TEST: 2269

7 choses qui diffèrent du premier confinement

Par Charles Flageul | Publié le 06/11/2020 à 16:59 | Mis à jour le 10/12/2020 à 16:44
Photo : Dan Burton - Unsplash
différence premier deuxième confinement

Si vous pensiez revivre le confinement du mois de mars, vous vous êtes trompés ! Croyez- nous, la vie de confinement va être beaucoup plus souple que la dernière fois. Si vous souhaitez en savoir plus sur les règles de ce deuxième confinement, nous vous conseillons de consulter notre dernier article à ce propos. En attendant, la rédaction vous révèle en quoi le confinement d’aujourd’hui ne ressemble en aucun cas à la période d’isolement du mois de mars.

 

Vous pouvez rencontrer un ami… avec vos enfants

 

En mars, vous pouviez seulement rencontrer des personnes de votre entourage dans des circonstances exceptionnelles. Néanmoins, depuis hier, vous pouvez rejoindre un ami dans un espace public extérieur, c’est-à-dire dans un parc ou sur une plage, en respectant les distanciations sociales. De plus, vous pouvez être accompagné de vos enfants, l’occasion pour vous de profiter d’une petite balade pour s’aérer l’esprit.

 

Le concept assez flou du « support bubble »

 

Nous en entendons beaucoup parler en ce moment, le concept de « support bubble » interroge de nombreux résidents britanniques. Ce concept qui n’existait pas en mars dernier fait aujourd’hui son apparition pour le deuxième confinement. Mais, à quoi correspond ce concept de « support bubble » ? Cela signifie qu’un adulte qui vit seul peut rencontrer n’importe quelle personne d’un autre foyer afin qu’il puisse avoir un soutien moral pendant cette période d’isolement. Celle-ci deviendra donc sa « support bubble. »

 

Vous pouvez vous asseoir sur un banc

 

En mars dernier, s’asseoir sur un banc pouvait être considéré comme une infraction aux restrictions sanitaires du gouvernement. Bronzer, lire ou manger sur un banc n’étaient pas autorisés. Aujourd’hui, les règles s’assouplissent et les résidents du Royaume-Uni ont désormais le droit de s’asseoir pour discuter avec un ami ou manger un casse-croûte. Alors, profitez d’un petit pique-nique avec votre « support bubble » lors d’une journée ensoleillée !

 

Vos enfants vont à l’école

 

Comme vous le savez probablement tous, le confinement n’arrêtera pas l’éducation. Le gouvernement britannique autorise, en cette deuxième période de confinement, l’ouverture des écoles et des universités contrairement à la première période de confinement durant laquelle tous les centres éducatifs étaient fermés sans aucune exception ; un véritable soulagement pour certains parents !

 

Les toilettes publiques ne sont pas fermées

 

Eh oui, cette nouvelle peut paraitre surprenante mais cette fois, vous aurez bien accès aux toilettes de la capitale. Contrairement au mois de mars, les toilettes publiques resteront ouvertes pour tous. Pendant le premier confinement, de nombreux conseils de la ville de Londres avaient décidé de fermer les sanitaires par soucis d’hygiène.

 

Le service Click and Collect disponible pour tous les magasins non-essentiels

 

Selon les restrictions sanitaires imposées par le gouvernement, les magasins et commerces non-essentiels sont contraints de fermer boutique comme en mars. Cependant, cette année, les choses changent avec la mise en place du système « Click and Collect ». Le principe est simple, vous n’avez qu’à pré-commander vos articles en ligne et les récupérer sur place. En cette période de confinement, « le click and collect » est une alternative qui vient en aide aux commerçants et leur donne la possibilité de préserver leur activité. Toutes les enseignes sont concernées : sport, vêtement, librairie et restauration, etc… Pour en savoir plus sur les librairies britanniques, retrouvez notre article « Où commander ses livres pendant le confinement ? » en un clic.

 

Faire du sport partout où vous le souhaitez 

 

Le mois de novembre va sans aucun doute être une période très sportive pour beaucoup d’entre vous. En effet, le sport en extérieur est autorisé comme au mois de mars. A la différence près que vous pourrez voyager où vous le souhaitez pour pratiquer une activité physique. Pour le premier confinement, le gouvernement conseillait aux Britanniques de faire du sport près de chez eux et de ne voyager qu’en cas d’extrême urgence.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Percevez-vous une différence avec le premier confinement ?

 

Cependant, le mécontentement gagne du terrain

 

Même si le deuxième confinement semble être beaucoup moins strict et restrictif que le premier, les Britanniques reprochent au gouvernement d’avoir répété les erreurs de la première période d’isolement.

Malgré l’assouplissement des règles, les Britanniques n’ont cessé de critiquer l’action du gouvernement à l’approche de ce deuxième confinement. Les scientifiques ont reproché au Premier ministre d’avoir retardé la mise en vigueur du confinement, aggravant la situation sanitaire du pays. De leur côté, les restaurateurs ont regretté le manque de préparation avant la fermeture temporaire de leurs établissements, comme en mars. Pour une majorité de Britanniques, le port du masque aurait dû être obligatoire dans tous les espaces publics ; cela n’a pas été suffisamment contrôlé jusqu’à aujourd’hui.

Après le premier confinement, au lieu de rester méfiant, le Premier ministre encourageait les Britanniques à sortir de nouveau, manger dehors et voir leurs amis. Selon les Britanniques, le gouvernement n’a pas assez suivi les restrictions sanitaires imposées par des pays qui sont parvenus à combattre le virus, comme la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud, etc… En d’autres termes, les Britanniques pensent que ce deuxième confinement aurait pu être évité avec des mesures plus strictes, comme une stratégie de testing beaucoup plus développée.

 

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics.

Sur le même sujet
Charles Flageul - Journaliste Londres

Charles Flageul

Étudiant en Troisième Année à Sciences Po Aix, je me destine au reportage vidéo.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale