Samedi 27 novembre 2021
TEST: 2269

‘The Velvet Underground’, un documentaire sur le parcours de quatre outsiders du rock

Par Amandine Guiony | Publié le 22/10/2021 à 23:59 | Mis à jour le 22/10/2021 à 23:59
Photo : thatspep-Flickr
Le groupe ‘The Velvet Underground‘ au complet

En 2020, Andy Warhol et son groupe de rock emblématique New-Yorkais des années soixante s’invitaient au Tate Modern pour une rétrospective pop et colorée. Cette année, c’est le célèbre réalisateur Todd Haynes (Velvet Goldmine, Carol, Loin du paradis…) qui met le groupe à l’honneur dans un documentaire qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. Le film est désormais disponible au cinéma et sur Apple TV.

 

Underground, urbain, rock’n’roll, sombre ; autant d’adjectifs qui décrivent la ville de Londres avec fidélité. Ils collent tout aussi bien au groupe ’The Velvet Underground’, qui a inspiré des générations de nouveaux artistes après eux, de David Bowie à Arctic Monkeys en passant par Nirvana et U2.

‘Underground’ et nostalgique

Parfait pour un 'sunday morning’ musical bien au chaud sous la couette ou pour une sortie cinéma entre potes, le documentaire de Todd Haynes propose de s’engouffrer dans la nostalgie des sixties et dans le monde parallèle des quatre marginaux qui composent le groupe.

Les parcours personnels du chanteur et guitariste Lou Reed, du guitariste Sterling Morrison, du musicien gallois John Cale ainsi que de Maureen Tucker, à la batterie, sont retracés avec élégance et originalité à travers le regard du réalisateur.

 

The Velvet Underground Lou Rees

 

L’esthétique du documentaire mélange des images d’archives au grain épais en noir et blanc et des témoignages récents, créant l’effet d’une mosaïque en mouvement. Les visuels artistiques et déroutants ont été les ingrédients principaux de ce film documentaire ; un hommage rendu à la fameuse “Factory“, créée par Andy Warhol en 1964, cet atelier d’artistes où les Velvet se produisirent pendant que le roi du pop art donnait vie à ses œuvres emblématiques.

Autre élément incontournable du documentaire : la musique du groupe qui guide le spectateur comme un fil rouge à travers l’univers onirique d’Andy Warhol. L’accent est mis sur les différents sons et expérimentations musicales des Velvet Underground ainsi que sur leurs paroles provocatrices. 

 

The Velvet Underground - Apple TV

Expérimental et avant-gardiste

«Nous avons appris à réévaluer la valeur de l’art en dehors du succès du marché. Souvent, la chose qui a été perdue dans l’ombre a le plus d’endurance, et la chose qui brillait le plus et qui faisait le plus d’argent perd son sens au fil du temps. Je ne pense pas que vous obtiendrez un meilleur exemple de cela dans le rock 'n' roll qu’avec The Velvet Underground“, affirme le réalisateur lors d’une interview.

Le premier album du groupe ne rencontre pas, il est vrai, un succès immédiat lors de sa sortie. Seulement 10 000 exemplaires sont vendus, un début timide pour le groupe du père de Walk on the wild side. Des thèmes parfois avant-gardistes tels que l’homosexualité, l’usage de drogues ou l’exploration de nouvelles tonalités musicales qui auraient un effet sur le cerveau humain y sont abordés par le groupe, asseyant sa singularité à l’époque.

 

The Velvet Underground Documentaire

 

En marge de la société, les membres des Velvet cultivent un regard critique sur le monde qui les entoure et sur la culture de masse, dite ‘mainstream’. The Velvet Underground s’élève contre l’uniformisation culturelle qu’elle favorise.

“Se tenir à l’extérieur du système, être réellement obscur“, sont pour Todd Haynes des actes de résistance.

Au-delà de leurs compositions musicales, Todd Haynes espère que la vision du monde de ces musiciens hors du commun inspirera les générations X et Y à lutter contre le conformisme

 

The Velvet Underground Documentaire

 

 

Amandine Guiony - journaliste Londres

Amandine Guiony

MA Relations Internationales. Vagabonde entre Londres, Dublin et le Sud de la France à la recherche d'histoires à vous raconter.
0 Commentaire (s) Réagir