Mardi 19 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Granny Geek : Quand l’expatriation fait naître des idées de startup

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 21/10/2019 à 23:45 | Mis à jour le 22/10/2019 à 09:43
Photo : Florence Durif (à gauche), Sylvain Callot (centre) et Caroline Gouzy (à droite), les trois cofondateurs de Granny Geek
expatriation milan startup

Trois expatriés français, qui se sont rencontrés comme bénévoles au sein d’une association à Milan, ont tiré profit de leur expatriation pour créer une entreprise innovante, Granny Geek. Le but : offrir un dépannage informatique adapté aux besoins des seniors et leur permettre d’atteindre l’autonomie numérique grâce à des tutoriels et de l’accompagnement au quotidien.


Lepetitjournal.com/Milan : Vous vivez à Milan depuis plusieurs années et vous venez de lancer Granny Geek avec deux autres cofondateurs, eux aussi expatriés à Milan. Comment est né ce projet, fruit de votre expatriation ?

Florence Durif : Trois cofondateurs ont fait naître Granny Geek. A mes côtés se trouvent Caroline Gouzy et Sylvain Callot, tous deux rencontrés comme bénévoles au sein de l’association d’accueil des Français à l’étranger, Milan Accueil, où nous avons appris à travailler ensemble.
L’idée de GrannyGeek résulte d’abord d’un constat : les seniors sont tous connectés avec emails et smartphones sous la main. Le déclic est sans doute lié à la distance géographique qui me sépare de mes proches, du fait de mon expatriation. L’élément déclencheur remonte à novembre 2018 : mon père devait envoyer un devis à sa mutuelle, mais il s’est retrouvé bloqué et impuissant car il ne parvenait pas à scanner le document comme demandé. Je me sentais incapable de répondre à ses besoins. Aujourd’hui, les seniors sont démunis face aux défis informatiques auxquels ils sont contraints. En 2022, toutes les formalités administratives se feront par Internet, il est temps d’agir pour les aider !
En général, le premier réflexe est d’appeler ses enfants en cas de problème. Mais ces derniers sont souvent loin... D’où la solution de Granny Geek pour les dépanner de manière adaptée.

C’est donc en parallèle de nos activités professionnelles et de notre vie familiale qu’est née cette aventure fin 2018. Moins d’un an plus tard, en septembre 2019, Granny Geek était lancé. Le projet a été assez rapide à mettre en place dès lors que chacun apporte sa spécialité. Sylvain est webmaster et formateur, passionné d’informatique, pédagogue et doté d’une grande patience. Il gère ainsi toute la partie technique, il représente la première voix de Granny Geek. Caroline, qui est depuis rentrée en France, est spécialisée en e-learning. Elle assure donc le pôle de formation à distance avec notamment la réalisation de tutoriels. Quant à moi, je m’occupe du reste : la partie communication, commerciale, l’animation...
Nous avons par ailleurs eu la chance de faire partie des heureux sélectionnés du programme Parcours Entrepreneurs auprès de l’association Ticket for Change, avec à la clef, 6 mois de coaching, en présentiel et en ligne, pour lancer notre start-up.

 

Face à cette société du « tout numérique », concrètement, quelles sont les plus grandes difficultés auxquelles sont confrontées les seniors ?

Aujourd’hui 20 millions de Français ont plus de 55 ans. Parmi eux, 89% possèdent au moins un appareil numérique (smartphone, ordinateur et tablette). Et 31% des 70 ans et plus, renoncent à des opérations sur internet comme prendre un billet de train en ligne, ou rencontrent des difficultés d’utilisation des équipements au quotidien. C’est ce que révèle une étude du syndicat de la presse sortie il y a 3 mois.  Or les banques, les assurances, les mutuelles, les administrations, tous nous obligent à savoir utiliser un scanner, un smartphone, voire à avoir recours à des applications. Je trouve cela injuste que ces personnes soient propulsées dans un monde qui leur échappe. Elles se sentent diminuées et humiliées alors qu’il est normal qu’elles n’aient pas la connaissance en la matière.
On les aide ainsi à créer des mots de passe dont ils peuvent se souvenir étant donnée la complexité de ceux qui sont demandés aujourd’hui avec la multitude de caractères spéciaux ; à créer des scans dans le format adéquat ; à transformer une photo d’un document prise avec un téléphone mobile en format pdf. Il s’agira aussi de les soutenir lors de l’installation d’une application, de les aider à gérer les mémoires de leur téléphone ou messagerie pour ne pas avoir à payer des frais supplémentaires.
J’aimerais que les seniors aiment le numérique ! Granny Geek, c’est aussi leur donner cette opportunité d’en profiter : il y a de nombreuses applications qui ont été créées spécialement pour eux.

