Samedi 25 septembre 2021
TEST: 2248

Le Volontariat International en Entreprise fête ses 20 ans

Par Virginie Vallée | Publié le 05/02/2021 à 23:00 | Mis à jour le 05/02/2021 à 13:42
Stage VIE

Le Volontariat International en Entreprise V.I.E.  a fêté ses 20 ans en décembre 2020. L’ambassade de France au Cambodge recevait ce jeudi 4 février les 15 VIE présents au Cambodge pour célébrer l’événement.

 

Le volontariat international en entreprise dans sa version actuelle existe depuis 20 ans. Ce dispositif permet aux jeunes de 18 à 28 ans de remplir une mission à l’étranger pour une période allant de 6 à 24 mois. Les domaines couverts sont variés, scientifiques, techniques, commerciaux, humanitaires ou encore environnementaux ou culturels. Le volontariat peut s’effectuer auprès d’une entreprise française implantée à l’étranger, une entreprise étrangère liée à une entreprise française par un accord de partenariat ou au sein d’un organisme étranger engagé dans une coopération économique avec la France. Aujourd’hui il y a 8000 volontaires internationaux dans le monde. Le volontaire touche une indemnité fixe de 723.99 euros chaque mois plus une indemnité qui varie selon le lieu où il se trouve. L’organisme qui gère les VIE est Business France. L’indemnité n’est pas imposable mais ouvre des droits à une couverture sociale et entre dans le calcul des droits à la retraite et dans celui des droits à la formation. Le jeune peut recevoir certains avantages de l’entreprise comme le logement.

Au Cambodge,15 volontaires sont aujourd’hui en poste, tant au sein de grands groupes que de PME.

REception Phnom Penh VIE

 

Parmi les grandes entreprises françaises qui recrutent des VIE au Cambodge, Vinci Construction Grands Projets se place au premier rang avec sept jeunes. « Pour Vinci, le volontariat international en entreprise permet de promouvoir et valoriser les talents internes. C’est aussi un moyen de connaitre les gens avant de leur proposer un contrat d’expatriation qui coute plus cher » explique Gregory Guillossou, tuteur.

 

Mathis a 27 ans. Ingénieur de travaux chez Vinci en France, il a répondu à une offre parue sur le site interne de Vinci pour tenter l’international. Son contrat de VIE est d’un an. Rien ne lui garantit de retrouver un poste chez Vinci à son retour en France mais le niçois a quand même voulu saisir cette opportunité de vivre une expérience à l’étranger. « C’est une expérience de travail enrichissante, et même si je m’impose les mêmes standards qu’en France, c’est une façon différente de les appliquer », raconte l’ingénieur.

 

Sovireak a 26 ans. Lui aussi est ingénieur travaux chez Vinci et lui aussi a répondu à une offre sur le site interne de Vinci. « J’ai toujours voulu travailler au Cambodge, mais je ne pensais pas que ça se ferait si vite. J’étais chez Vinci depuis moins d’un an quand j’ai vu cette annonce au sujet d’une usine de traitement des eaux. La perspective de participer à un projet d’utilité publique au Cambodge, d’où ma famille est originaire m’a tout de suite plu ». Le jeune homme en poste pour un an renouvelable espère rester au moins jusqu’à la fin de la première phase du projet prévue fin 2022.

 

Clémence, 25 ans et Joséphine, 24 ans, travaillent toutes les deux pour le groupe pharmaceutique Servier qui compte 90 VIE dans le monde. Clémence faisait un stage de 6 mois pour le groupe en France lorsqu’on lui a proposé ce poste. Au Cambodge depuis 15 mois maintenant, elle s’épanouit aussi bien sur le plan professionnel que personnel. « Je vis une expérience professionnelle extraordinaire avec des responsabilités qu’on ne m’aurait jamais confiées en France. J’ai en charge le développement des capacités commerciales du groupe au Cambodge. Sur le plan personnel, je fais de très belles rencontres ». La jeune femme avait déjà fait un ERASMUS à Budapest. Travailler à l’étranger fait partie de son plan de carrière et elle reste ouverte à toutes les opportunités. En ce qui concerne Joséphine, elle a choisi de suivre un Master Marketing en alternance chez Servier en plus de ses études de pharmacie, car elle voulait faire un volontariat international et savait que le groupe offrait cette opportunité en interne. En poste depuis trois mois, elle pense sérieusement à renouveler son contrat d’un an. La cheffe de produits « dépression et diabète » gère deux équipes de trois et six personnes et a en charge le marketing matériel professionnel et la formation des équipes. L’entreprise Servier lui fournit le logement et des cours de khmer.

 

En 2005, Thierry Tea a fait son VIE pour l’entreprise Airbus hélicoptère aux Philippines. Il a travaillé dix ans pour le groupe dans différents secteurs avant de monter sa propre structure dont le siège se trouve à Singapour. Aujourd’hui, il évolue entre le Cambodge, les Philippines, Singapour et la France. « Le VIE n’est pas un stage, c’est un tremplin aussi bien pour l’entreprise qui bénéfice de talents déjà opérationnels que pour les jeunes à qui ont confie des responsabilités plus rapidement. La France quant à elle bénéfice de ce rayonnement international. »

 

Pour tout savoir sur les contrats VIE suivez ce lien.

0 Commentaire (s) Réagir