Mercredi 22 septembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

Michel Barnier, de la Grande Illusion du Brexit à la présidentielle 2022

Par Damien Bouhours | Publié le 01/06/2021 à 18:00 | Mis à jour le 01/06/2021 à 18:47
Michel Barnier, la Grande Illusion

Michel Barnier, ancien négociateur en chef de l’Union européenne pour le Brexit, revient sur son expérience dans La Grande Illusion, journal secret du Brexit (Gallimard). lepetitjournal.com a pu s’entretenir avec l’ancien parlementaire et ministre qui, après son crochet par l’UE, souhaite bien jouer un rôle essentiel auprès des Républicains lors des prochaines élections présidentielles.

 

 

La Grande Illusion c’est de croire que le Royaume-Uni sera plus fort et plus grand sans l’Europe

 

Vous venez de publier chez Gallimard La Grande Illusion, journal secret du Brexit, pourquoi ce titre ?

Ce livre est le fruit d’une conviction profonde, celle qu’il faudra tirer les leçons de ce divorce, de cet échec afin qu’un tel évènement improbable ne se reproduise pas. Quant au titre, allusion au film de Jean Renoir : c’est une Grande Illusion de penser que l’on peut s’en sortir seuls dans le monde d’aujourd’hui. La Grande Illusion consiste à croire qu'un État seul pourrait faire le poids face aux transformations qui régissent notre monde, chaque jour un peu plus brutal. La Grande Illusion, enfin, c’est de croire que le Royaume-Uni sera plus fort et plus grand sans l’Europe.

 

Nous, femmes et hommes politiques, devons prendre nos responsabilités

 

Quelles sont les leçons que vous tirez de cette période à la tête des négociations européennes pour le Brexit ?

Deux facteurs principaux ont conduit plus de 17 millions de Britanniques à vouloir quitter l’Union européenne. L'absence d'écoute des responsables politiques, qui n'ont pas été attentifs à la colère sociale qui grandissait dans de nombreux États européens, à mesure que les inégalités croissaient. La place laissée à la bureaucratie ensuite, qui a elle aussi contribué à éloigner les citoyens de leurs représentants, considérés comme impuissants. Ce constat ne vaut pas que pour Londres ou Bruxelles. Nous, femmes et hommes politiques, devons prendre nos responsabilités, écouter les Français, les respecter et les convaincre que notre destin est toujours entre nos mains. C’est à cette condition seulement que nous pourrons éviter, en France cette fois-ci, un autre événement hier encore improbable comme l'arrivée au pouvoir de l'extrême-droite.

 

Quelles sont les conséquences du Brexit aujourd’hui sur les nombreux Français résidant au Royaume-Uni ?

Si le Brexit est un divorce, alors il est clair que les Français vivant en Angleterre comme les Anglais en France sont les enfants de cette séparation. J’ai tout fait, pendant quatre ans, pour que le Brexit ne vienne pas bouleverser leur vie ni remettre en cause leurs droits, leur situation familiale et professionnelle.

 

La colère est légitime

 

Dans un entretien avec le Figaro, vous mettez en garde contre la montée des « colères sociales » en France. Que faut-il, selon vous, pour les apaiser ?

J'ai la conviction que les femmes et hommes politiques doivent arrêter de se parler entre eux. S'invectiver par plateaux interposés ou se livrer à la course aux mesures chocs n'est pas une voie pour tisser la confiance. Il y a le populisme et la colère populaire. La colère est légitime, elle a été nourrie par un exercice du pouvoir solitaire et par une promesse d'Etat rompue. Le populisme c'est une instrumentalisation de cette colère sans jamais construire de réponses concrètes.

 

L’intégration n’est plus au rendez-vous

 

Vous avez également prôné la mise en place d’un moratoire sur l’immigration en France. Pourquoi cette proposition ?

Le constat est sans ambiguïté : en la matière, nos systèmes français et européen ne fonctionnent pas. Plus grave, cet échec est à l'origine de nombreuses incompréhensions qui minent notre société. L’intégration n’est plus au rendez-vous, des divisions profondes fracturent la société. Je travaille sérieusement et méthodiquement sur ce moratoire : nous prendrons le temps de mettre à plat notre système et de recréer sur ce sujet si important les conditions d’un consensus national. Il nous permettra enfin de travailler avec nos voisins européens pour construire ensemble une réponse cohérente et efficace, et mettre en œuvre une véritable politique de codéveloppement avec les pays d’origine.

 

Chaque Français représente la France

 

Quelle est votre relation avec les Français de l’étranger et quels sont selon vous les plus grands défis auxquels ils font face depuis le début de cette pandémie ?

Chaque citoyen est nécessaire, notamment à l'étranger où chaque Français représente la France. La France ne peut pas être seule, il lui faut des partenaires à l'international pour innover, pour assurer une croissance durable et, surtout, pour faire face aux super-puissances que sont la Chine ou les Etats-Unis. Je ne veux pas que les décisions politiques qui concerneront mes enfants et mes petits-enfants soient prises à Pékin ou Washington. Sans représentants, sans une communauté française à l'étranger capable d'entretenir le dialogue avec les autres nations, la France ne sera plus écoutée.

 

Je participerai à cette échéance au cœur de ma famille politique

 

Le lancement du cercle de réflexion Patriotes et européens, la sortie de ce livre, et vos récentes propositions au niveau national, autant d’étapes pour vous rapprocher d’une candidature à la présidentielle ?

Je participerai à cette échéance au cœur de ma famille politique. Si je n'y prenais pas part, je ne serais pas fidèle à qui je suis : un homme politique qui s'engage pour mon pays depuis ses 15 ans. Pour l'instant, et même si les élections présidentielles se rapprochent, d'autres enjeux sont plus pressants, notamment la crise économique et sanitaire, qui se double d'une crise sociale profonde. Ensuite, il y a d’autres rendez-vous, ceux des élections régionales, départementales et bien sûr consulaires. Je dis majeur car c'est à cette occasion que nous allons choisir les élus qui agissent sur le terrain, ceux qui participent à notre vie quotidienne en dirigeant les lycées ou les transports. Je veux œuvrer avec ma famille politique, les Républicains, pour proposer des solutions concrètes à la crise et pour retrouver les Français.

Damien Bouhours

Damien Bouhours

Diplômé de sociologie à l'Université de Nantes et Tromsø (Norvège), il a vécu plus d'une décennie en Asie du Sud-Est (Laos et Thaïlande). Il a rejoint lepetitjournal.com en 2008 dont il est directeur éditorial et partenariats.
6 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Jean-Francois jeu 03/06/2021 - 15:51

Israel ou la Corée du Sud montrent qu'une nation agile est plus efficace qu'un grand ensemble pour bâtir des souverainetés la où c'est important. L'Euro a été une catastrophe économique pour la France et l'Italie, et les divergences avec l'Allemagne se sont accentuées. Enfin, on avait prédit une catastrophe pour la Grande Bretagne qui n'est pas arrivée. C'est maintenant pour le futur que ces messieurs de l'union européenne la voient. Moratoire sur l'immigration: il faut s'affranchir de l'avis du Conseil d'Etat en France (qui a obligé Raymond Barre à rétablir le regroupement familial) et de la CEDH qui a toujours empeché les Etats d'arrêter l'immigration. Vous ne faites que dire que le Front National avait raison il y a 30 ans. Il est Minuit Monsieur de Norpois...

Répondre
Commentaire avatar

Eve Aldridge ven 04/06/2021 - 09:11

Israël et la Corée du Sud ont été « aidés » pendant des dizaines d’années par les USA et d’autres pays. Ils ne sont pas parvenus seuls au niveau atteint aujourd’hui.

Répondre
Commentaire avatar

Lezebre jeu 03/06/2021 - 12:22

Michel Barnier. Décidément vous, le journal, vous avez chopé le virus du politiquement correct. Pro vaccin, mais vous êtes aussi pro Commission Européenne, qui est à mes yeux la source principale de nos problèmes en tout genre. Et vous nous vantez les mérites d un anti Brexit et donc à fortiori d un anti Frexit. Ce mec, le Barnier de mes deux, a applaudi des deux quand le teaite de Lisbonne, ratifié par ce cher Sarkozy, l homme aux multiples casseroles , alors que 5 ans plus tôt les Français avaient voté majoritairement NON. Faire la promotion de tordus pareil ous décrédibilise à mes yeux....voilà j ai réagit avec mes tripes, maintenant vos censeurs auront quelque chose à censurer. Ciao

Répondre
Commentaire avatar

Eve Aldridge jeu 03/06/2021 - 10:55

J'ai écouté Michel Barnier hier matin en visioconférence depuis la Maison de l'Europe à Paris. Pour avoir passé 40 ans au Royaume-Uni, je suis d'accord à 100% avec son analyse du Brexit. J'aimerais néanmoins soulevé un point: les Britanniques ont toujours été persuadés que la politique ne pouvait rien pour eux, par conséquent la participation aux élections (tous niveaux confondus) est minimale, et le sentiment que chacun est responsable de ce qui lui arrive (selon l'expression intéressante qui court outre-Manche: "If you can, do: if you can't t, teach" !!!) encourage les citoyens à penser qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Il me semble que cette attitude ne se retrouve pas dans les autres pays européens qui se sentent - malgré toutes les critiques que certains peuvent formuler - beaucoup plus partie prenante d'un ensemble européen sur le plan social et politique .

Répondre
Commentaire avatar

Loïc mer 02/06/2021 - 18:49

J´ai apprécié les qualités morales de Michel BARNIER. , ainsi que sa volonté politique.

Répondre
Voir plus de réactions

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