La Tour Infernale : la Spritz Compagnie s’enflamme sur scène !

Par Monica La Rivière | Publié le 25/05/2022 à 21:00 | Mis à jour le 26/05/2022 à 14:33
affiche le tour infernale

Grand retour de la compagnie théâtrale française de Milan qui se produira sur les planches les 15 et 16 juin prochain au Teatro Blu : un crescendo de scènes loufoques à mesure que l’on gravit les étages d’une tour de bureaux.

Contre vents et marées la Spritz Compagnie a résisté aux vagues de la Covid. Bien que plusieurs membres de l’équipage soient repartis entretemps en expatriation, voilà que de nouveaux acteurs-amateurs de la communauté francophone de Milan se sont enrôlés, toujours sous les ordres du « capitaine » Sophie Poitrineau, metteur en scène de cette troupe qu’elle a mise sur pied, en bénévole, avec cœur et âme : « J’ai tant souffert durant ces deux années d’arrêt dues au Covid. Le théâtre c’est mon oxygène », nous confie Sophie, coach dans la vie.

Le projet de La Tour Infernale est né avant la pandémie. Après une pause forcée, il a été remanié avec l’arrivée des nouveaux acteurs, et actualisé à la lumière des évènements. Les représentations auront enfin lieu les 15 et 16 juin, au Teatro Blu, théâtre d’élection de la Spritz Compagnie. Le premier tableau du spectacle est emblématique : c’est le retour au bureau. On jette les masques, on s’embrasse, avant d’entrer. Mais que se passe-t-il une fois que le seuil de la Tour est franchi ? Les personnages basculent dans un univers vibrant de tensions et d’émotions que les acteurs réussissent à faire partager au public avec humour et brio. « Ce sont les acteurs qui m’inspirent. Le vrai bonheur ! » continue Sophie.

 

comédiens spritz compagnie
Les comédiens répètent (crédits Monica La Rivière) 1. Sylvain, Charlotte, Stéphanie, Christine 2. Stéphanie et Charlotte 3. Charlotte, Caroline Emmanuelle Sebastiano et Stéphanie 4. Bérengère et Emmanuelle

Bas les masques

Si les personnages jettent à terre leur FFP2, il leur est difficile de se départir de leur masque de tous les jours. Ils s’en libèrent parfois à grands cris de souffrance : que ce soit les impassibles sur lesquels s’acharnent les autoritaires, les frustrés ou les anxieux. Ils sont neuf acteurs mais à chacun d’eux plus d’un caractère à dévoiler. Pour se différencier dans les multiples rôles qu’ils incarnent, ils changent de costume et de couleur: « On assiste à une gradation chromatique toujours plus flamboyante par étage à mesure que l’on monte dans la tour et que la tension monte », nous explique Sophie. Le spectateur attend ainsi avec impatience l’aboutissement au dernier étage de la scène finale qui ne manquera pas d’éclat !

 

femmes comédiennes spritz compagnie
Les comédiens répètent (crédits Monica La Rivière)  Anne-Lise Caroline Charlotte Bérengère


Le retour au bureau : entre réalité et fiction

Parmi les nouveaux acteurs qui ont intégré la Spritz Compagnie, Sylvain ainsi que Sebastiano et Charlotte, couple dans la vie, doivent partager leur temps entre les répétitions, la famille et le travail en entreprise. C’est une première pour Sylvain pour qui le théâtre constitue un défi, une occasion de sortir de sa zone de confort, mais aussi un plaisir : « J’ai longtemps pratiqué des sports collectifs, ici je retrouve le même esprit d’équipe. » Pour Charlotte et Sebastiano, le théâtre représente une passion commune née d’un cours d’improvisation découvert durant leur permanence à New York. Puis en venant vivre en Italie ils ont suivi des cours de théâtre et joué en italien jusqu’au moment où ils ont fait connaissance avec la troupe française : « L’approche est différente entre un cours et une vraie troupe, bien soudée autour de notre coach Sophie, dans une belle ambiance où règne le partage, et pour laquelle on a tout de suite senti un coup de cœur. »

Pour tous les trois le retour au bureau n’a pas posé de gros problèmes, car la flexibilité introduite par la Covid a été préservée. Sylvain et Sebastiano préfèrent toutefois travailler le plus possible en présence avec leur équipe d’autant plus qu’ils habitent près de leur entreprise, alors que Charlotte a pu continuer à travailler de chez elle tout en se rendant au bureau lors de réunions importantes.

Cela dit la multinationale de consulting qui siège dans La Tour Infernale ne tient pas compte de cette flexibilité. La pièce nous replonge dans l'atmosphère tendue des relations humaines au travail menant parfois à des situations extrêmes proches de la réalité. « Le télétravail ou la formule hybride ne vont pas forcément atténuer ces conflits », conclut Sebastiano.

 

Achat des billets : pour le spectacle du 15 juin ; pour le spectacle du 16 juin.
NB : Pièce pour adultes, non recommandée aux enfants de moins de 10 ans

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale