Ouverture d’un nouveau procès politique à Phnom Penh

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 16/09/2022 à 00:39 | Mis à jour le 19/09/2022 à 05:27
Photo : Tingey injury law firm
Tingey injury law firm justice

Jeudi 15 septembre un nouveau procès de masse s’est ouvert à Phnom Penh. Il concerne 37 personnes du CNRP le parti de Sam Rainsy dissous en 2018, hauts dirigeants, anciens législateurs, militants et sympathisants. 

 

Les 37 accusés ont été inculpés de conspiration en vue de commettre une trahison et pourraient être condamnés à une peine de cinq à dix ans de prison s'ils sont reconnus coupables. Les accusations sont principalement liées à l'organisation du voyage de retour avorté de Mme Mu Sochua, l'ancien chef adjoint du CNRP, en janvier 2021.

 

 L'une des conclusions du rapport  cité par VOD était la suivante :

Il s'agit d'un plan avec des astuces mal intentionnées et d'une excuse pour renverser le gouvernement légitime en incitant les gens à se rassembler et à se mettre en colère contre le gouvernement.

 

Des publications Facebook de hauts dirigeants du CNRP et des écoutes téléphoniques secrètes ont servi de base pour étayer le dossier de l’accusation.

 

Seuls trois des 37 accusés se sont présentés à l'audience du tribunal municipal de Phnom Penh hier.  Le procès doit se poursuivre le 22 septembre.

 

Hun Sen poursuit par ailleurs Sam Rainsy en France pour des propos qu’il estime diffamatoires.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale