La consommation du chocolat en Italie revient à grimper

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 09/12/2020 à 22:08 | Mis à jour le 09/12/2020 à 22:14
chocolat italie valrhona

Après une tendance à la baisse constante depuis 5 ans, les Italiens retrouvent un regain d’appétit pour le chocolat depuis quelques mois. Dans un secteur qui vaut 2 milliards d’euros, le français Valrhona en profite pour développer son marché en Italie.

Télétravail et chocolat semblent aller de pair. Durant cette période de télétravail forcé, le chocolat a en effet pu exalter ses vertus antioxydantes, anti-stress et sans doute réconfortantes. D’après les chiffres d’une étude signée Nielson, la consommation de tablettes a connu un véritablement boom en Italie depuis le début du mois de mars. La croissance amorcée de 18,5% entre le 9 et le 15 mars 2020, s’est poursuivie au-delà, de 10,7% entre le 29 juin et le 26 juillet alors même que les mesures restrictives ralentissaient.

Cette tendance rompt avec le ralentissement de la consommation de chocolat de ces cinq dernières années, dans un pays déjà peu gourmand de produits chocolatés. Un foyer italien a dégusté 4,9 kilos de chocolat en 2019 selon l’analyse de Euromonitor International, c’est bien moins qu’en France et ses 8,1 kilos consommés par foyer, et largement moitié moins que la moyenne européenne de 11 kilos.

Au pays du Nutella, c’est pourtant bien le « vrai chocolat » qui séduit le plus, le fondente (chocolat noir), le biologique et le moins sucré étant les variétés les plus recherchées, d’après l’institut de recherche.
Reste que l’entreprise leader du secteur demeure Ferrero. Le groupe d’Alba détient 39,6% du marché avec ses marques Kinder, Ferrero Rocher ou encore Pocket coffee, un classique dans la Botte. Elle est suivie de loin par Lindt et Nestlé avec ses Perugina, qui détiennent respectivement 13,4% et 11,4% du marché.

 

Ouverture du marché premium

Face à la consommation en hausse du chocolat à grignoter ou à cuisiner, le marché du chocolat professionnel souffre inévitablement de la fermeture des restaurants, de la baisse de fréquentation des bars et pâtisseries.
Pour remédier aux pertes liées au secteur spécialisé, les chocolatiers saisissent cette période comme une opportunité pour se développer. C’est le cas de Valrhona, marque française de chocolat haut de gamme, qui appartient au groupe Savencia (celui du Caprice des Dieux, Saint Agur ou encore Coraya). L’Italie est le quatrième pays pour son chiffre d’affaires après la France, les Etats-Unis et le Japon. « Il s’agit d’un marché important, l’Italie est en effet un pays de grande gastronomie, qui compte de nombreux chefs et artisans renommés. La marque détient près de 35% de part du marché Premium dans la Péninsule », explique Igor Maiellano, directeur de Valrhona en Italie.

Le spécialiste du chocolat haut de gamme vient de lancer son e-shop afin de toucher également les pâtissiers amateurs, pour les préparations fait-maison. « C’est une vraie opportunité pour les passionnés, de pouvoir acheter le même chocolat que leurs meilleurs artisans », ajoute Igor Maiellano. On y trouve 70 références, adaptées dans le format à un usage privé : du chocolat de couverture utilisé par les artisans pâtissiers, les chocolats de dégustation iconiques de la marque ou encore des confections cadeaux. L’e-shop est en outre assorti de recettes pour réussir ses desserts comme les meilleurs des chefs.

A Milan, Valrhona a en outre complété son expansion avec l’ouverture d’un laboratoire en septembre dernier. Si le V-Lab est initialement dédié à la formation des professionnels à travers des cours et des démonstrations, il a vocation à s’étendre prochainement aux privés, nous annonce d’ores et déjà Igor Maiellano.

 

Sur le même sujet
lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale