, il prouve que Milan est un territoire de jeu propice au rap actuel.
Par exemple, son titre Milano prouve bien que sa ville est une source d’inspiration quasi sans limites, qui permet à cette nouvelle génération de rappeur de briller pour les années à venir.


4.    Milan traditionnel : Nanni Svampa

Giovanni Svampa est le symbole de la chanson traditionnelle italienne par excellence. Connu en France pour ses reprises de Brassens principalement, ce chanteur a acquis une grosse notoriété en reprenant des morceaux du répertoire lombard. Né à Milan, il incarne la naissance des cabarets en Italie dans les années 60.
Son interprétation de Nostalgia di Milano marque son attachement à la capitale lombarde, et de manière plus générale, la nostalgie que l’on peut ressentir en étant loin de chez soi. Pour approfondir son répertoire, on peut écouter son album CantaMilano, dédié à Milan.

 

5.    Milan sport : l’hymne du Milan AC

Véritable emblème de la ville, le mythique club de football du Milan AC possède son propre hymne. Tous les supporters rossoneri en connaissent les paroles, et à toutes les rencontres, on peut entendre le San Siro vibrer au chant des tifosis. Depuis les années 80, dès l’entrée des joueurs sur la pelouse, la chanson écrite par Tony Renis et Massimo Guanti retentit. Une belle occasion pour les habitants de la ville de rappeler leur attachement à celle-ci. Et aujourd’hui, la chanson pourrait s’exporter à l’international, dans des versions originales pour le Japon, la Chine, ou encore l’Arabie saoudite.

 

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir