Vendredi 15 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FALLAS – Comprendre les fêtes les plus populaires de Valencia

Par Shirley SAVY-PUIG | Publié le 04/03/2019 à 00:00 | Mis à jour le 04/03/2019 à 10:29
Les Fallas sont les fêtes les plus populaires de Valencia

Les Fallas, notre édition vous en parle en long, en large et en travers depuis dix ans. Mais sans habiter Valencia, il est difficile de comprendre ce qu’il se passe réellement pendant plusieurs semaines et à quel point elles ont un impact sur le quotidien de nombreux habitants, qu’ils participent ou non à ces fêtes. 

Moins connues que la Tomatina de Buñol ou que la San Fermin de Pampelune, plus débridées que la Semana Santa, les Fallas sont à Valencia ce que le Carnaval est à Rio : des festivités grandioses qui attirent chaque année des centaines de milliers de touristes. Et si les Fallas ont été inscrites en 2016 sur la liste de l’UNESCO du Patrimoine Immatériel de l’Humanité, c’est qu’elles sont le reflet d’une tradition et du respect de la culture valencienne. 

Certaines sculptures ou Falla peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de hauteur
Certaines sculptures ou Fallas peuvent atteindre plusieurs dizaines de mètres de hauteur (Photo©LPJV)

Des festivités attendues comme le retour du printemps

Reprenons depuis le début : que sont les Fallas ? C’est tout simplement le plus grand festival d’art éphémère au monde avec l’exposition de plus de 700 sculptures, dénommées Fallas par les Valenciens, qui peuvent atteindre pour certaines, plus d’une vingtaine de mètres de hauteur. Une série de festivités accompagne ces Fallas qui se déroulent sur plusieurs semaines, de la proclamation de leur ouverture le dernier dimanche de février, ce que l’on appelle la Crida, jusqu’à la crémation des œuvres le 19 mars. Bien que cette date corresponde à la Saint-Joseph, le saint patron des charpentiers, ces fêtes sont avant tout païennes et gardent une profonde symbolique de renaissance et de renouveau lié à l’équinoxe du printemps qui a lieu le jour suivant.

La fin de la crémation d'une sculpture ou Falla porte le symbole du renouveau
La fin de la crémation d'une sculpture ou Falla porte le symbole du renouveau (Photo©LPJV)

 

Si Valencia semblait s’être assoupie depuis le passage des Rois Mages le 6 janvier, elle se réveille doucement de sa torpeur au fur à mesure que s’organisent les Fallas. C’est en général au début de l’année, entre les mois de janvier et mars, que le climat est le plus rude dans la région qui peut connaître des épisodes de gota fria voire des événements neigeux. Désertée par les touristes, Valencia somnole et ses habitants se renferment chez eux. 

L’arrivée des différentes festivités liées aux Fallas marque un pas de plus vers le redoux et le retour d’une luminosité qui augmente au rythme des journées. C’est donc un moment de l’année particulièrement attendu par tous et chacun sait que la vie reprendra son bouillonnement habituel après le 19 mars. D’ailleurs, la plupart des rendez-vous, qu’ils soient professionnels ou personnels, s’organisent après les Fallas et il est très habituel d’entendre les phrases « On se voit pour parler de ce projet … mais après les Fallas ! » ou « Prenons une bière un soir … mais après les Fallas ! » 

Une cohésion sociale très forte

Comprendre les Fallas, c’est aussi comprendre l’impact social que ces festivités génèrent. A la base, ces fêtes sont possibles grâce au travail de plus de 300 casals fallers, ces associations qui regroupent les Falleras et Falleros. De tailles variables, des plus modestes aux plus fortunées, ces associations se réunissent toute l’année pour préparer activement les Fallas. Pour s’y inscrire, le curriculum vitae importe peu. Ce qui compte avant tout c’est l’envie de contribuer à un projet commun : réussir les Fallas.

Bien plus que des membres d'une association, les Falleros sont les membres d'une même famille !
Bien plus que des membres d'une association, les Falleros développent une amitié sincère. (Photo©LPJV)

 

Ainsi, les casals fallers regroupent des membres de toutes les origines, de tous les âges et de toutes les professions. Les liens entre les Falleros d’une même Falla sont bien évidemment très forts et chaque occasion pour se retrouver ou pour promouvoir son casal faller est vécu avec entrain et fierté. 

