Mardi 11 août 2020
Édition Internationale
Édition Internationale

TÉMOIGNAGES : les Français méprisants et peu accueillants, vraiment ?

Par Justine Hugues | Publié le 20/08/2019 à 11:00 | Mis à jour le 20/08/2019 à 11:02
Français vus par les étrangers accueil

Question amabilité de la population locale vis-à-vis des résidents étrangers, chez les Français, faudra repasser…et bim ! En se plaçant honteusement 55ème sur 65 dans le classement InterNations des pays les plus accueillants, l’Hexagone serait, pour les étrangers, un pays aux habitants méprisants et aux amitiés difficiles. Piqués à vif dans notre orgueil, nous avons décidé d’aller prendre la température auprès de nos voisins expatriés. 

 

« On m’avait prévenue que les Français ne seraient pas très sympas » pose d’emblée Reiko, une Japonaise venue à Paris pour élargir ses opportunités professionnelles. La mauvaise réputation des Français a déjà fait le tour du monde : 30 % des personnes sondées par InterNations vivant en France perçoivent négativement l'attitude de ses habitants envers les expats’, presque le double de la moyenne mondiale… (voir notre article) Selon Raul, Argentin de 26 ans, « les Français sont très attachés à leur sphère privée. Je me souviens, un jour, avoir sauté dans les bras d’une amie qui m’a regardé, interloquée. Ils n’aiment pas trop le contact physique ». 

 

« Râler comme un Français »

« Râler chez les Français, c’est exister. J’ai remarqué qu’être trop joyeux, finalement c’est être un peu neuneu ! estime Jaime, philippin. Les pfff sont tellement caractéristiques, moi maintenant je râle comme un Français ».

« Ils ont un côté très formel et conservateur, raconte Justin, un Londonien qui a suivi sa compagne française dans la région parisienne.  Je comprends qu’ils râlent quand tout le monde leur parle anglais. Mais au fond, je crois qu’ils sont un peu jaloux et même snobs ». Pour Justin, la prudence et la réserve sont généralement de mise chez les Français qui, à l’inverse des Britanniques, font très attention au qu’en dira-t-on. Propos confirmés par Christine, Singapourienne expatriée en France depuis près de 30 ans et ambassadrice d’InterNations. « Au départ, les gens qui ne me connaissaient pas étaient très hésitants. Ils me toisaient des pieds à la tête sans sourire », se souvient-elle. Difficile de briser la glace donc. Rien d’insurmontable toutefois pour nos interlocuteurs, qui confessent à l’unanimité avoir lié de superbes amitiés avec des Français. 

 « Ici, la valeur de l’espace privé est beaucoup plus importante » analyse Raul.

Les Français séparent énormément la sphère professionnelle de la sphère personnelle, alors qu’en Argentine, tu vas à une soirée et tout le monde parle de sa vie assez ouvertement, même aux inconnus 

En plus d’être « froids », nous prêterions aussi beaucoup d’importance aux projets professionnels ; notre métier nous définissant plus qu’ailleurs. « A chaque fois que je rencontre un Français, il me demande ce que je fais dans la vie et quels sont mes projets. Je n’en ai aucune idée de ce que je vais faire après, et c’est bien comme ça », dit-il en riant. 

L’impolitesse et l’incivilité des Français peuvent parfois choquer. « Je prends souvent un malin plaisir à crier « merci » aux Français que je laisse passer dans la rue et qui m’ignorent », raconte Joan, Anglaise établie à Lyon.  « Je n’arrive toujours pas à me faire aux gens qui ne me laissent pas descendre dans le métro », renchérit Reiko. 

 

L’administration, pièce maitresse du cabinet de curiosités 

A la question « Qu’est-ce qui vous surprend ? », bureaucratie et paperasse sont deux termes bien français que les expatriés reprennent à l’unisson.  « Je déteste l’administration. Ils ont perdu mon dossier de carte vitale trois fois et je ne l’ai eu qu’au bout d’un an et demi », explique Analisa, espagnole de 29 ans. L’attitude de nos fonctionnaires semble être un motif de surprise : « Ils sont incroyablement impolis. Ils vous donnent l’impression que vous envahissez leur espace, au lieu d’être au service des usagers »,  déplore Joan. 

«  On a l’impression d’être au XIXème siècle, ironise Raul. Pour ouvrir un compte en banque, il faut un domicile. Pour avoir un domicile, il faut un travail, mais pour avoir un travail, il faut un compte en banque ». Pour autant, tous admettent que l’enjeu en vaut la chandelle. « Une fois que tu as envoyé le milliard de papiers, tu as presqu’autant de droits qu’un Français », se réjouit l'Argentin. «  La bureaucratie est grotesque, mais les services publics sont fantastiques », complète Nikola, journaliste anglaise expatriée à Paris. 

A côté de la bureaucratie à la française, d’autres curiosités étonnent les expatriés. «  Il y a des ronds-points partout ! se moque Justin. C’est à croire que les Français dépensent toutes les recettes fiscales à les fleurir ». 

 

Paris sera toujours Paris… ou pas !

La ville lumière est-elle conforme à la carte postale ? « A Paris, je déteste les rats, l’odeur d’urine et la saleté dans les transports » explique Analisa, sans détour. La saleté « agace » aussi Christine. « Certaines personnes s’en fichent et jettent tout par terre. A Singapour, on est beaucoup plus obéissant ». 

Paris est une ville où on peut rapidement se sentir seul dans sa toute petite chambre de bonne. C’est cher et c’est beaucoup plus compliqué de se faire des amis, de trouver un logement 

Pour Nikola, notre capitale est assez stressante, « même si l’équilibre travail-vie personnelle reste bien meilleur qu’au Royaume-Uni ». Beaucoup notent que la vie est plus douce et les contacts plus faciles hors des grandes villes. 

 

Sauvons les meubles…

L’amour de la culture et de la gastronomie, l’esprit critique et la solidarité sont autant de points sur lesquels les Français sont plutôt positivement perçus. 

« L’offre culturelle, le multiculturalisme, la gastronomie, la langue… il y a tellement de choses que j’aime », s’exclame Analisa . « Je suis l’une de ces filles typiques qui voyait Paris dans les films et pensait que tout est beau ; la littérature, les galeries d’art, raconte Nikola. Sur bien des aspects, c’est vrai. J’aime les relations avec les petits commerçants, le soin que les Français prennent à passer à la boulangerie, la fromagerie. Au Royaume-Uni c’est bien plus impersonnel ». 

Notre amour obsessionnel pour la bonne chère en fascine plus d’un. De même que notre capacité à exprimer nos opinions. « La première fois que quelqu’un m’a dit « je ne suis pas d’accord avec toi », je ne savais pas comment réagir ,  avoue Reiko. Au Japon, on essaie souvent de trouver des moyens détournés de le faire comprendre, tout en souriant. Les Français eux,  quand ils ne sont pas contents, ils le disent et le montrent, même les vendeurs avec leurs clients », poursuit-elle. « Je suis très admirative de la façon dont les Français parlent à leurs supérieurs, corrobore Nikola. Ils n’ont pas du tout peur de dire ce qu’ils pensent, ce qui rend les réunions parfois conflictuelles ». Selon Joan,

Le contexte social est beaucoup plus sympathique, les Français adorent discuter, débattre 

En dépit des difficultés, ils sont nombreux à être très sensibles aux gestes de solidarité des Français. «  Quand je suis arrivé, une Française m’a accueillie dans son salon pendant neuf mois. Quelqu’un m’a donné un job d’été, puis j’ai passé deux ans avec une famille. J’ai reçu des témoignages de solidarité incroyables », se souvient Raul. « Ils sont hésitants,  mais ensuite c’est super. Les gens m’aident quand ils voient que je fais des efforts », renchérit Christine.

« Une fois que l’on connaît les gens, ils sont vraiment amicaux, adorent discuter et font attention à vous. On ne nous traite plus comme des étrangers », conclut Joan.

 

Create your own user feedback survey

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
38 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

mimosa jeu 04/06/2020 - 21:30

La France montre son vrai visage avec le confinement!!! J'ai fais la gaffe d'investir dans une maison en France croyant naïvement y passer quelques mois par/an. La France le crache à la figure en me considérant comme un citoyen européen de seconde zone! Je suis juste bon a payer mes impôts. depuis le 2 juin 2020 tous les français peuvent circuler en France. Si j'avais eu un boulot (pauvre connard e retraité que je suis!) j'aurais pu rejoindre ma seconde résidence au sein de "l'Union européenne". Si j'habitais à Lille, je pouvais me taper les 1200km jusqu'au sud depuis longtemps MÊME sans seconde résidence! mais hélas, je suis belge et la France n'aime pas le belge que je suis???? J'en prends bonne note et participe au boykot des vins et fromages français au profit des autres pays. Le seul point positif, c'est que mon voisin et sa femme, français occitans aident à entretenir le jardin avec l'herbe qui pourrait prendre feu à tout moment. Mais la connerie des décideurs politiques français reste légendaire.

Répondre
Commentaire avatar

Christophe mar 07/04/2020 - 10:56

Les Français ne sont même pas accueillant envers leurs compatriotes qui reviennent de l'étranger. J'ai juste eu besoin que quelqu'un de ma famille m'héberge pendant un mois le temps de faire toutes les démarches administratives et d'obtenir mon propre appartement après 10 ans d'expatriation. Je leur ai payé un loyer, les factures et la bouffe, bien plus que ce que j'aurais dû, je leur cuisinait des plats que j'avais apprit à l'étranger dans mon pays d'accueil et j'avais encore l'impression de les faire chier et ils faisaient la gueule et m'ont foutu dehors dès que l'occasion s'est présentée. Les Français sont majoritairement des gros cons et ma famille ne fait pas exception. J'ai vécu dans 2 autres pays et voyagé dans près d'une centaine, je n'ai jamais rencontré qui que ce soit d'aussi con que le Français moyen.

Répondre
Commentaire avatar

Magalie lun 30/09/2019 - 13:34

Paris, ce n'est pas la France ! Beaucoup de clichés et préjugés.... Je viens du Sud et la mentalité est différente.

Répondre
Commentaire avatar

jean luc1 dim 29/09/2019 - 23:43

là c'est pareil les préjuger vont bon trains , allez hop tout le monde dans le même sac . je tient á rappeler c'est pas aux locaux de faire des efforts et de s'adapter aux étrangers , mais c'est aux étrangers de faire des efforts pour s'intégrer,pas le contraire jean luc1 expat.com allemagne

Répondre
Commentaire avatar

dupont dim 01/09/2019 - 17:06

lol dupont mais c'est un pseudo ah ah ah, je voulais réagir, j'ai vécu plusieurs années en région parisienne, je ne me suis jamais sentie mal bien au contraire, arrivant d'une province du nord alpes du nord, aucun regret, j'ai pu évolué professionnellement, commencé par de petits boulots, c'était les années 80, oui interlocuteurs froids mais je veux dire que cela ne m'a pas empêché d'évoluer, dans ma vie personnelle, mes enfants sont nés sur Paris, je suis issus de milieu modeste, ce qui m'a beaucoup apporté à cette période de vie, c'est la mixité d'autres ethnies et cela apporte beaucoup. quand on repart en province, on voit toute de suite la différence, je ne regrette absolument ma vie sur Paris, bien entendu oui il y a tjrs des gens qui seront toujours plus ou moins agréables mais allez dans les alpes et limitrophe, je ne dénigre pas mais je sais de quoi je parle. Je suis retournée quelques années plus tard, pour mes parents, dans les alpes et bonjour l'accueil, surtout professionnel, je n'ai jamais vu des employeurs aussi désagréables et pourtant je suis née dans cet endroit mais bien entendu il y a du bon mais je ne crois pas qu'il faille évoquer les parisiens uniquement, d'ailleurs le parisien le vrai, il y en a, mais il y a de tout, des auvergnats etc... Non je pense que le français est comme ça, peu accueillants et c'est triste. Quand vous allez boire un verre à Paris, on vous sert un petit vin blanc, eh bien on vous offre des olives, parfois des petites tartines. Venez dans les alpes, vous prenez un verre le soir dans un bar queudal pas d'olive rien. Donc je veux juste défendre un temps soit peu le parisien et Paris et banlieue parisienne. Oui en tant qu'étranger il est certain selon le mode de vie du pays que l'on se sente pas très à l'aise à Paris, d'autant que tout à évoluer parfois dans le mauvais sens. Quand je suis arrivée j'avais 21 ans, je devais travailler, j'ai adoré cette période année 83 et toutes ces années ont été riches à tous les niveaux, rencontres de tout type, J'ai beaucoup plus de recul que certaines personnes qui n'ont rien vu d'autres que leur montagne, leur façon d'être facho, conservateur, à partir du moment où tu dis je vivais à Paris, alors attention tu demandes qui est normal. j'étais plus ouverte à Paris, les employeurs plus ouverts, je parlais avec des tas de gens, j'ai découvert de nouveau la solitude de ces provinces. Il y a une magie qui opérait, prendre son café le matin avant de travailler, cela s'est légèrement perdu mais c'était courant, tu étais au bar à prendre un pti café. Tu rentres à pieds à certains moments c'est un plaisir. Je pense qu'il y a des endroits où effectivement la vie est difficile. Quand je vais sur Paris, je passe de bons moments. Le normand est très sympathique, allez à Trouville c'est un bonheur. Voilà je veux que les gens cessent de coller une étiquette sur Paris. c'est ridicule, les gens passent bcp de temps dans les transports et c'est très fatiguant et on n'a pas tous de gros moyens. il y a du monde. On ne peut pas toujours taper la discute quand on va travailler. Une japonaise ne peut pas comprendre l'état d'esprit du français, et un français trouvera t il sont bonheur au japon....je ne suis pas sûr. ils sont au antipode de nous, l'anglais aussi, leur éducation est différente.

Répondre
Voir plus de réactions

Installation

Aménager sa terrasse avec une pergola

La pergola est une solution idéale pour profiter de ses extérieurs tout en bénéficiant du confort d’un abri convivial et élégant. Aménager sa terrasse avec une pergola, c’est faire le choix d’un...

Sur le même sujet