Jeudi 2 décembre 2021
TEST: 2248

Les défenseurs des LGBTIQ demandent une réforme du mariage homosexuel au Cambodge

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 02/10/2021 à 02:00 | Mis à jour le 02/10/2021 à 02:00
Photo : Photo de Rainbow Community Kampuchea-rock.
Couple de vielles femmes cambodgiennes.

Des organisations de la société civile ont exhorté le gouvernement cambodgien à légaliser le mariage entre personnes de même sexe en modifiant la Constitution et à respecter les recommandations de l’ONU.

 

Les organisations de la société civile ont exhorté le gouvernement cambodgien à légaliser le mariage homosexuel en modifiant la Constitution.

Le gouvernement affirme cependant que cela n'est pas possible si la communauté LGBTIQ n'est pas largement acceptée par le public.

 

Les mariages entre personnes de même sexe sont légaux au Cambodge, mais ne sont pas reconnus officiellement.

 

Lundi, 16 organisations de la société civile ont publié une déclaration appelant le gouvernement à mettre en œuvre les recommandations que le Cambodge a acceptées en 2019 lors du troisième examen périodique universel du Conseil des droits de l'homme des Nations unies.

Celui-ci appelle à la protection des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, intersexes, queer (LGBTIQ).

 

Les recommandations sont centrées sur les réformes juridiques, notamment la révision de l'article 45 de la Constitution pour garantir le mariage légal des couples LGBTIQ, la mise en œuvre d'une législation et de pratiques non discriminatoires fondées sur l'orientation sexuelle, l'identité et l'expression de genre, et les caractéristiques sexuelles (SOGIESC), et l'adoption d'une législation permettant la reconnaissance légale du transgenre comme un genre.

 

"Sur la base de notre travail de suivi et de surveillance depuis 2019, nous observons que le gouvernement cambodgien n'a pas encore pris de mesures concrètes significatives pour faire avancer le processus de réformes juridiques nécessaires à la pleine mise en œuvre des recommandations relatives aux droits OSIG acceptées par le Cambodge lors du troisième EPU", peut-on lire dans la déclaration.

 

La législation évoluera avec la société

 

Le ministre de la Justice, Chin Malin, a déclaré que les révisions de loi se produisaient lorsque la société évoluait, c'est-à-dire lorsque la mentalité des Cambodgiens changeait.

 

La légalisation du mariage homosexuel n'est pas encore possible

 

a-t-il déclaré.

 

"La modification de la loi dépend des changements qui se produisent dans le contexte social. Cela dépend de la population LGBTIQ elle-même, si elle peut être un modèle dont le public peut s'inspirer et admirer les efforts, les travaux ou les personnalités."

 

"Par conséquent, lorsqu'il y aura acceptation de leur famille, de la communauté ou de la nation entière, les politiciens et les législateurs envisageront de réviser la loi en fonction du contexte social."

 

Il a déclaré que le gouvernement a toujours contribué à protéger et à soutenir les personnes LGBTIQ au Cambodge, ajoutant que le mariage homosexuel n'est pas une infraction pénale dans le droit cambodgien.

 

"Le gouvernement a éduqué les gens et sensibilisé les familles, les amis ou la communauté à ne pas utiliser la violence sous aucune forme envers la population LGBTIQ", a déclaré Malin.

 

"Nous ne leur interdisons pas d'organiser des événements ou de vivre ensemble. De plus, le Cambodge ne considère pas leur mariage comme illégal alors que certains pays considèrent le mariage homosexuel comme une infraction pénale. Le gouvernement cambodgien ne prend jamais de mesures juridiques à leur encontre."

 

Un discrimination persiste contre les LGBTIQ

 

Cependant, la déclaration indique qu'il existe toujours une discrimination à l'encontre des personnes LGBTIQ en raison d'un manque de reconnaissance de la part de la loi.

 

"Les personnes LGBTIQ au Cambodge continuent d'être confrontées à diverses formes de discrimination juridique et sociale, en grande partie en raison de l'exclusion des couples de même sexe de la possibilité de se marier en vertu de la loi et de l'absence de protections juridiques explicites contre la discrimination fondée sur l'OSIG dans les secteurs de l'emploi, de la santé et de l'éducation, ainsi qu'en raison de l'absence de reconnaissance légale du genre pour les personnes transgenres", indique la déclaration.

 

 

 

Chin Malin a déclaré que le gouvernement poursuivra ses efforts pour promouvoir les droits de la population LGBTIQ et mettre fin à la violence et à la discrimination dont elle est victime dans sa famille, dans les établissements d'enseignement, sur son lieu de travail et dans toute la société.

 

Le cas de l’adoption d’enfants 

 

Ly Pisey, cofondatrice et coordinatrice de la Rainbow Community Kampuchea Organization (RoCK), a déclaré que la population LGBTIQ a besoin d'une protection juridique en matière d'égalité et d'équité dans la communauté et la famille. "Toutes les activités des couples de même sexe qui nécessitent des documents juridiques sont encore difficiles à réaliser"a-t-elle dit.

 

 

L'adoption d'un enfant et l'enregistrement d'un certificat de naissance pour leurs enfants en sont des exemples.

Dans la loi sur le mariage, seuls les couples de sexe différent sont acceptés et ont le droit d'adopter des enfants parce qu'ils ont des certificats de mariage

 

a déclaré Pisey.

 

"Qu'en est-il de nous ? C'est notre droit civil de construire une famille comme les citoyens ordinaires. Que pouvons-nous faire pour déposer notre demande auprès du tribunal en vue d'une adoption légale ?"

 

Elle ajoute que bien que les couples LGBTIQ puissent adopter des enfants de manière non officielle, ils luttent toujours pour que leurs noms soient enregistrés sur les certificats de naissance.

 

 

"C'est difficile pour nous parce qu'il n'est pas certain de savoir lequel des couples de même sexe est la mère ou le père", a-t-elle déclaré. "Nos enfants ont besoin de certificats de naissance pour recevoir une éducation et grandir dans la société, tout comme les enfants qui ont des parents de sexe différent. C'est ce que nous voulons pour nos enfants, mais nous n'avons même pas la possibilité de le faire."

 

Ce dont la population LGBTIQ a besoin, ce sont les droits fondamentaux des citoyens cambodgiens qui doivent être protégés par la Constitution, a déclaré Mme Pisey.

 

Le gouvernement s'efforcera autant que possible de protéger et de promouvoir les droits des LGBTIQ

 

Cependant, Mme Pisey a reconnu les efforts du gouvernement pour protéger les personnes LGBTIQ, ce qui a considérablement aidé la population LGBTIQ à bien des égards. Elle a également compris que la priorité du gouvernement est de combattre l'épidémie de COVID-19, mais la communauté LGBTIQ continuera à discuter de ses préoccupations avec les responsables gouvernementaux.

 

"Ce n'est pas grave si la loi ne peut être modifiée, mais nous voulons que le gouvernement forme un conseil constitutionnel chargé de l'explication juridique, qui devra expliquer au public que le mariage homosexuel n'est ni interdit ni illégal", a déclaré Mme Pisey.

 

Chin Malin a déclaré que le gouvernement s'efforcera autant que possible de protéger et de promouvoir les droits de la population LGBTIQ.

 

Ly Pisey a déclaré que si la demande était accordée, la population LGBTIQ pourrait enfin jouir de ses pleins droits en tant que citoyens cambodgiens, ajoutant que les souhaits de l'ancienne génération de couples LGBTIQ se réaliseraient.

 

"Les anciens couples ont dit que même s'ils ne pouvaient pas profiter du mariage légal ou des droits, ils pourraient au moins aider la prochaine génération à profiter de leur vie", a-t-elle déclaré.

 

"Nous serons moins souvent victimes de discrimination et pourrons participer pleinement à la société et bénéficier de suffisamment de services sociaux. Nous sommes aussi des Cambodgiens, et nous voulons simplement être acceptés et traités comme des citoyens normaux. Les gens devraient donc arrêter la discrimination et vivre en harmonie."

 

Phin Veha, étudiant en dernière année de droit à l'Université royale de droit et d'économie, a déclaré que des changements doivent être préconisés pour rester en phase avec un monde qui évolue rapidement. « Autoriser le mariage entre personnes de même sexe permettrait de promouvoir le droit fondamental des personnes et de valoriser les différences »

 

"La légalisation de ce type de mariage encourage la diversité des orientations sexuelles, favorise l'unité sociale et renforce la sensibilisation aux questions de genre. Par-dessus tout, cela permet également de minimiser les conflits causés par les militants prônant des changements sociaux", a-t-il déclaré.

 

"Ils sont nés avec différents aspects de l'orientation sexuelle et doivent donc vivre leur vie de manière à satisfaire également leurs besoins. Les gens devraient être plus ouverts d'esprit et prêts à ouvrir des portes pour des changements en fonction de ce qui est bien ou mal."  

 

Teng Yalirozy

article précedement paru sur Cambodianess.com

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir

Actualités

ART

La galerie itinérante Tribe se pose pour 2 mois à Phnom Penh

La galerie itinérante Tribe se pose pour 2 mois à Phnom Penh. De nombreux artistes cambodgiens et internationaux y sont exposés sous une double exposition : « Evolution » and « Art with Hearth ».

Expat Mag

Lima

Juli, la "petite Rome d'Amérique"

Sur les rives du lac Titicaca, à une heure de trajet de Puno, capitale de la région, Juli doit son surnom à l’intense ferveur religieuse et à toutes les églises que l'on peut y trouver.