C’est pourquoi l’importance du lien social a été l’un des critères pris en compte par l’UNESCO pour l’inscription des Fallas au Patrimoine Immatériel de l’Humanité. Le Comité intergouvernemental pour "la protection du patrimoine culturel immatériel" avait en effet déclaré en novembre 2016 que les Fallas représentaient une expression de la « créativité collective » et que les sculptures satiriques, créées par des artistes locaux, étaient ainsi propices à la « communication et le dialogue entre les citoyens ».

Les Fallas sont l'occasion de grands repas organisés par les Casals Fallers (Photo©LPJV)
Les Fallas sont l'occasion de grands repas organisés par les Casals Fallers (Photo©LPJV)

 

Trois semaines où les habitants vivent, pensent et respirent Fallas

On a souvent tendance à réduire les Fallas aux cinq jours de la Semana Grande alors qu’en réalité, les habitants de Valence, qu’ils soient Falleros ou non, sont confrontés bien en amont à toute la ferveur liée à ces fêtes qui s’invitent dans leur quotidien.

Les Fallas sont notamment un prétexte pour de nombreuses activités scolaires et il est quasiment certain que tous les parents valenciens se sont un jour retrouvés dans la plus grande perplexité face à la réalisation d’un ninot pour leurs enfants et ce, dès la crèche ! Les écoles rivalisent d’ingéniosité pour permettre à leurs élèves de contribuer à leur manière à cet événement en créant, par exemple, une sculpture collective qui sera bien entendu brûlée dans la cour de l’école. Il arrive souvent également que les uniformes des écoliers soient troqués pour des blousons falleros.

Une petite fallera en blouson traditionnel avec sa boite à pétards
Une petite fallera en blouson traditionnel et son foulard avec sa boite à pétards (Photo©LPJV)

 

Pour les plus grands, l’ouverture des magasins de pyrotechnie sonne le glas des nuits calmes et apaisées. Dès la fin des cours, les enfants s’en donnent à cœur joie pour faire exploser un maximum de pétards, des plus petits aux plus impressionnants. Pour marcher dans Valence, il faut ainsi avancer en surveillant les lancés de pétards ou apprendre à ne plus sursauter lorsque l’un de ces engins explosent. 

A partir du 1er mars, la vie des Valenciens est bien évidemment rythmée par les mascletas quotidiennes tirées depuis la place de la Mairie. Un spectacle qui attire chaque jour des milliers de spectateurs et qui contraint les autorités locales à fermer à la circulation de nombreuses rues adjacentes. Les plus fortunés ou ceux qui auront eu la chance d’avoir une place sur une des terrasses dominant la place de la Mairie, pourront assister à ces mascletas une coupe de cava à la main. Ces terrasses sont l’endroits où il faut être, où les hommes et femmes d’affaires emmènent leurs clients pour discuter contrats et business.

Hommes d'affaires sur une terrasse pour assister à une mascleta
Des hommes d'affaires sur une terrasse pour assister à une mascletà (Photo©LPJV)

 

Vous l'aurez compris, à bien des égards, les Fallas de Valence représente un temps fort dans la vie valencienne, une succession d’événements qui contribuent à développer la fierté d’une culture régionale déjà solidement ancrée chez les Valenciens. Qu'on les aime ou non, elle ne laisse en aucun cas indifférent. 
 

Nous vous recommandons

Shirley Photo Pro

Shirley SAVY-PUIG

Responsable d'édition - Parisienne de naissance mais Valencienne d'adoption depuis sa plus tendre enfance, cette touche-à-tout aime mettre en lumière la culture espagnole et les personnalités francophones de talent.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Ger mer 27/02/2019 - 14:14

Las Fallas sont aussi contamination acoustique, imprudence quand on utilise sans ambages les pétards, des rues qui se referment bien avant l'arrêté de la mairie causant des tas d' ennuis pour ceux qui travaillent et un caractère conservateur qui manipule bien souvent la réalité politique. Essayez de trouver une Falla de gauche , progressiste ou différente. Le lobby fallero existe et pèse beaucoup .. trop. On ne le critique jamais dans les médias connus de la ville... Enfin une fête folklorique atypique qui mérite une visite au moins une fois par an...

Répondre

Expat Mag

ÉVÉNEMENT

Quelle moustache portez-vous en ce mois de Movember ?

De nombreuses célébrités participent au mouvement international qui réunit 5 millions de personnes se laissant pousser la moustache pendant 1 mois. Et vous ? Plutôt Brad Pitt ou Jennifer Gardner ?