Covid, passe sanitaire et masque : les nouvelles règles à partir du 1er mai en Italie

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 28/04/2022 à 16:01 | Mis à jour le 29/04/2022 à 16:34
Photo : Antonio Sessa on Unsplash
place d'italie antonio stesa

L’arrivée du mois de mai archive le passe sanitaire en Italie (sauf pour voyager à l'étranger) et limite plus encore le port du masque à l’intérieur. Les nouvelles règles à partir du 1er mai, pour vivre avec la pandémie.

Le retour à la normalité n’est pas acté, d’autant que le virus circule toujours. Mais l’Italie allège une nouvelle fois les mesures anti-Covid, ouvrant la voie à un quotidien plus agréable avec l’arrivée des beaux jours. La majeure partie des mesures prévues dans le décret anti-Covid du24 mars dernier, prennent fin le 30 avril. Et la plupart ne seront pas prorogées.

La fin du passe sanitaire en Italie, à partir du 1er mai

Le passe sanitaire ne sera plus demandé pour aucune activité, autant dans sa version de « base » (délivré à l’issue d’un test résultant négatif) que « renforcée » (délivré uniquement à la fin d’un schéma vaccinal complet ou rétablissement). Le sésame ne sera plus demandé pour fréquenter la piscine ou salle de sport, même en intérieur, pour participer à des cérémonies, congrès ou aller en discothèque, théâtre ou cinéma. Le passe sanitaire de base ne sera plus nécessaire également pour accéder aux lieux de travail, consommer dans les bars et restaurants (en intérieur comme en extérieur) La seule exception est pour accéder aux hôpitaux et Ehpad, où le passe sanitaire renforcé reste obligatoire jusqu’au 31 décembre. Le passe sanitaire demeure en outre requis pour les voyages à l’étranger, mais pas pour l’utilisation des transports dans la Péninsule.

Voyager en Italie

A partir du 1er mai, il ne sera plus nécessaire d'exhiber un passe sanitaire pour entrer sur le territoire italien depuis l'étranger, ni remplir le Plf (Passenger locater form). L'entrée en Italie sera donc complètement libre.
Le passe sanitaire peut toutefois être requis pour voyager à partir de l'Italie vers l'étranger, selon les exigences du pays de destination.

Port du masque : où reste-t-il obligatoire en Italie

Le gouvernement a attendu le dernier moment pour décider où proroger l’obligation du masque en intérieur, au moins jusqu’au 30 mai 2022.
Jusqu’au 15 juin, le masque Fffp2 reste requis dans les transports locaux et nationaux (bus, métro, trains régionaux, avion…), pour aller au théâtre et cinéma, ou voir des spectacles dans des salles en intérieur. A l’école le masque chirurgical reste de mise jusqu’à la fin de l’année scolaire pour les enfants de plus de 6 ans,
Le port du masque est néanmoins aboli – mais reste recommandé - dans les bars et restaurants (où il était possible de l’enlever à table uniquement), dans les magasins, centres commerciaux et musées.
Sur les lieux de travail, la décision revient aux employeurs, en vertu d’un protocole institué en accord avec les syndicats.

Recours au télétravail simplifié jusqu’au 31 août

Jusqu’au 31 août, dans le secteur privé, il reste possible d’avoir recours à la procédure simplifiée de communication du télétravail, c’est-à-dire sans accord individuel entre employeur et salarié.

Obligation vaccinale pour les plus de 50 ans, jusqu’au 15 juin

L’obligation vaccinale continue à courir pour certaines professions, comme les enseignants et le personnel scolaire, ainsi que les forces de l’ordre. Et de manière plus générale pour toutes les personnes de plus de 50 ans, sous peine d’une amende limitée à 100 euros. L’obligation vaccinale demeurera obligatoire jusqu’au 31 décembre 2022 uniquement pour les professionnels de santé (médecins, infirmiers, personnel sanitaire…)

A ce jour, 90,15% de la population italienne de plus de 12 ans est totalement vaccinées, contre 86,48% si l’on considère la population de plus 5 ans, objet de la campagne vaccinale.

 

lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale