Jeudi 9 décembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Près de 50% de la population mondiale n’a pas accès à des toilettes dignes

Par Maël Narpon | Publié le 17/11/2021 à 18:00 | Mis à jour le 18/11/2021 à 16:10
Photo : Photo : ONU-Eau
Visuel de l'ONU pour la journée mondiale des toilettes

La journée mondiale des toilettes, célébrée le 19 novembre, sera l’occasion de mettre en lumière des problématiques sanitaires majeures et donc extrêmement sérieuses, contrairement à ce que son nom pourrait suggérer. Camille Romain des Boscs, directrice générale de l’ONG Vision du Monde, nous livre son expertise en nous présentant l'enjeu de portée mondiale que constitue l’accès à des toilettes décentes.

 

Qu’est-ce que la journée mondiale des toilettes ?

Alors que son nom peut faire sourire, la Journée mondiale des toilettes révèle, en réalité, une problématique de santé majeure. Créée en 2001 par l’Organisation mondiale des toilettes (World Toilet Organization, WTO), la Journée mondiale des toilettes a pour objectif de sensibiliser la population mondiale à l’importance des installations sanitaires d’un point de vue de santé publique, social ou encore économique. L’accès aux toilettes est un droit fondamental, et non pas seulement un confort, ainsi l’ONU (Organisation des Nation unies) a décidé de reconnaître officiellement cet événement annuel en 2013.

 

Descriptif chiffres journée mondiale des toilettes

 

Pourquoi s’agit-il d’une thématique à portée mondiale ?

Alors que l’accès aux toilettes peut paraitre un service de base acquis pour tous, en réalité 3,6 milliards de personnes, soit près de la moitié de la population mondiale, n’ont pas accès à des toilettes dignes. Parmi elles, 500 millions de personnes sont contraintes de se soulager à l’air libre !

 

Les conséquences sont alarmantes : l’eau que ces populations utilisent est alors contaminée par les matières fécales et les expose à des maladies graves, voire mortelles

Les enfants sont les premières victimes de cette crise de l’assainissement : des centaines d’entre eux meurent chaque jour de maladies diarrhéiques. Considéré comme un enjeu de santé et de développement majeur, l’accès aux toilettes et aux systèmes d’assainissement est au cœur du 6ème Objectif de Développement Durable établi par l’ONU d’ici à 2030, à savoir « garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable ».

 

A quels niveaux l’ONG Vision du monde intervient-elle ?

Dans ses 17 programmes de développement répartis dans 11 pays, Vision du Monde place la protection sanitaire des populations au cœur de ses actions. Membre du partenariat international World Vision, la première association de parrainage d’enfants dans le monde, Vision du Monde construit des installations sanitaires et des toilettes non mixtes, propres et décentes dans les écoles et les centres de santé.

Par exemple, en 2019, dans son programme de développement de Nettéboulou, au Sénégal, Vision du Monde a installé 10 blocs sanitaires dans 3 écoles élémentaires et 2 collèges.

 

Ces constructions ont réuni les conditions nécessaires pour permettre aux enfants de suivre leur scolarité sans perturbations et de prévenir les maladies hydriques

En plus d’équiper les villages de toilettes dignes, Vision du Monde vise à former les populations aux bonnes pratiques d’hygiène. Dans ses programmes de développement, les individus sont sensibilisés aux risques liés à la défécation à l’air libre, afin de faire évoluer ces pratiques au sein de leurs communautés.

 

Quels sont les zones géographiques/pays les plus touchés par ce manque d’accès à des toilettes décentes ?

Cette crise de l’assainissement est généralisée mais est particulièrement présente dans les milieux ruraux ou pauvres. La pratique de la défécation en plein air est surtout répandue en Afrique subsaharienne, mais elle concerne également les populations vulnérables d’Asie du sud, ou encore en Océanie.

 

           

Quelles sont les solutions à mettre en place pour pallier ce problème ?

Parce que le manque de systèmes d’assainissement adéquats menace la vie des populations vulnérables, le financement et l’installation de services d’assainissement adéquats sont nécessaires pour leur permettre de vivre dignement et de lutter contre la propagation de maladies hydriques. L’accès à l’eau potable est au cœur des actions de Vision du Monde : l’année dernière, grâce aux actions du partenariat World Vision, 3,4 millions de personnes ont eu accès à de l’eau potable et 2,7 millions de personnes ont bénéficié de systèmes d’assainissement dans leurs foyers.

 

Il est urgent de continuer à investir dans l’installation de toilettes et de systèmes d’assainissement afin de briser le cercle vicieux de la pauvreté

 

Quel est l’impact social d’une telle problématique sanitaire, notamment pour les femmes ?

Bien plus qu’une question de dignité personnelle, l’absence des toilettes nuit au développement et à la santé des communautés. Contraintes de passer des heures à chercher des installations sanitaires – si elles existent – ou des endroits en plein air, les personnes sont exposées à différents risques.

L’accès aux toilettes n’est pas uniquement une problématique sanitaire mais aussi une question de droits de l’enfant et notamment des filles. Faute de toilettes, les trajets que les femmes et les filles effectuent pour trouver un endroit isolé pour se soulager peuvent être parsemés de risques d’attaques physiques et sexuelles.

 

De plus, l’absence de toilettes dans les écoles met également en péril la scolarisation des filles

Sans toilettes fermées ou non-mixtes dans leurs écoles, les filles qui ont leurs règles sont incapables de gérer leur hygiène menstruelle. Empêchées de se laver correctement et de se soulager en toute sécurité et intimité, elles sont plus susceptibles de s’absenter de leurs cours et de quitter complètement les bancs de l’école.

 

Mael Narpon - journaliste junior Londres

Maël Narpon

Diplomé d'une licence de sociologie à Pau et à Athènes, il intègre ensuite l'IEJ Londres. Il effectue un stage avec lepetitjournal.com Londres puis rejoint l'édition internationale en tant qu'alternant dans le cadre d'un Master à l'IEJ Paris.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet