Jeudi 3 décembre 2020

Serveur licencié au Canada : pas impoli mais Français, plaide-t-il !

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 27/03/2018 à 10:35 | Mis à jour le 18/06/2019 à 10:03
Serveur licencié impolitesse Canada

Guillaume Rey, serveur français d’un restaurant de Vancouver, licencié pour “agressivité, impolitesse et manque de respect” s’estime discriminé : il n’est pas impoli mais français ! Il a déposé plainte devant le tribunal des droits de la personne de Colombie Britannique.

 

L’affaire fait le tour du monde et inutile de dire que l'image du Français arrogant ne va pas s'arranger. La goujaterie serait-elle vraiment un signe distinctif des Français ? C’est un peu ce que revendique Guillaume Rey… Bien loin de se remettre en question après un licenciement pour avoir contrevenu au code de bonne conduite de son restaurant, il estime avoir été remercié en raison de la « perception que sa culture française le faisait paraître agressif ».

Retour sur les faits : en octobre 2015, Guillaume Rey est embauché comme serveur au restaurant Milestones de Vancouver.
En aout 2017, une altercation l'oppose à un collègue. Selon un document du Tribunal, le serveur se serait montré « agressif, grossier et impoli envers [la gérante] et un autre employé ». « Ce comportement est répétitif [...] Il en a été avisé verbalement et dans une révision de sa performance à l’écrit ».
Le serveur estime quant à lui avoir été limogé à cause de son attitude « directe, honnête et professionnelle » et de ses « standards élevés ». D'où sa plainte pour discrimination devant le tribunal des Droits de la personne de Colombie Britannique.

Maudits Français !

Il est possible que des différences culturelles soient sources de malentendus. Il est vrai qu’il peut y avoir en France une forme de culture du conflit, où l’on n’hésite pas à s’interpeler, critiquer, se disputer sur des questions de société. On aime donner nos opinions, ce qui se fait moins au Canada. Mieux vaut éviter en Amérique du Nord les sujets épineux comme la politique ou la religion par exemple et parler plutôt travail, famille, météo, sport, voyages… Rester cordial et poli en toutes circonstances est un plus, les Canadiens ayant horreur des conflits.
La plainte de Guillaume Rey fera l'objet d'une audience à une date ultérieure qui reste à déterminer.

16 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Andre jeu 23/01/2020 - 09:38

Je lui aurais collé une bonne droite à ce Guillaume et aurais dit: "Je ne suis pas violent, je suis Soviétique".

Répondre
Commentaire avatar

Riton ven 18/10/2019 - 17:41

Je n'ai pas de mal a imaginer et a comprendre la reaction de ce serveur, surtout au pays des bisounours ou la moindre critique, la moindre prise de position vs le consensus mou general, est percu systematiquement comme de l'arrogance vs un prejuge anti francais, voir plutot anti francophone, et de mon cote je n'ai aucune gene ni aucun etat d'esprit a remettre les choses a leur place si cela est necessaire, vivre en immersion a l'etranger (ce que je fais depuis 35ans) et en accepter les regles ne veut pas dire non plus se laisser marcher sur les pieds.

Répondre
Commentaire avatar

zone ven 30/03/2018 - 21:32

tous les français ne sont pas comme ce serveur, heureusement. Allez visiter la province, on y trouve des personnes gentilles, souriantes, serviables et accueillantes. Dommage que le serveur n'a pas mis son problème de caractère sur son égo, il a choisi de rabattre son problème sur la France ! je trouve cela mesquin

Répondre
Commentaire avatar

Parigotte ven 30/03/2018 - 14:30

Y a un petit sombrero (entre Puerto Valluarta et Cancun) qui doit se sentir mieux maintenant, c’est déjà ça !!

Répondre
Commentaire avatar

francais jeu 29/03/2018 - 09:06

c est le problème des français manque de discipline et toujours en train de râler

Répondre
Voir plus de réactions

Expat Mag

Lima Appercu
THÉÂTRE

Gilbert Rouvière, un metteur en scène français pour « Avant/Après »

L’œuvre de l’Allemand Schimmelpfennig est la première pièce de théâtre montée au Pérou depuis le début de la pandémie. Une production de l’ENSAD présentée gratuitement en ligne du 3 au 20 décembre.