 

En pratique, comment ça se passe ?

On nous appelle et nous les dépannons en utilisant un langage adapté, pas comme celui hyper-spécialisé que l’on peut trouver sur les forums. A l’issue de l’intervention, dont le coût s’élève à 9,99 euros, on leur envoie un compte-rendu afin qu’ils gardent une trace de la marche à suivre, qu’ils pourront réutiliser dans le futur. Notre objectif reste que ces personnes deviennent autonomes et sereines. Si besoin, en dernier recours et avec leur autorisation bien-sûr, on prend la main à distance sur l’appareil.
Pour cela, nous avons deux numéros de téléphone : l’un français car la start-up est française ; l’autre italien pour nous adresser à nos amis francophones qui vivent en Italie.
On entend aussi développer les tutoriels sur le site afin que nos clients puissent s’entraîner selon leurs besoins.

 

Granny Geek en est à ses prémices. Quels sont vos projets ?

Si Ticket for change nous permet de belles opportunités avec des mises en relation ciblées, il nous faut nous faire connaître ! A petit échelle, cela va se faire à travers la mise en place d’ateliers ciblés, sur des sujets précis, à commencer au sein de Milan Accueil, association à laquelle nous restons très liés. Les autres ateliers se dérouleront en France.
Au fur et à mesure, en recueillant les problèmes, nous enrichissons notre base de données afin de conseiller les banques, les opérateurs téléphoniques, les assurances, les administrations pour les aider à adapter leurs sites internet ou leurs procédures.
A terme, nous souhaitons que ce soient les entreprises qui fassent appel à nos services en intégrant Granny Geek dans leurs offres seniors.
La prochaine étape est aussi de faire partie du mouvement des entreprises sociales et solidaires, ce qui nous permettra d’obtenir des financements et davantage visibilité.

 

En savoir plus :

Twitter : @sosgrannygeek
Facebook : https://www.facebook.com/SOSGrannyGeek/
Site internet : https://www.sos-grannygeek.com

 

 

4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Elisabeth mar 22/10/2019 - 09:46

Bravo! Je vous souhaite une belle réussite, votre projet est tellement d actualité et pas seulement pour les “seniors” car l environnement numérique est en constante évolution et c est parfois difficile de suivre ! Bravo

Répondre
Commentaire avatar

game mar 22/10/2019 - 09:24

Excelent! Une aide aussi pour les personnes agées serait de les aider a lire leur abonnement telephone fixe et mobile. Par exemple une personne de 75 ans m'a dit que dès qu'elle rechargeait le credit de son portable, apres un appel c'etait deja fini...ca faisait un an qu'elle etait à son insu abonnée à un service de gaming à 5 euro la semaine! Aussi elle payait un abonnement telephone fixe à 37 euro par mois sans internet! Apres un appel à TIM, le meme contrat lui sera facturé 23 euro par mois!!

Répondre
Commentaire avatar

Granny Geek lun 28/10/2019 - 08:27

Merci pour votre intérêt ! Nous répondons volontiers à ces questions sur notre mail sos@sos-grannygeek.com

Répondre
Commentaire avatar

Granny Geek lun 28/10/2019 - 08:26

Bonjour, Notre mail sos@sos-grannygeek.com est totalement ouvert à ces questions de fond auxquelles nous répondons rapidement. Merci pour votre intérêt ! Florence Durif

Répondre

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles