11 villageois meurent intoxiqués par de l'alcool frelaté

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 20/05/2021 à 05:16 | Mis à jour le 20/05/2021 à 06:23
Photo : CCF
des laborentines analysent de l'alcool

Au moins 11 villageois cambodgiens sont décédés après avoir bu du vin de riz artisanal toxique, a déclaré mercredi un responsable des services de santé locaux, tandis que le pays est soumis à une interdiction de la vente d'alcool pour lutter contre le coronavirus.

Les victimes ont absorbé la boisson incriminée à l'occasion d'un enterrement célébré dans leur village le 10 mai, a déclaré à l'AFP Kouy Bunthouen, le chef du service de santé de la province de Kandal (sud).

Intoxication au méthanol

Depuis, 11 personnes sont décédées et une douzième a été transportée vers un hôpital de Phnom Penh dans un état critique mercredi matin, a-t-il ajouté.

Les victimes ont été testées négatives au Covid-19.

Des tests effectués par un laboratoire sur des échantillons de l'alcool que les victimes avaient bu ont révélé qu'il contenait des niveaux élevés de méthanol, a précisé M. Bunthouen.

Le Cambodge est l'un des pays les plus pauvres d'Asie et les normes de santé et de sécurité sont pratiquement inexistantes en dehors des grandes villes.

Des drames récurrents 

Même lorsque la vente régulière d'alcool est autorisée, le vin de riz fait maison est populaire dans les zones rurales lors des mariages, des fêtes de village et des funérailles, car il est peu coûteux à fabriquer.

En mai 2018 ce n’est pas moins de treize personnes qui  ont été tuées et plus d'une centaine hospitalisées en quelques jours après avoir bu de l'alcool de riz ou de l'eau frelatés dans une province du centre du Cambodge

Les fabricants locaux de spiritueux ajoutent souvent du méthanol, parfois utilisé comme antigel, dans le breuvage pour en augmenter le degré d'alcool. En cas d'ingestion, il peut provoquer la cécité ou des dommages au foie, voire la mort en cas de forte concentration.

En 2016, 10 villageois avaient été tués et 50 hospitalisés dans le centre du Cambodge après avoir consommé du vin de riz frelaté lors de funérailles.

Les intoxications alimentaires de masse ne sont pas rares dans le pays: fin 2014, plus de 280 personnes avaient souffert d'un empoisonnement après avoir mangé des nouilles lors de fiançailles. 

Plus généralement, les conditions sanitaires restent très précaires dans ce pays d'Asie du Sud-Est, surtout dans les campagnes.

Source AFP

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale