Samedi 22 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

C.Roussel : "Mon français avait perdu de sa fraîcheur. J’y ai remédié"

Par Marie-Astrid Roy | Publié le 06/08/2018 à 00:13 | Mis à jour le 06/08/2018 à 00:13
Photo : Catherine Roussel, traductrice à Milan / ©Filippo Vitella
Bilinguisme italien

Lorsque l’on vit à l’étranger depuis de nombreuses années, on est naturellement confronté à la perte relative de sa langue maternelle. Rencontre avec Catherine Roussel, traductrice française et italienne d’adoption depuis près de 20 ans. A travers son parcours, elle nous explique les difficultés que l’on peut rencontrer au quotidien dans la maîtrise des deux langues latines.

 

Lepetitjournal/Milan : Cela fait près de 20 ans que vous vivez en Italie. Quel y est votre parcours ?

Je suis venue en 1999 pour effectuer un stage chez Brunello Cucinelli à Pérouse, dans le cadre de mes études de langues étrangères appliquées. Je suis ensuite rentrée en France mais brièvement car je suis revenue au bout de deux ans seulement pour travailler de nouveau dans la maison de mode à Pérouse. J’effectuais par ailleurs des traductions, en parallèle de mon activité salariée. J’ai ensuite au fur et à mesure quitté le secteur de la mode pour travailler comme traductrice, d’abord auprès d’agences de traduction, avant de me mettre complètement à mon compte il y a 5 ans.
Aujourd’hui j’effectue principalement des traductions dans les domaines juridique et de la mode aussi bien pour des agences de traduction que pour des clients directs. D’autres sont des particuliers venus via le consulat général de France de Milan, auprès duquel je suis traductrice assermentée.  Il s’agira notamment de reconnaissances de diplôme, d’Italiens qui veulent acquérir la nationalité française par mariage, mais aussi beaucoup de professionnels de santé souhaitent aller travailler en France.

 

Est-ce que l’on arrive aussi bien à maîtriser sa langue maternelle après 20 ans à l’étranger ?

Je me suis aperçue au bout d’une dizaine d’années que j’avais beaucoup privilégié l’intégration au détriment de mes racines françaises. Je m’étais détachée de ma culture sans m’en rendre compte, mon français avait perdu toute sa fraîcheur, je cherchais mes mots. J’avais même pris un accent italien d’après ce que l’on me disait lorsque je rentrais en France !
Au bout d’un moment, j’ai réalisé qu’il fallait que je fasse quelque chose !

 

Et comment remédie-t-on à ce problème ? Parvient-on à rehausser son niveau de français ?

D’abord il faut se rendre compte de ce qu’il se passe, ce qui n’est pas évident. Pour moi, ça a correspondu au moment de la naissance de mes enfants. Ça a donc été l’occasion de passer plus de temps en France, où j'ai également réalisé que ma culture me manquait.
J’ai alors décidé de faire un Master de traduction et terminologie juridique et financière puis j’ai enchaîné sur des études de droit. Cela m’a permis de rédiger, produire une réflexion en français mais surtout de renforcer mon CV. D’autant qu’il existe énormément de traducteurs, la profession n’étant pas réglementée.

 

Outre le moyen radical de reprendre des études, comment on peut-on s’y prendre dans la vie quotidienne pour conserver son français ?

J’ai toujours pris soin de lire et de regarder des films en français dès que possible. Mais cela ne suffit pas toujours. Ce qui a fait la différence aussi, c’est de fréquenter l’association Flam Milan. Même si elle est destinée aux enfants francophones bilingues, cela permet de rencontrer d’autres parents dans la même situation, c’est-à-dire qui habitent en Italie depuis parfois des dizaines d’années, sans pour autant avoir côtoyé la communauté francophone de Milan durant cette période.

 

Quelles sont les expressions, les mots qui peuvent poser problème dans la traduction entre le français et l’italien ? Comme le fameux "impegnativo" par exemple…

D’abord, un doute survient souvent au moment d’utiliser les prépositions après les verbes. Par exemple, on espère de faire quelque chose en italien, mais pas en français. On cherche de faire en italien, mais on cherche à faire en français…
Sinon, on rencontre effectivement régulièrement des erreurs pour la traduction de impegnativo, traduit de façon erronée par « prenant » ou « engageant ». Le terme adéquat serait simplement « compliqué », aussi bien pour un effort physique que cérébral.
C’est « coinvolgente » qui est « prenant » ou « passionnant », voire « captivant », s’il s’agit d’un film.
« Versatile » est un faux-ami pour lequel on rencontre aussi souvent l’erreur. Cela signifie en fait « polyvalent » ou « passe-partout ».

 

En parlant français, vous insérez des mots italiens, ou inversement ?

Parfois, j’aurais envie car on se dit « c’est ce mot-là qui colle » mais il faut réfléchir très vite pour contourner ce que l’on veut dire. L’avantage c’est que par déformation professionnelle, je parviens à trouver le mot approprié assez rapidement, aussi bien en italien qu’en français.

 

Nous vous recommandons

4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Françoise lun 06/08/2018 - 09:47

Article très intéressant. Je me suis aussi retrouvée dans mon parcours.

Répondre
Commentaire avatar

Marie jeu 31/05/2018 - 09:06

J'ai tout à fait l'impression de revivre ma propre histoire! C'est un excellent témoignage. Je suis moi-même diplômée en LEA et j'ai travaillé comme traductrice en début de carrière. Pendant mes premières années en Espagne, j'ai perfectionné la langue espagnole au détriment du français. J'ai repris mes racines à l'arrivée de ma fille.

Répondre
Commentaire avatar

JDBNice ven 27/04/2018 - 09:40

Comme Karine, j'ai beaucoup apprécié le récit de cet entretien, l'intelligence et la modestie qui se dégagent tant des questions que des réponses. Étant frontalier et amoureux des langues, je savoure les subtilités décrites. A l'heure où les Européens se laissent beaucoup trop colonisés par l'anglo-américain, ça fait du bien de voir qu'on a (encore?) besoin de traduire d'autres langues entre elles !

Répondre
Commentaire avatar

KARINE mer 08/11/2017 - 10:08

Trés belle interview !

Répondre

Que faire à Milan ?

DÉCOUVERTE

Ville aperte : découverte d'un merveilleux patrimoine près de Milan

Jusqu’au dimanche 30 septembre se tient la 16ème édition des « Ville aperte in Brianza ». Au programme : la découverte inédite de 150 sites (châteaux, villa et jardins), aux portes de Milan

Sur le même sujet