DESIGN – Fondation Achille Castiglioni, une visite incontournable à Milan

Par Aurélie Bazex | Publié le 26/04/2017 à 22:00 | Mis à jour le 11/04/2018 à 17:36
Stanza specchio2

Impossible en les voyant de ne pas s'exclamer : « mais bien-sûr, je les connais ! ». Et pour cause, ses oeuvres ne sont pas exposées uniquement dans les maisons de beaucoup d'entre nous mais aussi (et surtout) dans les plus grands musées du monde. Visite de l'atelier-musée d'Achille Castiglioni, l'homme qui a fait de Milan la capitale du design. En prime, la reconstruction d'une oeuvre des frères Castiglioni à découvrir jusqu'au 30 décembre 2017.


Visiter l'atelier-musée d'Achille Castiglioni, c'est d'abord une rencontre avec un homme : Carlo, son fils. Un personnage truculent, la soixantaine, lunettes et grand sourire, polyglotte, ayant pour seul but de présenter le travail de son père et de ses oncles d'une façon documentée et vivante. De transmettre l'héritage de sa famille. Puis, c'est une table. Une de ces tables en bois que l'on imagine trouver dans les maisons de campagne de famille nombreuse où le designer accueillait ses hôtes et présentait son travail. Carlo Castiglione nous invite à nous y asseoir, sur des chaises créées par son père mais aussi par d'autres designers. On reconnait tout de suite le fameux tabouret avec une assise de siège de tracteur, Mezzadro.

Mezzardo tabouret Achille Castiglioni



Commence alors la découverte de l'oeuvre  de la famille Castiglioni. Fils de sculpteur, Achille rejoint le studio d'architecture et design de ses frères Pier Giacomo et Livio en 1945 après avoir reçu son diplôme d'architecture au Politecnico di Milano. Installé en face du Castello Sforzesco, le studio  se compose de 5 grandes pièces en enfilade encore remplies de livres, prototypes, notes, dossiers, meubles et objets variés, témoins de l'activité créative et fébrile de ses occupants. En 1952, Livio quitte le studio pour se dédier à des oeuvres personnelles. Achille et Pier Giacomo, eux, restent ensemble jusqu'à la mort prématurée de Pier Giacomo en 1968. Une nouvelle période commence alors pour Achille entre production et enseignement.

Plus de 150 objets
Ce qui frappe, au-delà des lampes les plus connues comme Arco, Brera ou Parentesi, c'est l'étendue du champ de production du designer. Au cours de sa carrière, il a créé ou collaboré à la création de plus de cent cinquante objets comme des fauteuils - essayez le très confortable fauteuil Cubo dans la première pièce de l'atelier -, des librairies, des interrupteurs électriques, des appareils photographiques, des téléphones, des aspirateurs, objets présents dans les grands musées de design internationaux mais aussi dans nos maisons sans que nous sachions qui les a imaginés. En effet, Achille Castiglioni est un designer industriel « pur » qui n'était pas particulièrement intéressé par la forme pour la postérité mais plus par l'utilisation de l'objet en lui-même.

Sa démarche créative était finalement très logique et formelle : elle se basait d'un côté sur les objectifs et raisons pour lesquelles créer un nouvel objet ou en améliorer un existant et de l'autre sur les ressources disponibles. Exemple : Sella, un tabouret pivotant avec pour assise une selle de vélo vissée sur un tube en métal lui-même attaché à une base arrondie. L'inspiration fait sourire : « Quand je réponds au téléphone - il faut se remémorer les téléphones fixent des années 60 - j'aimerais me déplacer mais en même temps être assis, même si pas complètement ». Chaque création a des caractéristiques différentes : la célèbre lampe Arco est née de l'observation d'un lampadaire extérieur, la lampe Toio de l'utilisation d'un phare de voiture. D'autres objets dérivent de l'utilisation d'une nouveauté technologique comme le fin tube en néon de la lampe Tubino.

lampe arci achille castiglioni milan


De pièce en pièce, Carlo Castiglioni nous illustre et fait mieux comprendre le travail de son père et de ses oncles. Il nous encourage à toucher les objets, les essayer, poser des questions et nous offre en fin de compte un voyage insolite et émouvant dans l'univers créatif du designer. Que vous soyez néophyte ou passionné de design, il sera ravi de vous accueillir dans la fondation que sa famille a créée peu après la mort du designer en 2002. D'autant plus qu'il a reçu peu de Français parmi les 40 000 visiteurs de l'atelier et qu'il souhaite pratiquer davantage notre langue qu'il parle déjà très bien !

 

Infos pratiques :
Uniquement sur réservation, au 02 805 3606
Du mardi au vendredi à 10h, 11h ou midi. Le samedi, possibilité de visite pour des groupes de plus de 15 personnes.
Piazza Castello 27, Milano
Site Internet: www.fondazioneachillecastiglioni.it

Du 7 mars au 30 décembre 2017, la reconstruction d'une pièce présentée par les frères Castiglioni lors de l'exposition « La casa abitata » à Florence en 1965 trône dans l'entrée de l'Atelier. Cette installation a pour but de mettre en valeur la démarche conceptuelle des deux designers notamment dans le domaine du quotidien et de la maison.

Photos : ©Fondazione Achille Castiglioni

Aurélie_Bazex

Aurélie Bazex

Co-fondatrice de William Crocodile, librairie francophone ambulante à Milan
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale