Que signifient ces coquelicots portés par les Britanniques ?

Par Clara Grouzis | Publié le 06/11/2020 à 16:40 | Mis à jour le 06/11/2020 à 16:57
Photo : Pxfuel
coquelicot remembrance sunday RU

La Campagne du Coquelicot a lieu chaque année pour commémorer les combattants de la première Guerre Mondiale. Retour sur cette tradition.

Vous avez peut-être déjà croisé ou vu à la télévision des Britanniques qui portaient, en octobre et en novembre, des coquelicots ( ou poppies) sur leurs vêtements. Si vous vous demandiez d’où venait cette tradition, c’est par ici !

Comment la Campagne du Coquelicot est-elle née ?

La campagne du Coquelicot, en anglais Poppy Appeal, est organisée par la Royal British Legion, en souvenir des morts et des blessés de guerre. Cette association a été fondée en 1921 par des vétérans de la Première Guerre Mondiale. Comme le Bleuet en France, le coquelicot est avant tout un symbole pour se souvenir des combattants de la Grande Guerre. En effet, c’est un poème de l’écrivain canadien John McCrae qui aurait inspiré la tradition. Datant de 1915, le poème In Flanders Fields raconte qu’après la guerre, les coquelicots fleurissaient sur les tombes des soldats à travers toute l’Europe.

La Royal British Legion a tenu sa première campagne en 1921 : lors de la commémoration de l’armistice du 11 novembre, l’association a distribué des coquelicots en papier en échange d’une donation. Tout le monde était donc appelé à porter la fleur à la boutonnière. Les fonds récoltés par l’association revenaient aux familles de soldats morts ou blessés lors de la Première Guerre Mondiale.

Comment se célèbre-t-elle de nos jours ?

Maintenant, les coquelicots sont portés à partir de la fin octobre et le jour le plus important de cette commémoration est devenu le « Remembrance Sunday », qui a lieu cette année le 8 novembre. Les coquelicots, fabriqués toute l’année dans une usine à Richmond, étaient faits à l’origine par des vétérans blessés à la guerre. Ils sont vendus en Angleterre, au pays de Galles et en Irlande du Nord. Les coquelicots d’Ecosse, produits à Edimbourg, se diffèrent des autres car ils ont quatre pétales, au lieu de deux, et sont démunis de feuille verte. Les « poppies » sont aussi portés dans les pays du Commonwealth et de manière moins importante, aux Etats-Unis.

Ces coquelicots sont vendus par des bénévoles dans la rue dès la mi-octobre, et chacun est invité à donner le montant de son choix pour soutenir les familles d’anciens combattants.

Comment y participer cette année ?

Cette année, la campagne traditionnelle est remise en cause par la crise du Covid-19 mais il est toujours possible d’y participer. Plutôt que de distribuer les coquelicots dans la rue, les bénévoles de l’association ont imaginé de nouvelles initiatives virtuelles.

Sur son site, la Royal British Legion propose de faire un don, ou d’acheter une affiche à apposer sur sa fenêtre. Son site dispose aussi d’une boutique sur laquelle il est possible d’acheter toute sorte de produit, depuis les « Poppy scarves » jusqu’aux broches et bijoux. L’association propose ainsi à chacun d’entre nous de participer à cette campagne à notre guise. N’hésitez pas à faire un tour sur le site de la Royal British Legion pour découvrir les différentes façons de la soutenir.

Votre don reviendra aux familles de soldats et participera à la commémoration des combattants. Aujourd’hui, ce n’est plus seulement la Première Guerre Mondiale qui est célébrée mais toutes les guerres dans lesquelles s’est engagé le Royaume-Uni.

Ces coquelicots signifient donc que vous êtes invités ce week-end à vous souvenir de tous ces hommes et ces femmes qui se sont battus pour leur pays…

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Sur le même sujet
Clara Grouzis journaliste Londres

Clara Grouzis

Etudiante en troisième année à Sciences Po Aix et passionnée, je me destine au journalisme
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale