TEST: 2248

Premier jour du procès de Kem Sokha

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 20/01/2022 à 18:30 | Mis à jour le 20/01/2022 à 04:29
kem Sokha sortant du tribunal

À la fin de la première journée du procès de l'ancien président du parti d'opposition, ses avocats se sont dit déçus par sa lenteur, mais espèrent que les preuves disculperont Kem Sokha.

 

Hier, s'est tenue la première audience du procès de Kem Sokha. Ce procès avait été suspendu en 2020 en raison de la pandémie. La prochaine audience a été fixée au 25 janvier.

 

Kem Sokha est accusé d'avoir tenté de renverser le gouvernement avec l’aide des Etats Unis, en 2017. Il risque une peine de 15 à 30 ans de prison.

 

Les avocats se plaignent de la lenteur du procès.

 

"Nous pourrions être vraiment heureux si le procès se déroulait rapidement, c'est-à-dire s'il se déroulait lundi, mardi, mercredi, jeudi et vendredi", a déclaré Chan Chen l'un des avocats de Sokha. "Mais une seule audience le matin, puis la suivante déplacée à la semaine prochaine ? Nous sommes déçus".

 

Il a poursuivit :

"Nous attendons la justice depuis trop longtemps","C'est contraire à la loi, car l'accusé a le droit d'avoir un procès équitable".

 

Le procureur adjoint Sophal a contesté l'argument du procès équitable. L'affaire de trahison comporte un grand nombre de preuves que le tribunal doit analyser, a-t-il dit.

 

Il a également déclaré qu'un retard pendant la pandémie était inévitable.

 

Le procureur adjoint Sophal, cependant, a déclaré qu'il n'y avait que deux scénarios dans lesquels l'affaire pourrait se terminer prématurément : si Sokha plaidait coupable, ou s’il mourrait.

 

L’enregistrement d’un discours prononcé en Australie

 

Selon Chan Chen, l'un des avocats de Sokha, le tribunal a accepté de diffuser l'intégralité de la vidéo d'un des discours prononcés par Sokha en Australie le 08 décembre 2013. L’accusation présente ce discours comme un élément de preuve de sa volonté de renverser le gouvernement.

 

Les défenseurs allèguent que l'équipe d'accusation du gouvernement n’en a présenté que quelques extraits et ainsi en offre une vue tronquée. 

 

Les défenseurs de Sokha ont déclaré que la vidéo complète est la seule forme sous laquelle elle devrait être admissible comme preuve, plutôt que les courts extraits que l'accusation a introduits devant le tribunal.   

 

Kem Sokha appelle à une réconciliation nationale.

 

L'ancien président du parti d'opposition, Kem Sokha, a déclaré qu'il espérait que les tribunaux abandonneraient les charges de trahison retenues contre lui, ce qui constituerait un pas vers une véritable réconciliation nationale.

 

 

VOD rapporte qu’avant l'audience, Sokha a déclaré qu'il croyait que le tribunal abandonnerait les charges contre lui afin que le pays puisse aller de l'avant.

 

Il a déclaré :

 

Chaque fois que nous avons une querelle, il n'y a aucun avantage. Nous avons besoin d'une réconciliation nationale.

 

"Je crois qu'il y aura une solution. Même le parti au pouvoir, le Samdech, veulent aussi la réconciliation nationale", a-t-il ajouté, utilisant le qualificatif honorifique « Samdech » pour appeler le Premier Ministre Hun Sen.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'éditon Cambodge.

À lire sur votre édition locale