Samedi 24 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FALLAS 2017 – La Cremà : et les Fallas renaitront de leurs cendres

Par Lepetitjournal Valence | Publié le 18/03/2017 à 15:11 | Mis à jour le 24/01/2018 à 23:28
Photo : ©Pixabay - Placom / LPJV
La crema

C'est le 19 mars, jour de la Saint Joseph, que les flammes viennent détruire plus de 700 monuments falleros disséminés un peu partout dans la ville de Valence. Evénement emblématique des Fallas, tant par son aspect spectaculaire que par sa charge symbolique, la Cremà est entourée d'une aura mystique que lui confère son histoire que Lepetitjournal Valence vous raconte.

Le feu pour accueillir le printemps

Au moyen-âge, pour fêter leur patron Saint Joseph et l'arrivée du printemps, les charpentiers de la ville avaient pour habitude de célébrer la fin des travaux hivernaux, qui s'effectuaient à la lueur de bougies ou de torches, en brûlant des bibelots ou des chutes de bois devant leurs ateliers.

Au fil du temps, les ouvriers ont placé des supports de bois où ils brûlaient les restes de bougies dont ils n'avaient plus besoin. Puis, ils habillèrent ces supports avec leurs vieux vêtements. Les habitants des quartiers se mirent également à les embellir avec d'autres nippes. Au fil des années, ces figurines sont devenues de plus en plus élaborées et les Ninots ont commencé à prendre vie.

La purification par les flammes

Bien sûr, au moyen-âge, le feu jouissait aussi d'une fonction expiatoire, l'Eglise n'hésitant pas à « purifier » les hérétiques par les flammes.

De nos jours, la symbolique purificatrice est toujours présente : la Cremà cherche à « nettoyer » les événements de l'année écoulée représentés par les ninots et les monuments falleros.

Extrêmement intense, tant par la force du feu que par son symbole, cet acte ne laisse aucun spectateur indifférent et il n'est pas rare d'en voir pleurer, emporté par l'émotion. C'est notamment le cas des Falleras qui pleurent à chaudes larmes lors de la Cremà, signe de la fin des Fallas et d'une année de travail. Mais tous les Valenciens et les Falleros savent que c'est sur les résidus de cette sculpture que seront construites les prochaines.

Tel un phénix qui renaît de ses cendres, les Fallas revivront l'année qui vient.

Un dispositif hors norme

Devant la forte affluence de ces Fallas 2017 déjà annoncées comme historiques, la Mairie de Valencia joue la carte de la sûreté : plus de 400 pompiers et policiers seront sur le pied de guerre pour veiller au bon déroulement de la Créma.

La météo est de leur côté : le temps sera splendide et le vent modéré en soirée, ce qui devrait faciliter le contrôle de la combustion des monuments falleros.

Mais c'est surtout les imposantes Fallas des catégories spéciales qui leur donneront le plus de travail. Si les fallas plus petites et plus classiques n'ont pas nécessairement besoin de la présence des pompiers, les monuments les plus imposants ne peuvent brûler que sous le contrôle des soldats du feu.

La Falla Plaza del ayuntamiento

Et que dire de la Falla municipale ? Culminant à plus de 40 mètres de hauteur, c'est un périmètre de sécurité exceptionnel de 60m qui sera déployé pour minimiser tous les risques.

Par ailleurs, les valenciens, après avoir été mis à contribution lors de la Plantà al Tombe, pourront déposer leurs vieilles chaises en bois pour alimenter le brasier.

Horaires des crémas :

  • 22:00 - Cremà des Fallas Infantiles
  • 22:30 - Cremà de la falla infantil Convento Jerusalen-Matematico Marzal (1er Prix section spéciale)
  • 23:00 - Cremà de la falla infantil municipale
  • 00:00 - Cremà des fallas
  • 00:30 - Cremà de la falla Antiga de Campanar (1er Prix Section spéciale)
  • 01:00 - Feux d'artifices et cremà de la falla municipale
logofbvalence

Lepetitjournal Valence

Site d'information, premier média des Français, francophones et francophiles à l'étranger, lepetitjournal.com/valence, c'est VOTRE site !
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour

Sur le même sujet