Vers une police culturelle au Cambodge ?

Par Lepetitjournal Cambodge | Publié le 06/12/2021 à 02:01 | Mis à jour le 06/12/2021 à 02:01
Chamroeun Vantha is advisor to the Ministry of Culture and Fine Arts

Chamroeun Vantha, conseiller au ministère de la Culture et des Beaux-Arts, a déclaré le 2 décembre que lui-même et son groupe consultatif sur les disciplines et les académies travaillent à l'élaboration d'une législation sur le code de conduite culturel.

 

Un projet de loi est actuellement à l’étude

 

"Nous réfléchissons aux moyens d'élargir le champ d'application de cette législation pour qu'elle s'applique à toutes les personnes dont le comportement est choquant au regard de la moralité sociale et des valeurs culturelles nationales", a déclaré M. Vantha.

 

La législation actuelle ne s'applique qu'aux artistes, ce qui empêche le ministère de la culture et des beaux-arts de poursuivre des personnes du grand public, a-t-il ajouté. C'est pourquoi une législation énonçant un code de conduite culturel et s'appliquant à l'ensemble de la population devrait être adoptée, a ajouté M. Vantha.

 

Le projet de loi est actuellement à l'étude et en cours de rédaction afin d'être soumis au ministre de la Culture Phoeurng Sackona, a-t-il précisé.

 

Vers une stagnation de la culture ?

 

Toutefois, l'analyste politique et militant des droits de l'homme Ou Virak a mis en garde contre le fait qu'une telle loi pourrait, selon lui, "conduire à terme à la stagnation de la culture, puis à l'arriération."

 

La culture avance et change chaque jour avec de nouvelles chansons, de nouveaux arts et de nouveaux vêtements, a-t-il déclaré le 3 décembre. "Il n'y a pas de bon exemple de police culturelle qui fonctionne", a-t-il dit.

La coercition de cette manière a été un outil des vieux hommes pour supprimer les nouvelles choses avec lesquelles ils se sentent soit mal à l'aise, soit qui pourraient menacer de bouleverser la hiérarchie du pouvoir dont ils ont bénéficié.

 

Il n'y a pas de solution "parfaite" aux changements culturels car il y a toujours des choses avec lesquelles les gens seront mal à l'aise, ou qu'ils trouveront de mauvais goût ou offensantes, a déclaré Virak. "Les changements culturels se produisent à cause de ces frictions."

 

Cela fait partie de toute société : Plus la société est complexe, plus il y a de frictions", a-t-il ajouté. "La société tout entière doit y faire face... Nous devons poursuivre notre engagement auprès du public.

 

 

Po Sakun et Meng Seavmey

Cet article a été initialement été publié sur Cambodianess.com

 

 

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale