Vendredi 14 mai 2021
Cambodge
Cambodge

Amputé d’une jambe, Jean-Yves va courir 10km pour trois associations

Par Juliette FONTAINE | Publié le 11/03/2021 à 10:58 | Mis à jour le 12/03/2021 à 20:50
Photo : Mark, Jean-Yves et leurs supporters
Jean-Yves Dekeister

Amputé de la jambe gauche suite à un accident de moto en novembre 2019, Jean-Yves Dekeister se lance le défi de courir 10 km samedi 13 mars à Kampot afin de collecter des fonds pour les associations Bouddhisme pour la Santé, Samaki Kampot et Friends international.

Lepetitjournal.com l'a rencontré :

Comment le projet 10 km « Run » solidaire est-il né ?

L’idée part de Grande-Bretagne lorsque le neveu de mon ami Mark décide d'organiser une course afin de redonner le moral aux anglais lors des divers confinements et de collecter de l’argent pour les ONG aidant les familles en difficultés suite aux retombées de la pandémie.

Mark lance donc le projet de courir 10 km pour une cause de solidarité. Je me suis dit qu’il serait intéressant de me joindre à lui et de le faire ensemble pour supporter les trois ONG dans lesquelles je suis impliqué. Lui en surpoids, moi en situation de handicap, le défi est lancé.

 

annonce course solidaire Cambodge
10 km de course solidaire, samedi 13 mars à Kampot

 

Pouvez-vous nous parler de cette course et de votre démarche ?

La course aura lieu samedi 13 mars au départ de la Guest house de mon épouse, Les Manguiers, à Kampot. Une boucle de 10 km à laquelle vont également participer, en marchant ou en courant, le personnel des Manguiers. Il ne s’agit pas à proprement parler d’une course, mais de personnes qui acceptent de nous accompagner afin de nous permettre d'atteindre notre objectif.

Nous courons pour trois associations. L’argent récolté par notre cagnotte sera partagé entre deux d'entre elles : Samaki Kampot et Bouddhisme pour la santé.  Friends International aura sa propre plateforme de collecte de dons. 

Puisque nous épaulons des étudiants, nous avons fait appel à deux lycées pour que des jeunes soient présents samedi. Certains volontaires de Samaki, tel que le directeur de plus de 70 ans, vont également nous accompagner en marchant.

L’idée, c’est aussi d’avoir une démarche positive, nous avons envie de prouver que même en surpoids ou avec une jambe en moins, nous ne devons pas nous imposer de limites. Nous encourageons tous ceux qui le souhaitent à se lancer également le défi. Une de mes soeurs de plus de 75 ans va par exemple monter 10 étages à pied. Notre démarche est inclusive et participative. Elle s’étend au monde entier puisque des personnes vont participer dans plusieurs pays : la France, l’Allemagne, la Hollande, les États-Unis, le Japon, l'Australie et le Cambodge.

En raison de la pandémie de Covid-19 les spectateurs ne pourront être présents sur place.

 

Jean Yves Kampot
Jean-Yves Dekeister

 

Votre accident date de seulement un an, comment vous êtes-vous préparé à cette course ?

 

Mon accident date de fin 2019, il y a un peu plus d’un an, ce qui est assez récent. Nous avons imaginé ce projet fin janvier ce qui nous laissait six semaines pour nous préparer. Avant mon accident j’avais déjà participé quelques fois au semi-marathon d’Angkor. Hélas, au début de mon entraînement, ma prothèse a cassé.

J’ai donc dû commander un nouveau pied adapté à la pratique de la course qui est arrivé le 5 mars.

Pour ne pas mettre un frein à mon entraînement, j’ai tout de même pu courir en fabricant un pied alternatif à partir de deux anciennes prothèses.

 

 

 

 

 

Vous allez courir pour Samaki et Bouddhisme pour la santé, pouvez-vous nous en dire d’avantage sur ces associations et sur votre engagement ?

Samaki est une petite ONG centrée sur Kampot, dont je suis le président.

Nous aidons une vingtaine d’écoles à réaliser leurs projets et nous travaillons essentiellement à améliorer l’accès aux livres. Dans une majorité d’écoles, il manque soit la bibliothèque, soit la bibliothécaire. Nous avons donc choisi de mettre à la disposition de chaque classe une caisse de livres, confiée à l’enseignant ou à un délégué de classe dans le secondaire. Nous avons également mis en place des bourses pour les familles d’élèves dans le besoin et des activités de sensibilisation sur certains sujets tels que l’environnement ou la santé.

En parallèle à ces initiatives, nous travaillons avec sept associations d’entraide épaulant 180 familles. Un pot commun est mis à disposition d’une famille en cas de besoin, suite à un décès ou à une maladie par exemple. Cependant puisque le montant participatif de la cagnotte est fixe, les familles les plus pauvres peuvent très rarement y participer. Nous épaulons donc ces associations dans un programme complémentaire centré sur les plus démunis.

La course soutiendra également Bouddhisme pour la santé, une ONG créée en 2004, pour laquelle je suis conseiller technique et membre du bureau de la fondation servant à récolter des financements.

Lorsqu’au début des années 2000, la santé au Cambodge a commencé à nécessiter la contribution financière des usagers afin d’améliorer le système qui manquait de moyens, les plus démunis ne pouvant pas payer avaient besoin d’une aide spéciale. Accompagné d’une petite équipe, un bonze a eu l’idée de payer à la place de ces familles. Cette initiative a été reprise par le gouvernement cambodgien qui a mis en place un Fonds de solidarité à l’échelle nationale.

Hélas beaucoup de familles pauvres n'utilisent pas ce fonds, alors qu'il leur assure la gratuité des soins.

Nous avons donc mis en place des comités qui ont un rôle d’information d’une part, afin d’encourager les plus démunis à se rendre dans les centres de soin. Et d’autre part, une allocation de transport est mise à disposition de ces familles. Celles-ci bénéficient donc de soins payés par le fond national, mais également de moyens pour se rendre à l’hôpital et pour rentrer chez elles. C’est tout un réseau de 400 petites associations de solidarité communautaire qui a été organisé dans 12 provinces.

Le rôle de Bouddhisme pour la santé est d’épauler ces associations au niveau technique, en répondant aux besoins de coordination, de collectes d’argent, de catalyseur entre les religieux, les services publics et les collectivités locales.

Jean Yves a crée une chaine Youtube pour l'ocasion "Jean Yves Dekeister" sur laquelle chacun pourra exhiber sa participation où qu'il soit dans le monde.

Aidez Jean-Yves Dekeister à réaliser son défi samedi 13 mars en participant chez vous ou en soutenant financièrement le projet.

Pour faire un don : Compte ABA 002 746 502 Support to local solidarity organization

SAMAKI France Cambodge : Credit Mutuel Hazebrouck IBAN FR16 1562 9027 1000 0475 4220

Friends International a crée une plate-forme pour y accéder cliquez ici

Contact jykampot@gmail.com

 

Juliette Fontaine

Juliette FONTAINE

Étudiante à Sciences Po Aix en Provence, j’effectue un stage au sein de la rédaction du Petit Journal Cambodge. Passionnée d’équitation, de nature et de voyages, je découvre Phnom Penh pour la première fois.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ENVIRONNEMENT

Des ibis en avance sur leur migration

Une colonie d'ibis falcinelles - une espèce d'oiseau migrateur - a été observé dans une zone protégée de Takeo fin avril.  un phénomène nouveau, selon BirdLife International Cambodia P